Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de jun à sep 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, le nouveau système international d'unités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Tribune libre Le plan S ne sera pas le dernier mot de l’ouverture des publications scientifiques Faisant suite à la très riche discussion amorcée dans le numéro 61 de Reflets de la physique avec la tribune libre « Le Plan S – késako ? » [1], nous proposons ici une discussion qui complète les informations et les analyses données par la Commission des publications de la SFP. Rappelons que le plan S prévoie l’accès immédiat et gratuit pour tous lors de la publication des résultats d’une recherche menée sur fonds publics. Il se situe à un niveau européen et se présente dans un contexte de l’édition scientifique en plein bouleversement. Affirmons d’emblée notre plein accord avec le principe d’ouverture des publications de recherche pour tous les publics, rendue largement possible par Internet. La transparence est en effet une valeur fortement éthique, n’ayant que des limites liées à la sécurité ou à la protection des données personnelles. Elle ne peut que faciliter la lutte constante pour l’intégrité scientifique, d’autant plus que dans de nombreux domaines les données de recherche sont demandées en même temps que les résultats. L’article de Reflets sur le plan S analyse le cout de la publication d’un article  : ce cout ne saurait être réduit à zéro, sauf à faire faire tout le travail des professionnels par les chercheurs eux-mêmes (mais alors le cout est pris sur leurs salaires). Les physiciens croient être quittes de leur devoir d’ouverture en déposant leur manuscrit sur des archives ouvertes le jour de la soumission à une revue  : ils oublient que dans le cas général il y a quelqu’un qui paie (leur bibliothèque à travers les abonnements) pour le travail de l’éditeur, indispensable car il organise la certification à travers la relecture par les pairs, la mise en forme, l’indexation et l’archivage durable, sans oublier l’impression pour les revues papier. Le plan S s’apparente au modèle d’édition dit « doré », avec paiement par l’auteur des couts de traitement (Article processing charges, APC), si possible réduits à des charges « raisonnables », c’est-à-dire correspondant au cout incompressible du travail de l’édition. Limiter ainsi les profits commerciaux exorbitants des grands éditeurs est un projet vertueux (gageons que ceux-ci trouveront une solution pour ne pas y perdre...). Toutefois, il reste que les auteurs auront à payer pour chacun de leurs articles  : les chercheurs qui, aujourd’hui, publient sans payer en auront-ils tous les moyens ? On sait que le CNRS ne sera pas le financeur des publications de ses chercheurs, même s’il facilitera la gratuité dans certaines revues hybrides, par exemple celles d’EDP Sciences. Pour les chercheurs qui ont des contrats nationaux ou européens, la publication des résultats est maintenant prévue dans le financement accordé  : ils bénéficieront de la limitation des couts des APC. En revanche, qu’en sera-t-il pour tous ceux, les plus nombreux, qui n’ont pas de contrats et travaillent avec des crédits de base ? Rappelons la compétition exacerbée en France pour l’attribution 54 Reflets de la Physique n°62 des financements trop contraints par les agences de moyens. Tous les sujets ne se prêtent pas à des appels à projets. Certains domaines sortent des sentiers battus et peuvent se révéler soudain d’une importance inattendue. Il est à craindre que le modèle du plan S enclenche un processus du type « le gagnant emporte tout »  : ceux qui ont des contrats ont plus de chance de publier, donc d’obtenir plus de contrats, selon un processus autocatalytique. Mais ceux qui sont entrés plus tardivement dans le système, ou qui ne bénéficient pas des bons réseaux, risquent de constituer une classe de chercheurs moins favorisée. Notons aussi le processus dissuasif de paiement des APC pour les chercheurs des pays pauvres ou autrement défavorisés, en dépit d’arrangements pas toujours connus avec certains éditeurs. Or, peut-on accepter l’argument un peu cynique souvent répété, selon lequel on limiterait ainsi l’accroissement excessif du nombre des articles publiés ? Et faut-il rappeler ici que la compétition ainsi stimulée encourage la fraude scientifique, qui peut parfois permettre une entrée en force dans « la cour des grands » ? Un souci corrélé au précédent apparait avec la généralisation du modèle du plan S  : la multiplication attendue des revues en accès ouvert à cout réduit, où le travail de relecture par les pairs est souvent sommaire. Elles sont parfois nommées « prédatrices », ce qui est un raccourci approximatif car la seule recherche du profit justifie aussi l’existence de toutes les grandes revues prestigieuses qui font payer très cher. Les revues à bas tarif d’APC ne sont pas toutes mauvaises  : il y a tout un continuumentre les bonnes et les exécrables. Certaines ont des chercheurs de valeur dans leur comité éditorial et publient occasionnellement