Reflets de la Physique n°64 jan/fév/mar 2020
Reflets de la Physique n°64 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : au sein et autour de la SFP, le concours Beautiful Science de la SFP.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Les membres de la Société Française de Physique et la culture scientifique Daniel Hennequin (1) (daniel.hennequin@univ-lille.fr) et Fernande Vedel (2) (1) Président de la commission Culture scientifique de la SFP PhLAM, UMR8523, Université de Lille, Bât. P5, Cité Scientifique, 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex (2) Professeur émérite, PIIM, UMR7345, Université d’Aix-Marseille, 13397 Marseille Cedex 20 Cet article présente la synthèse des résultats d’une enquête de la SFP auprès de ses adhérents, sur la culture scientifique dans la société française. Elle fait suite à une tribune sur ce sujet, parue en février 2018 dans le Huffington Post. La publication des résultats de cette enquête a été plusieurs fois reportée, pour des raisons techniques et éditoriales. Cette publication est donc très tardive, mais ses résultats quant à la perception de l’importance et du rôle de la culture scientifique dans notre société et au sein de la SFP restent d’actualité. Peu après la journée Sciences et Médias consacrée à la désinformation scientifique [1] en janvier 2018, une tribune « La culture scientifique est à reconquérir », écrite par Virginie Tournay, membre du conseil scientifique de l’OPECST – Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques –, et signée par une soixantaine de personnalités scientifiques et acteurs de la culture scientifique, a été publiée sur le site du Huffington Post [2]. La SFP avait préféré ne pas s’associer aux autres soutiens, jugeant l’argumentaire trop simpliste. Cette tribune avait été proposée au Monde, à Libération, au Point, aux Échos qui, soit l’ont refusée, soit ont demandé sa révision. Les réactions à cette tribune ont été nombreuses sur les réseaux sociaux et les blogs [3,4]. Nous avions en particulier remarqué celle de Sylvestre Huet [4]. Le bureau de la SFP a alors proposé à sa commission Culture scientifique de demander à l’ensemble des adhérents leur avis sur la tribune, sur la réaction de la SFP et sur ce que pourraient être ses actions [5]. Cet article propose une synthèse des réponses, commentées par la commission. 26 Reflets de la Physique n°64 Le titre de la tribune de V. Tournay est complété par le sous-titre « La reconquête de la culture scientifique nécessite de réfléchir à des mécanismes suscitant le désir de culture, à des médiations conduisant à une rencontre vivante avec la science ». En effet, cette tribune affirme que « la connaissance sociale de la science s’éloigne des considérants scientifiques », autrement dit que tout public non scientifique a tendance actuellement à refuser la science, sa méthode et ses applications. Mais ce plaidoyer se limite à énumérer les « progrès technologiques » touchant à la vie de tous les jours, tout en dénonçant sans subtilité un « précautionisme » populiste, freinant des avancées scientifiques majeures. La tribune note que les travaux de l’OPECST ont peu d’impact sur les parlementaires et propose de créer une structure de médiation, notamment numérique, qui assisterait les médias, les politiques, les associations, et créerait un désir de culture scientifique auprès des étudiants et du grand public. La riposte « Polémique sur la culture scientifique » de Sylvestre Huet, publiée sur le blog du Monde, pointe que le problème est réel, mais mal traité par V. Tournay. En fait, ce sujet est même central pour la société  : il est en relation forte avec des défis immédiats, qui doivent être relevés en opérant démocratiquement des choix. S. Huet considère qu’il faut changer de paradigme  : on ne peut pas imaginer, par exemple, que nous pourrons continuer sur les logiques agricoles et technologiques actuelles. Le « noble et gai savoir », respecté par l’opinion publique, offre son lot de turpitudes humaines (Bhopal, Tchernobyl...), et absoudre les technologies de leurs risques au nom de leurs origines scientifiques n’est pas judicieux. Grâce à la culture scientifique, l’État devrait être l’arbitre de conflits entre intérêts sociétaux, alors que les moteurs du profit et du pouvoir n’hésitent pas à tromper le consommateur  : c’est l’agnotologie de R. Proctor, « la construction sociale de l’ignorance », organisée par exemple par les cigarettiers. L’expertise scientifique, à travers des agences pourvues de pouvoir, peut aussi être dévoyée  : la solution est une action publique continue et la disponibilité d’experts indépendants issus d’une recherche publique bien financée. Devant l’étendue de l’inculture scientifique citée dans la tribune de V. Tournay, S. Huet rappelle que de fausses idées peuvent aussi être répandues par des scientifiques eux-mêmes (comme récemment Luc Montagnier). Il conclut en dénonçant une vision au service des technologies, qui pourrait contrarier le combat vers un débat public de qualité en induisant une attitude de défiance systématique.
