Reflets de la Physique n°61 mar/avr/mai 2019
Reflets de la Physique n°61 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'amplification d'impulsions laser par dérive de fréquence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Tribune libre Publications  : le Plan S – kézako ? Le 4 septembre 2018, une coalition de onze grandes agences nationales de moyens scientifiques à travers l’Europe, membres de l’association Science Europe, dont l’Agence nationale de la recherche en France, a publié un plan ambitieux pour la science ouverte, soutenu dès sa publication par l’Union européenne et par l’European Research Council. Le « Plan S », qui se décline en dix points, exige dès le 1er janvier 2020 la publication en accès libre de l’ensemble des manuscrits scientifiques produits avec l’argent du contribuable [1]. Cela revient à rendre nos publications accessibles gratuitement, facilement et immédiatement à tous, scientifiques, entrepreneurs et industriels, en France et ailleurs, et préconise l’abandon à court terme du modèle de souscription des publications scientifiques, vieux d’un siècle. Depuis, le Plan S a fortement mobilisé l’ensemble de la communauté scientifique et les éditeurs spécialisés. Le 27 novembre, un guide d’implémentation du Plan S qui détaille les mesures prévues a été mis en ligne [2]. Entretemps, la cOAlition S s’est élargie à quatorze agences de moyens et à deux fondations (le Wellcome Trust au Royaume-Uni et la Fondation Gates aux États-Unis). Début décembre, la Chine a également exprimé son accord de principe [3]. Le Plan S pourrait donc susciter une véritable révolution de l’édition scientifique, révolution que nous vivons peut-être déjà ! La Société Française de Physique (SFP) a souvent pris position sur les développements récents, parfois inquiétants, dans l’édition et la publication scientifique, qui semblent évoluer par à-coups. Tout comme le momentum créé par la cOAlition S, nos prises de position s’appuient sur la Déclaration de Berlin [4] qui insiste sur le libre accès aux résultats scientifiques, et soutiennent la Déclaration de San Francisco [5] qui met en garde contre le « faux prestige » lié au facteur d’impact d’une revue ou à l’indice h d’un chercheur, qui prennent déjà trop de place dans l’évaluation de la recherche. La SFP est consciente des interrogations des chercheurs et des éditeurs, et de ce fait elle insiste sur l’importance de la proximité entre sociétés savantes et maisons d’édition afin de maintenir la qualité scientifique des publications et d’éviter toute dérive purement commerciale. Les maisons d’édition accompagnent la recherche en organisant la relecture par les pairs (peer review) pour une validation scientifique, qui est toujours considérée par une très large majorité de notre communauté comme une condition sine qua non en amont de la publication. Ceci a encore été vérifié lors d’une enquête récente réalisée par la Commission des publications de la SFP et présentée dans le cadre des Journées de la Matière Condensée 2018 (article à paraitre dans le n°62 de Reflets de la physique). Les maisons d’édition apportent également leur savoirfaire professionnel en ce qui concerne la partie technique de la publication  : la mise à disposition d’outils pour la soumission, l’archivage, la mise en forme, la diffusion et l’indexation des articles. L’édition est un métier, et une publication scientifique a donc un prix. 48 Reflets de la Physique n°61 Avec l’arrivée des moyens numériques de communication et sous la pression d’une augmentation démesurée des prix, le modèle économique des abonnements est devenu obsolète. Nous devons construire un modèle adapté au 21 e siècle, modèle qui ne sera pas forcément unique, mais qui doit être durable et économiquement stable. Pour tous, il doit rendre accessible la production scientifique en quelques « clics », sans pour autant faire l’impasse sur la qualité scientifique, dont le peer review reste indispensable pour la communauté. Le Plan S est une opportunité sans précédent d’avancer dans le développement d’un nouveau paradigme. La SFP soutient fortement la réflexion derrière cette initiative, tout en soulignant quelques points qui méritent une attention particulière comme les modalités de financement, la place des archives ouvertes et le rôle des sociétés savantes. Certaines réponses à ces interrogations ont également été esquissées par