Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
Reflets de la Physique n°62 jun à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de jun à sep 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, le nouveau système international d'unités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Disparition 48 Reflets de la Physique n°62 Hommage à Yves Couder (1941 – 2019) Yves Couder s’est éteint à 78 ans le 2 avril 2019, entouré de sa femme Lorna et de ses enfants Jeanne et Julien. Ses obsèques ont eu lieu le 8 avril, en présence de nombreux amis et collègues. Docteur de l’Université de Paris, il a animé de 1965 à 2006 une équipe de recherche à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il était, depuis 1985, professeur à l’Université Denis Diderot. Depuis 2006, il avait rejoint cette université et y exerçait ses activités de recherche au sein du laboratoire Matière et Systèmes Complexes. Il joua un rôle majeur dans la création et l’installation de ce nouveau laboratoire. C’est au travers d’expériences apparemment simples et d’une élégance stupéfiante qu’Yves Couder a pu réaliser des avancées scientifiques considérables, aussi bien en dynamique des fluides que dans des disciplines connexes, qui lui ont valu d’être reconnu très tôt comme un acteur majeur et un leader à l’échelle mondiale. De nouvelles voies originales ont ainsi été ouvertes par son équipe dans l’étude de la turbulence  : lui et ses collègues ont les premiers proposé d’utiliser les films de savon pour étudier les propriétés de la dynamique des tourbillons et de la turbulence en deux dimensions. Ils ont ainsi mis en évidence expérimentalement la cascade inverse d’énergie prédite théoriquement. Cette analogie très féconde a ensuite inspiré plusieurs groupes aux États-Unis et dans d’autres pays européens. Ils ont également été les premiers à détecter et caractériser, dans un écoulement turbulent tridimensionnel cette fois, la présence de filaments tourbillonnaires de grande intensité. Ils ont pu montrer que ces filaments étaient responsables des explosions (bursts) de basse pression communément observées et qu’ils étaient reliés à l’intermittence des écoulements turbulents. Keith Moffatt à Cambridge appelle ces filaments «the sinews of turbulence», les nervures de la turbulence. Le montage expérimental était connu aux États-Unis sous le nom de French washing machine, la machine à laver française ! Tout un symbole ! La digitation de Saffmann-Taylor se réfère à la formation de doigts à l’interface entre deux fluides, lors du déplacement d’un fluide visqueux par un autre fluide moins visqueux. Yves Couder a pu montrer que l’application de perturbations dites singulières à la pointe du doigt est suffisante pour affecter le processus de sélection de la configuration du doigt. La morphogénèse et la croissance des plantes constituent également un domaine où son intuition créatrice s’est révélée remarquablement éclairante  : l’organisation en spirales des plantes peut en effet s’expliquer à partir des suites de Fibonacci et du nombre d’or. Yves Couder a illustré le rôle joué par ces suites dans l’agencement des graines du cœur des fleurs de tournesol. Il a étudié par analogie la dynamique des textures produites par un assemblage de gouttes ferromagnétiques. Ceci a fourni une interprétation globale, là aussi très élégante, de l’organisation observée  : le système tend vers une organisation en nombres irrationnels, car son évolution géométrique tend à lui faire éviter les nombres rationnels. Au cours de ces dernières années, Yves Couder s’est intéressé à la dynamique de gouttes rebondissant sur une interface liquide animée de mouvements oscillatoires verticaux. Cette configuration a permis de mettre en évidence un couplage dynamique entre les mouvements de la goutte et le champ d’ondes de gravité qu’elle produit. Cette dualité ondes-particules en mécanique des fluides a conduit Yves à la découverte d’une magnifique analogie macroscopique de l’expérience du photon unique de G.I. Taylor et de l’expérience de diffraction d’un électron de de Broglie. Des régimes chaotiques ont également été identifiés. Ces recherches pionnières ont suscité toute une série de travaux dans leur sillage, à l’instar de John Bush au département de mathématiques du MIT. La créativité, l’élégance, mais aussi la simplicité et la modestie ont permis à Yves de rassembler autour de lui des chercheurs brillants qui, en quelque sorte, constituent aujourd’hui une École Couder de physique macroscopique, profondément inspirée par son regard sur les hommes et les choses. Yves Couder a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix de Mécanique des fluides de l’European Mechanics Society en 2012. La citation associée à ce prix résume parfaitement ses recherches  : For experiments in fluid mechanics which are novel, elegant, deep and provocative. C’est donc à plus d’un titre qu’il fut élu à l’Académie des sciences en 2013, dans la section des Sciences mécaniques et informatiques. Ses contributions aux travaux de l’Académie étaient fidèles à son approche, hors des sentiers balisés et allant toujours droit à l’essentiel. Yves Couder laisse dans notre communauté un grand vide, mais aussi une lumineuse source d’inspiration... Patrick Huerre Académie des sciences et CNRS
