Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de jun à sep 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, le nouveau système international d'unités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
communauté expérimentale, le processus de relecture pourrait être amélioré et devenir plus transparent. La figure 3 montre les réponses à la question sur l’amélioration de la transparence du peer review. Plusieurs pistes sont envisagées ; leur mise en œuvre dépendra certainement de la taille et des réactions de la communauté, voire de la revue concernée. 52 Reflets de la Physique n°62 45 (29%) 61 (39,4%) = 65 (41,9%) 33 (21,3%) 60 (38,7%) 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Publier le nom des relecteurs avec l’article. Publier les rapports des relecteurs (éventuellement « nettoyés ») avec l’article. Instaurer la possibilité de commenter en ligne après la publication. Les rapports d’un article rejeté devraient-ils être accessibles par la communauté ? Ne rien changer  : vous faites confiance aux éditeurs et/ou cette transparence risque d’être contre-productive. 3. Quelques solutions envisagées pour rendre le processus de peer review plus transparent. Les réponses ne sont pas unanimes ; elles reflètent entre autres l’hétérogénéité des sous-disciplines (plusieurs réponses étaient possibles). Reconnaitre le travail d’évaluateur Pour 60,6% des collègues, la mission du relecteur est de donner un avis sur le contenu scientifique, alors que 36,8% estiment qu’un avis sur le format technique est aussi souhaitable. L’intérêt de l’article pour la communauté au sens large a visiblement peu d’importance ! Les relecteurs ont une perception très positive de leur travail. Pas moins de 87% d’entre eux trouvent que le manuscrit a été amélioré après leurs commentaires. Cet avis est d’ailleurs partagé par une grande majorité des auteurs. Se pose alors la question de la reconnaissance et de la valorisation du travail des relecteurs (temps investi, valeur ajoutée...), travail invisible mais qui a un rôle crucial. Cette question est d’autant plus importante qu’avec le nombre croissant des articles soumis, la charge de relecture devient de plus en plus lourde. Presqu’un tiers des collègues sont sollicités deux fois par mois ou plus pour ces expertises. Il y a aujourd’hui des approches variées  : certaines maisons d’édition décernent des titres ou des citations honorifiques aux referees, d’autres offrent des livres ou des réductions sur les frais de publications (à valoir pour une prochaine publication). Il est évident que le peer review fait partie de nos activités de chercheur, et qu’il doit être reconnu comme tel. À la question « Quelle pourrait être la meilleure reconnaissance du referee ? », presque deux tiers des réponses ont insisté sur « une inclusion du nombre de vos rapports et le nom des journaux dans votre CV et une reconnaissance de ce travail par les instances d’évaluation des chercheurs ». Vu la confidentialité du processus, la façon dont ceci peut être mis en œuvre n’est pas claire. Plusieurs initiatives ont vu le jour, mais elles sont l’apanage de grandes maisons d’édition, comme Publons [1] ou My Elsevier Reviews Profile [2]. Avis des auteurs Une grande majorité de relecteurs et d’auteurs sont du même avis. C’est surtout la question de la valeur ajoutée du peer review qui est très largement partagée, puisque 89% des auteurs pensent que « la qualité de mon manuscrit s’est souvent trouvée améliorée après les rapports ». Un petit pourcentage d’auteurs constate que leur travail n’a pas été bien compris par les relecteurs, ce qui montre la limite du système, puisque pour des raisons d’éthique le rapporteur consulté par l’éditeur scientifique ne peut pas être trop proche de l’auteur. Cette réaction montre également que la mission du relecteur n’est pas seulement de valider ou non le contenu scientifique, mais aussi d’être le premier « cobaye » externe sur la qualité pédagogique et la clarté d’un article. Par ailleurs, quelques auteurs pointent la lenteur du processus de relecture, qui retarde la publication de leurs résultats. Nous ne pouvons qu’encourager ces collègues à partager leurs preprints dès la soumission dans une archive ouverte comme HAL ou arXiv afin de faire connaitre leurs travaux au plus tôt, et de rajouter la référence bibliographique une fois l’article validé et publié dans sa version définitive. Presque tous les auteurs sont d’avis que le peer review doit être organisé par la revue, soit par un scientifique engagé comme éditeur (72,9%), ce qui est effectivement le cas pour la plupart des revues des sociétés savantes (EPL et EPJ pour la SFP), soit par un éditeur scientifique professionnel (21,3%) comme c’est le cas par exemple pour l’American Physical Society ou Nature, mais que ce n’est pas le rôle d’un serveur de preprint comme ArXiv. Pour compléter le débat, il y a des réflexions sur la « portabilité » du rapport de relecture permettant à l’auteur, en cas de rejet par un journal, de resoumettre son manuscrit accompagné du premier rapport à une autre revue, ce qui peut accélérer le processus d’évaluation. Aujourd’hui, ceci est pratiqué au sein d’une même maison d’édition ou entre des revues voisines (comme EPL, EPJ et J. Phys.), mais un partage plus large pourrait être une solution à l’avenir. Le débat avec la communauté des Journées de la Matière Condensée Les résultats préliminaires de cette enquête ont été présentés et débattus en août 2018 aux JMC de Grenoble, avec une audience d’une centaine de participants. La communauté s’est montrée extrêmement intéressée par ces questions, qui touchent notre travail quotidien de chercheur. Malgré ses faiblesses, le peer review est perçu comme étant le meilleur processus de certification de la qualité d’un article avant sa publication. En tant que physicien, on ne fait confiance qu’à nos pairs pour juger la qualité de nos écrits. Mieux, de nombreux collègues ont dit que – sachant qu’il y aurait relecture par un pair – ils faisaient un effort de clarification et d’explication dès la rédaction du premier brouillon d’un article. En effet, le peer review est un filtre de qualité qui permet de stabiliser et de limiter la taille d’un texte et à chacun d’accorder une certaine confiance à la qualité des résultats publiés.
