Reflets de la Physique n°64 jan/fév/mar 2020
Reflets de la Physique n°64 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : au sein et autour de la SFP, le concours Beautiful Science de la SFP.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
 » > et câbler le réseau de plus de 2000 antennes du radiotélescope «Four Acre Array» (fig. 1). L’instrument est fixe, et le ciel passe devant les détecteurs  : le signal est enregistré en continu sur un rouleau de papier qui défile (fig. 2) et qu’il faut remplacer au moins une fois par jour. Lorsque son œil acéré et expérimenté détecte une anomalie (fig. 3), que quiconque aurait confondue avec une interférence, les discussions avec son directeur de thèse, sceptique quant à la réalité du signal, concluent à la nécessité de faire défiler le papier plus rapidement, pour avoir plus de résolution temporelle. Mais cela implique de changer le rouleau toutes les heures ! Ou alors d’accélérer sa vitesse uniquement lors du passage de l’astre. C’est donc Jocelyn Bell qui, juste avant le passage de l’objet mystérieux, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, devait courir dans la cabane de contrôle pour accélérer la vitesse d’un facteur 10 ou plus. Parmi les points saillants de sa présentation, on relèvera celui-ci  : les pulsars ont failli être découverts plusieurs fois, mais à chaque fois, et pour diverses raisons, le signal a été considéré comme défectueux, et il a fallu toute l’opiniâtreté de Jocelyn Bell pour que la réalité de ce signal soit confirmée. Par exemple, lors d’une journée « portes ouvertes » dans un observatoire, les astronomes montraient au public la 2. Jocelyn Bell en 1967, analysant les signaux sur des rouleaux de papier, de 5,3 km de long au total. Tout se faisait à l’œil, les ordinateurs n’étant pas encore répandus. 32 Reflets de la Physique n°64 -4 19 3. Enregistrement du signal radio ayant conduit à la découverte des premiers pulsars grâce à leur signal périodique. Dans un premier temps, on a cru à des signaux d’origine humaine, et les premiers pulsars ont été nommés LGM1, LGM2, etc. (LGM pour Little Green Men, petits hommes verts). Ici, le pulsar CP1919 (Cambridge Pulsar 1919, aujourd’hui appelé PSR B1919+21). nébuleuse du Crabe, qui est le résultat de l’explosion de la supernova observée par des astronomes chinois en 1054. Au centre de la nébuleuse, le résidu de l’étoile qui a explosé est une étoile à neutrons. On sait aujourd’hui qu’il s’agit d’un pulsar ayant une période de rotation de 33 millisecondes (ms). Une région lumineuse nous envoie donc un signal dans les longueurs d’onde visibles toutes les 33 ms. Une visiteuse dit alors à l’astronome guidant le public, que l’étoile au centre est variable, elle papillote et envoie des flashs. L’astronome lui explique de façon condescendante qu’il s’agit de la turbulence de l’atmosphère qui fait scintiller les étoiles. Mais la visiteuse lui répond sèchement  : « je suis pilote d’avion, je connais la scintillation, monsieur  : cette étoile est variable ! ». Il existe en effet des humains capables de détecter des variations de lumière à l’échelle de trois centièmes de seconde ! Lorsqu’il s’est agi de publier les résultats obtenus par Jocelyn, son directeur de thèse, Anthony Hewish, a signé le papier en premier auteur. Lors de la conférence de presse qui a suivi, les journalistes posaient des questions scientifiques à Hewish, mais demandaient à Jocelyn uniquement des détails sur sa vie privée ! Ceci a fortement choqué la jeune scientifique à l’époque, et est certainement à l’origine de toutes ses actions en faveur des femmes et de la science. Jocelyn Bell s’est beaucoup investie pour améliorer les conditions de carrière des femmes scientifiques. Elle a été présidente de «Women in Science» pour la Société Royale d’Edimbourg, et active pour l’association des femmes en STEM (Science, Technology, Engineering and Maths). Infatigable, elle est intervenue dans de nombreuses conférences à ce sujet, dont on peut voir des vidéos sur Internet [3]. En 2018, elle a aussi reçu le prix de trois millions de dollars du «Breakthrough Prize» en physique fondamentale, prix créé en 2012 par les fondateurs de Facebook et Google. Jocelyn Bella aussitôt décidé de consacrer cette somme au financement des travaux de thèse menés par des jeunes femmes et des membres de toutes les minorités, sans oublier les chercheurs réfugiés. Elle met ainsi sa générosité au service de la diversité en science, une valeur qui lui est très chère. Références 1 A. Hewish, S.J. Bell et al., Nature 217 (1968) 709-713. 