« Si la constitutionnalité [du principe de précaution] est désormais acquise, elle s’accompagne hélas d’un populisme précautionniste omniprésent... Or, la précaution ne signifie pas résistance au changement, mais elle a pour visée la protection de la santé des personnes et de l’environnement. Ôter de façon systématique les vaccins, les produits pharmaceutiques, les micro-ondes, les fertilisants… à l’humanité aurait certainement des effets plus négatifs que positifs… ». Virginie Tournay Espace des sciences Ce que nous enseigne l’enquête Seulement 40 réponses sont parvenues à la SFP, soit un peu moins de 1,5% des adhérents. 17% d’entre elles viennent de femmes (20,7% des adhérents), 47% de retraités (29% des adhérents) et 7,5% de doctorants ou de postdocs. Cette enquête ne reflète sans doute pas toutes les opinions des membres de la SFP. Malgré tout, les idées exprimées, parfois même par un seul individu, méritent réflexion. En ce qui concerne la tribune de Virginie Tournay, une très large majorité des réponses (80%, mais 100% des femmes) approuve les réserves de la SFP et sa position. La « brutalité » du texte, son « arrogance », l’usage immodéré de l’argument d’autorité sont soulignés, ainsi qu’une confusion entre le titre et le contenu. On y parle assez peu de l’inculture scientifique, mais on y mélange recherche scientifique, culture scientifique, applications technologiques ou encore usages des données de la science, ce qui produit un effet contre-productif dans la lutte contre les obscurantismes. La plupart des soutiens à la tribune partagent les mêmes analyses, mais prônent au contraire, compte tenu de la situation, une position radicale, comme celle de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique), et estiment que la SFP devrait soutenir ce type de contribution qui dénonce l’obscurantisme, sans mettre en exergue des Science et société différences jugées minimes. Les recommandations proposées à la fin de la tribune (création d’une structure pour assister les médias, sensibilisation des étudiants, développement des médiations numériques) sont en général jugées assez timides, pas si drastiques que cela, voire dérisoires. Les avis sur la réponse de Sylvestre Huet sont plutôt en accord avec ceux sur la tribune de Virginie Tournay  : ceux qui émettent des réserves sur la tribune approuvent en général la réponse de Sylvestre Huet, et inversement. Cependant, la plupart considèrent que cette dernière ne constitue pas une véritable réponse. On y trouve des points assez justes, en particulier lorsqu’il s’agit de combattre le point de vue scientiste de la tribune et de relever qu’il faut parfois se poser des questions sur les retombées sociétales des avancées technologiques résultant de la recherche. Certains reprochent à S. Huet des positions contradictoires, tiraillées entre l’écologie et l’humanitaire. Les plus radicaux l’accusent d’argumentation fallacieuse, de sophisme par association. Dans le détail, la tribune de Virginie Tournay constate a priori un recul de la culture scientifique dans l’ensemble de la société. De nombreuses réponses partagent cette affirmation. Les causes en seraient les médias, les politiques, l’absence d’intérêt de la population, l’existence de minorités opposées à la science et au progrès, les réseaux sociaux souvent utilisés par les activistes. Certains » > Reflets de la Physique n°64 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 1Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 64 jan/fév/mar 2020 Page 48