de bons articles, mêlés à d’autres plus médiocres. Il est d’ores et déjà impossible, même aux sociétés savantes au plus près des chercheurs, d’en établir un répertoire classé en fonction de leur qualité scientifique. Et la situation risque d’empirer. Les procédures d’évaluation de la recherche (des chercheurs, des projets, des articles) vont devenir d’autant plus difficiles qu’elles reposent largement sur les publications, même si elles tentent de s’élever au-dessus du simple usage de la bibliométrie. Plus généralement, on peut être préoccupé de la diffusion d’une science au rabais par un effacement progressif d’un contrôle efficace effectué par les pairs. Il faut pourtant avancer dans ce paysage changeant de l’édition. Il y a un travail de formation et d’éducation au choix des périodiques où publier qui devra être fait pour tous les chercheurs, les jeunes et aussi les plus aguerris. Le plan S, avec ses avantages et
Source  : www.coalition-s.org/feedback/ses limites, n’est pas le dernier mot de la science ouverte. Reprenons les termes de l’appel dit de Jussieu [2]  : « L’accès ouvert doit s’accompagner d’un soutien à la diversité des acteurs de la publication scientifique, la bibliodiversité, qui mette fin à la domination par un petit nombre d’entre eux. » Le développement de modèles innovants de publication scientifique doit être une priorité, avec la création de nouveaux outils de source ouverte qu’il faudra coordonner pour ne pas aboutir à un paysage trop émietté de la publication scientifique. On peut rappeler le fonctionnement des épi-journaux [3], très utilisés dans certains domaines pour l’instant limités. Citons aussi le système prometteur développé par l’éditeur Copernicus, qui pratique des processus de relecture et publication à étapes multiples, combinés avec une discussion interactive faisant appel aux lecteurs  : la qualité scientifique semble nettement améliorée et le cout des APC fortement réduit [4]. On ne peut que conclure comme l’appel de Jussieu  : « Priorité doit être donnée aux modèles économiques de publication qui n’impliquent le paiement ni par les auteurs pour publier ni par les lecteurs pour accéder aux textes. » Réfléchissons-y tous ensemble, pour les sciences physiques et aussi les autres disciplines, avec nos organismes, nos partenaires européens qui ont fait d’autres choix que la France, avec la SFP et aussi sa filiale EDP Sciences. Le futur de la science ouverte concerne d’abord le lien entre les communautés de chercheurs. Il y va aussi de l’indispensable confiance que la société porte à la science. Michèle Leduc Laboratoire Kastler Brossel à l’ENS, membre du comité d’éthique du CNRS François Graner Laboratoire Matière et Systèmes Complexes à l’Université Paris Diderot Références 1 B. van Tiggelen et al., Reflets de la physique 61 (2019) 48-51. 7 2 L’appel de Jussieu pour la Science ouverte et la bibliodiversité (https://jussieucall.org/) a été lancé en octobre 2017 par un collectif de chercheurs et de professionnels de l’édition scientifique. 3 Voir www.episciences.org/. 4 L’étape de relecture ouverte interactive sur Internet permet de bien améliorer les manuscrits. Le vrai travail de l’éditeur est réduit  : il se situe lors de la traditionnelle revue par les pairs. Les manuscrits ont alors plus de chances d’être acceptés. Voir, par exemple, www.frontiersin.org/articles/10.3389/fncom.2012.00033/full. Reflets de la physique et ses lecteurs Franchir le point de Curie Pierre Curie et la mesure du magnétisme Film réalisé avec le soutien du Fonds ESPCI Paris, de la Société Française de Physique, de la Société des Amis de l’ESPCI et du Laboratoire de Physique et d’Étude des Matériaux (LPEM). (Réalisation O.H.N.K.) En 1895, Pierre Curie, alors jeune professeur à l’ESPCI, met au point une expérience de mesure du magnétisme. Par une étude systématique de l’aimantation des corps en fonction de la température, il démontrera les liens entre ferromagnétisme et paramagnétisme et le caractère fondamentalement différent du diamagnétisme. Il mesurera pour la première fois la fameuse loi de Curie dans l’oxygène gazeux et mettra en évidence l’existence du point de Curie, aujourd’hui appelé température de Curie. En 2019, cette expérience vient d’être remise en état de fonctionnement par Bernard Pigelet et André-Pierre Legrand, dans le cadre des actions de la Commission Patrimoine de l’ESPCI. Au-delà de l’instrumentation, cette expérience nous montre à quel point Pierre Curie était un physicien exceptionnel, capable de décrire de manière théorique des phénomènes connus, mais aussi de mesurer sans aucun a priori et de manière très quantitative des propriétés dont la nature microscopique ne sera révélée que bien plus tard. Ce film, de durée 11:36 minutes, est visible sur YouTube www.youtube.com/watch ? v=kqMPqlqwY Contact  : Brigitte Leridon (brigitte.leridon@espci.fr) Reflets de la Physique n°62 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 56-57Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 58-59Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 60