2 I. Cognard, « Les pulsars radio  : 50 ans de découvertes ! », Reflets de la physique 59 (2018) 26-31. 3 www.youtube.com/watch ? v=jp7amRdr30Y
Vie de la SFP Évolutions du site web de la Société Française de Physique Le site web de la Société Française de Physique, www.sfpnet.fr, a fait peau neuve le 15 octobre dernier. Cette refonte graphique marque le début d’évolutions à venir, résumées ci-dessous. La Société Française de Physique (SFP) est une association à l’origine de nombreuses actions et évènements. La refonte de son site web devenait indispensable pour mieux valoriser ces initiatives, mieux faire connaitre l’association et donner envie de s’y investir. Au-delà de l’aspect communication, le nouveau site de la SFP a également pour objectif de donner à ses membres les moyens d’échanger et de s’entraider. Plusieurs outils développés en ce sens verront le jour début 2020. Un forum emploi donnera aux adhérents la possibilité de consulter des offres de thèse et d’emploi dans les secteurs public et privé, en France et à l’international. Les partenariats mis en place à cette fin continueront à se développer après l’ouverture du forum, pour proposer aux membres une sélection d’offres toujours plus vaste et diversifiée. Un forum de discussion ouvrira au premier trimestre 2020 et permettra aux adhérents d’échanger sur des sujets aussi bien disciplinaires que sociétaux. Cette plateforme sera un lieu de partage et de débats, essentiellement animé par les responsables de commissions et divisions de la SFP en fonction des sujets. Un programme de mentorat sera lancé en février, dans un premier temps par les divisions Matière condensée et Physique des plasmas. Le mentorat est une forme de compagnonnage qui associe une personne expérimentée – le/la mentor – et une plus jeune – le/la mentoré.e. Cette dernière bénéficie ainsi de l’expérience de son aîné.e et de sa connaissance du monde professionnel dans lequel il ou elle évolue. Les pages des composantes de la SFP (sections locales, divisions de spécialité, commissions, réseau Jeunes) vont également évoluer et gagner en dynamisme, grâce à une administration directe par leurs bureaux respectifs. Enfin, l’espace membre sera revu pour proposer aux utilisateurs une navigation plus ergonomique et permettre une meilleure gestion administrative de leurs données. La communication digitale de la SFP sera également améliorée, grâce à la mise en place d’outils marketing plus performants et personnalisés, à la fois pour les adhérents de la SFP et les bureaux de ses composantes. Ces derniers pourront, par exemple, envoyer directement des courriels ou des newsletters à leurs membres, ce qui devrait multiplier les échanges et accroitre la visibilité de leurs actions. Mayline Verguin Responsable Communication de la SFP Au sein et autour de la SFP Quelques chiffres sur les initiatives de la SFP menées en 2019 3expos montées 70 Conférences organisées scientifiques et de vulgarisation 241 membres actifs bénévoles 340participants aux Olympiades de Physique France 1520 jeunes ont découvert le monde de la recherche concours et 6 tournois lancés 538 4% jeunes chercheurs rassemblés à l’occasion de rencontres, soirées jeunes, tournois, etc. 163 dossiers de candidatures étudiés pour les différents prix de la SFP Reflets de la Physique n°64 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 1Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 48