Prix scientifiques Prix Jeune chercheur Saint-Gobain 2017  : Aurélie Hourlier-Fargette Ce travail de thèse se situe à l’interface entre l’hydrodynamique et la mécanique physique. Aurélie Hourlier-Fargette s’est intéressée au claquage d’une lamelle comprimée axialement dans le cas où l’instabilité est induite par la présence d’une goutte. Elle s’est également consacrée à l’étude de la dynamique de descente d’une goutte d’eau sur un élastomère incliné, où elle a mis en évidence un phénomène surprenant, jamais observé jusqu’alors  : la succession de deux régimes avec deux vitesses différentes. Elle est arrivée, à la fin de son travail de thèse, à proposer une interprétation originale et très convaincante des phénomènes observés, qu’elle a validée par plusieurs mesures extrêmement astucieuses, démontrant une vraie démarche de chercheuse. Ce travail a fait la couverture d’un numéro de la revue Soft Matter en 2017. Dans sa thèse, Vivian Poulin s’est intéressé aux empreintes gravitationnelles et électromagnétiques laissées par la désintégration ou l’annihilation de reliques massives du Big-Bang. Parmi la profusion des études qu’il a menées, on peut noter en particulier  : une solution possible au problème du lithium 7, en rapport avec la nucléosynthèse primordiale ; une analyse synoptique et fouillée portant sur les trous noirs primordiaux en tant que candidats à la matière noire ; une investigation du rôle des neutrinos dans l’Univers primordial ; un traitement en profondeur de l’effet des désintégrations des reliques primordiales sur le spectre des fluctuations de densité ; une prospective sur les futurs projets étudiant le fond diffus cosmologique et la raie d’émission de l’hydrogène à une longueur d’onde de 21 cm. Titre de la thèse  : Dynamique de mouillage sur matière molle  : du claquage élastocapillaire au dévalement de gouttes sur élastomères, préparée à l’Institut Jean Le Rond d’Alembert sous la direction de Sébastien Neukirch et Arnaud Antkowiak, et soutenue le 12 juin 2017 à l’Université Paris 6. La thèse d’Aurélie Hourlier-Fargette est un travail fondamental qui nécessite des connaissances dans les domaines de la physique des polymères et de la mécanique des fluides. Le thème traité est particulièrement intéressant en raison de son immense potentiel d’applications. Aurélie Hourlier-Fargette a obtenu des résultats expérimentaux novateurs, qui ont été salués comme des informations scientifiques de premier plan. C’est donc à l’unanimité que le jury des prix Jeunes chercheurs de la Société Française de Physique a décidé de lui attribuer le prix Saint-Gobain 2017. Aurélie Hourlier-Fargette est actuellement postdoctorante au Center for Bio-Integrated Electronics, Norhwestern University (Illinois, USA), sous la direction de John Rogers. Prix Jeune chercheur Daniel Guinier 2017  : Vivian Poulin Titre de la thèse  : Signatures gravitationnelles et électromagnétiques de particules massives en cosmologie, préparée au Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de physique théorique, sous la direction de Pasquale Serpico et Julien Lesgourgues, et soutenue le 3 juillet 2017. L’analyse des modèles qu’il a étudiés (et parfois corrigés) a permis à Vivian Poulin d’ouvrir de nouvelles voies de recherches pour la cosmologie, en particulier par la mise en place de nouvelles contraintes sur la décroissance de particules primordiales. Au cours de sa thèse, Vivian Poulin est rapidement devenu un chercheur brillant, indépendant et mûr. Il a montré dans ses très nombreux travaux qu’il possédait de solides connaissances et qu’il maitrisait parfaitement le champ disciplinaire étendu qu’est la cosmologie. La Société Française de Physique est ainsi très fière de décerner à Vivian Poulin le prix Daniel Guinier 2017. Après un stage postdoctoral à l’Université John Hopkins (Baltimore, USA), Vivian Poulin vient d’être recruté chargé de recherche du CNRS au Laboratoire Univers et Particules de Montpellier (LUPM). Au sein et autour de la SFP Mentions Jeune chercheur Le jury des prix Jeune chercheur de la Société Française de Physique a également attribué des mentions aux prix Daniel Guinier et Saint-Gobain 2017, pour féliciter et encourager deux jeunes physiciens ayant réalisé un remarquable travail de thèse  : Lou Barreau, pour sa thèse  : « Étude de dynamiques de photoionisation résonante à l’aide d’impulsions attosecondes », réalisée au laboratoire LIDyL du CEA/Université de Saclay sous la direction de Pascal Salières, et soutenue le 18 décembre 2017. Lou Barreau est actuellement en postdoctorat aux États-Unis, au département de chimie de l’Université de Californie (UCB, Berkeley). Mohamad Tarhini, pour sa thèse  : « Mesure de la production du boson Z et du J/Ψ dans les collisions p-Pb et Pb-Pb à √sNN = 5,02 TeV avec ALICE », préparée à l’Institut de Physique Nucléaire d’Orsay et au CERN, sous la direction de Bruno Espagnon, et soutenue le 27 juin 2017. Mohamad Tarhini est actuellement en postdoctorat au laboratoire Subatech à Nantes. Reflets de la Physique n°62 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 56-57Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 58-59Reflets de la Physique numéro 62 jun à sep 2019 Page 60