Conclusion Les résultats de notre enquête et le débat qui a suivi, sans être exhaustif, nous démontrent que la communauté de la SFP se sent très impliquée dans le débat sur le peer review dans les journaux, et prend le rôle de rapporteur très au sérieux. La majorité des sondés s’accorde sur le fait que le peer review est une étape essentielle à maintenir dans la publication de nos articles, mais également qu’il nécessite quelques innovations pour s’adapter aux comportements des différentes communautés. Il est évident que le peer review joue un rôle capital dans l’amélioration des manuscrits, et que le rapporteur doit se pencher en priorité sur la qualité scientifique d’un article, sans pour autant oublier son format technique. La reconnaissance de l’activité du rapporteur reste un problème majeur si l’on veut maintenir ce gage de qualité ; il doit donc être mieux considéré par les instances d’évaluation des carrières. Un test en live sur le peer review Au sein et autour de la SFP Tout en gardant le meilleur de ce système précieux qu’est le peer review, mis en place dès la création des premières revues scientifiques au XVII e siècle, le peer review du XXI e siècle doit être plus transparent dans son processus et, surtout, trouver un moyen de valoriser correctement ce travail fondamental pour la science. Martina Knoop (1) (martina.knoop@univ-amu.fr), Agnès Henri (2), Jean Daillant (3) et Bart van Tiggelen (4) (1) PIIM, CNRS/Aix-Marseille Université, 13013 Marseille (2) EDP Sciences, 91944 Les Ulis (3) Synchrotron SOLEIL, 91190 Saint-Aubin (4) LPMMC, Université Grenoble Alpes/CNRS, 38042 Grenoble (a) L’acronyme BRIC se réfère à quatre pays, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, qui sont en développement économique rapide depuis le début du 21 e siècle. 1 https://publons.com. Publons permet à un chercheur de se créer un profil sur lequel il peut valoriser les travaux d’évaluation qu’il a fait. Publons, initiative indépendante au départ, a été récemment racheté par Clarivate, le propriétaire de Web of Science. 2 www.reviewerrecognition.elsevier.com/#/. Pour aller plus loin, nous avions souhaité faire un test avec quelques volontaires recrutés au cours de l’enquête. Le panel était petit (7 personnes), bien que plus grand que le nombre de rapporteurs habituels (2), et venait de différentes sous-disciplines de la physique (matière condensée, physique statistique, matière molle, optique). L’objectif du test était de comparer les différentes approches du peer review pour voir leur impact sur les résultats et tester la validité de l’évaluation par les pairs. Le manuscrit testé est la première version d’un article de l’un d’entre nous, portant sur un sujet principalement de matière molle, et qui a été publié, après d’importantes modifications, dans Phys. Rev. Lett. 116 (2016) 228101. Cet article a été soumis aux volontaires en leur demandant d’indiquer s’il était prêt pour publication dans le format proposé, de détailler ses points faibles et forts, et de se prononcer sur les futures citations du papier dans la littérature scientifique. La dernière question était  : « Si cet article était soumis à Nature ou Science, votre jugement serait-il identique ? » La réaction la plus forte a été la plus révélatrice. Nous avions envoyé le manuscrit seulement quelques jours avant la date limite à un panel initialement plus grand, et une bonne moitié des collègues ont (parfois de façon assez virulente) exprimé leur désaccord sur le délai imposé. Ils étaient unanimes à dire qu’une relecture sérieuse demande du temps. Qu’ils soient rassurés, nous sommes évidemment d’accord ! Il est intéressant de voir par la suite que la différence d’expertise sur le sujet n’avait presque pas d’influence sur les commentaires des relecteurs. La plupart d’entre eux se sont prononcés contre la publication en l’état du texte, en indiquant comme principale faiblesse une présentation trop spécialisée et une argumentation inaccessible à une large audience de physiciens. Sans surprise, les experts plus proches du sujet ont commenté certains détails des travaux, qui n’étaient pas forcément la première cause de la révision demandée. Quant aux forces du manuscrit, tous les relecteurs ont émis un avis positif sur cette présentation de la validation expérimentale d’une prédiction théorique. Ils étaient également unanimes à dire que les citations futures proviendraient surtout des experts du domaine. Enfin, la moitié des rapporteurs auraient rejeté le manuscrit dans le cadre d’une évaluation pour Nature ou Science, avec l’argument d’un manque d’intérêt pour une communauté plus large. Il est intéressant de noter que tous les points mentionnés par notre panel ont été soulevés par les rapporteurs initiaux lors de la soumission dans la revue. Aussi, l’avis du panel très hétérogène sur le contenu du manuscrit, ses forces et ses faiblesses, était très similaire aux réactions des rapporteurs de la revue. Nous sommes donc tentés de conclure qu’il existe une certaine cohérence dans l’évaluation, malgré l’hétérogénéité des rapporteurs. Par ailleurs, nous fûmes surpris de constater que le peer review pour des journaux de prestige comme Nature et Science ne suit pas exactement les critères habituels. Ceci est d’autant plus étonnant que les chercheurs reprochent souvent à ces journaux leur ligne éditoriale, avec un processus de peer review trop souvent biaisé, voire absent. Est-ce qu’un rapporteur devrait s’exprimer sur le niveau de « prestige » d’un article X pour être compatible avec la « réputation prestigieuse » de la revue Y ? Une belle question pour un futur débat ! Reflets de la Physique n°62 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 56-57Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 58-59Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 60