la cOAlition S dans son guide d’implémentation [2]. Le financement. Le Plan S propose de plafonner les APC (Article Processing Charges) et souhaite interdire la publication dans les revues hybrides. Le développement numérique, le nombre toujours croissant de publications scientifiques, et l’augmentation constante des tarifs d’abonnement des revues avec des profits commerciaux, au-delà de 33% pour certains, sont à l’origine du mouvement de la science ouverte. Son but est de rendre accessible toute publication scientifique, au juste prix, et ceci à un public le plus large possible, y compris aux entreprises. Le principe peut paraître évident, mais sa mise en œuvre fait défaut aujourd’hui. L’accès libre exige un changement profond du financement des publications. Dans un modèle économique d’accès libre, le paiement se fait à la publication de l’article et non pas à sa lecture, comme c’est le cas des revues traditionnelles sur abonnement. Les communautés scientifiques s’opposent souvent à ce modèle, car elles l’interprètent comme « auteur-payeur » et craignent de devoir payer elles-mêmes la facture de leurs publications. Dans un modèle de libre accès « institutionnel », déjà plaidé par l’Académie des sciences [6] et préconisé également dans le Plan S, c’est l’agence de moyens ou l’employeur qui prendra en charge les frais de publication, en lieu
Source  : www.coalition-s.org/feedback/Le plan S a le mérite de fixer un objectif d’ouverture universelle de la science publique à tous les acteurs de la recherche et de la société… La commission des publications de la Société Française de Physique soutient fortement la réflexion derrière cette initiative, tout en soulignant quelques points qui méritent une attention particulière comme les modalités de financement, la place des archives ouvertes et le rôle des sociétés savantes. Reflets de la physique et ses lecteurs et place des abonnements. Les maisons d’édition seront par ailleurs amenées à offrir un business model transparent et ouvert. En particulier, les revues « hybrides », c’est-à-dire des revues sur abonnement qui proposent à l’auteur de payer un APC pour que son article soit accessible librement, sont exclues par le Plan S, puisqu’elles instaurent un double paiement. Dans son guide d’implémentation, la cOAlition S tend la main aux revues hybrides, sous condition qu’elles s’engagent dans un processus de transformation vers l’accès libre, à acter avant 2023. Le Plan S fait référence aux Open Access Transformative Agreements, c’est-à-dire des accords signés par des maisons d’édition avec des institutions. Ces accords intègrent dans la vente des abonnements un volet d’accès libre, qui permet aux auteurs des institutions signataires du Plan S d’être publiés en Open Access sans frais supplémentaires. En France, un Transformative Agreement a déjà été signé en décembre 2017 entre le consortium universitaire de publications numériques Couperin et EDP Sciences [7]. D’autres ont été annoncés pour 2019, par exemple entre Oxford University Press et la Société Max Planck [8]. Considérer un cout total de la publication englobant à la fois les abonnements et les APC est le modèle défendu par nos voisins allemands dans le cadre du projet DEAL (porté par une alliance nationale d’organismes scientifiques, similaire au consortium Couperin en France), surtout dans les négociations avec l’éditeur géant Elsevier. L’Académie des sciences a manifesté son soutien à une telle initiative dans un communiqué de presse [9]. Comme d’autres sociétés savantes, la SFP – à travers sa participation à la maison d’édition EDP Sciences – participe à la gestion de revues sur abonnement, EPL et EPJ en physique. Ces revues sont devenues hybrides pour répondre à la demande de l’accès libre. La bascule d’une revue de ce type vers un modèle de libre accès est risquée économiquement. L’exigence d’une telle transformation favorise les grosses maisons d’édition, qui auront les moyens et la capacité de négocier des accords de transformation avec les institutions. La SFP et EDP Sciences, tout en soutenant la philosophie sous-jacente du Plan S, auront du mal à se conformer rapidement aux exigences économiques que cela implique. Les sanctions annoncées par la cOalition S en cas de non-respect ne sont pas non plus clairement définies. Reflets de la Physique n°61 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 56