Reflets de la Physique n°61 mar/avr/mai 2019
Reflets de la Physique n°61 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'amplification d'impulsions laser par dérive de fréquence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Conférence internationale sur les femmes en physique Organisée par le Working Group 5 (’Women in Physics’) de l’IUPAP (International Union of Pure and Applied Physics), à Birmingham, UK, en juillet 2017 Compte-rendu de Véronique Pierron-Bohnes (vero@ipcms.unistra.fr) et Nathalie Westbrook pour la Société Française de Physique (SFP), l’association Femmes et Sciences et la Société Française d’Optique (SFO) La sixième Conférence internationale sur les femmes en physique (ICWIP 2017) a eu lieu à Birmingham, du 16 au 20 juillet 2017. Cette conférence a réuni 210 personnes de 47 pays et a proposé six conférences plénières représentant des disciplines et des pays variés, deux séances posters (posters nationaux sur les femmes en physique dans les différents pays et posters scientifiques), cinq ateliers ainsi que deux évènements exceptionnels. Conférences plénières Gender Balance in Science : an astronomer’s view Maria Teresa Lago, Université de Porto, Portugal Professeure émérite d’astronomie à l’Université de Porto. Recherche en astrophysique stellaire. En 1988, elle fonde l’Astrophysics Research Center de Porto qu’elle dirigera pendant 18 ans. Membre fondatrice de l’European Astronomical Society (1990), d’EuroScience (1997) et de l’European Research Council (2005). Titulaire de la chaire de l’ERC Working Group on Gender Balance entre 2007 et 2013. Elle nous a décrit les sciences et l’astronomie au Portugal, puis comment elle a instauré dans son institut la règle que toute personne doit consacrer 10% de son temps de travail à des travaux d’intérêt collectif. Cela permet de rétablir l’équilibre pour les femmes, souvent volontaires un peu forcées pour ces tâches collectives. Maria Lago défend systématiquement à l’ERC ou pour les autres financements les personnes qui sont à temps partiel, car on ne pénalise pas ceux qui mènent dix projets en parallèle sous prétexte qu’ils sont à temps partiel sur chacun d’eux. Elle nous a donné quelques chiffres sur la proportion de femmes aux bourses de l’ERC (éligibles/demandeurs/financés)  : Starting grants (30%/31%/27%), Advanced grants (25%/15%/14%). Blowing hot and cold in quantum technologies Halina Rubinsztein-Dunlop, Université de Queensland, Australie Études à l’Université de Technologie de Chalmers, à Göteborg en Suède. Directrice du Quantum Science Laboratory de Queensland, où elle anime un important groupe de recherche en optique atomique expérimentale, micromanipulation laser et nano-optique. En 2003, elle a reçu le prix 42 Reflets de la Physique n°61 AIP Women in Physics Lecturer de l’Institut australien de physique. Son groupe a publié plus de 225 articles scientifiques internationaux de fort impact. Elle a décrit les résultats de ses recherches sur les condensats de Bose-Einstein, qui offrent la possibilité unique de faire des mesures de thermodynamique quantique sur des systèmes à n corps totalement isolés. Son groupe a développé des méthodes pour « sculpter » un faisceau laser afin de créer des potentiels de configuration choisie avec une résolution en dessous du micron. Par exemple, la seconde loi de la thermodynamique a ainsi pu être étudiée à température non nulle à l’échelle atomique. Magnetospheric Physics Francisca Nneka Okeke, Africa Climate Change Adaptation Initiative, Université du Nigéria Professeure de physique, ses recherches portent sur la géophysique de la Terre solide, la physique atmosphérique et les changements climatiques. Elle a obtenu le prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science en 2013. Elle a écrit des livres et des articles de base en physique qui ont permis d’augmenter le niveau de l’enseignement et des études de la physique au Nigéria, ainsi que de nombreux articles pour encourager les filles et les femmes à s’intéresser aux sciences en Afrique. Elle nous a présenté une vue d’ensemble des magnétosphères des différentes planètes du système solaire et de leurs interactions avec les particules qui arrivent du Soleil ou de l’espace. Son travail a aidé à comprendre les effets des courants ioniques en haute atmosphère sur le climat des pays équatoriaux. Elle a aussi décrit son parcours scientifique au Nigéria.
Liz Hingley, IOP and University of Birmingham Les participantes de la conférence. Quantum Effects in Nanostructures Xucun Ma, Université Tsinghua, Chine Professeure de physique, ses principaux sujets de recherche sont la croissance des films minces et les effets du confinement quantique dans les matériaux nanostructurés. La mise en évidence par son groupe de la supraconductivité à haute température augmentée par l’interface dans les hétérostructures FeSe/SrTiO 3 (T c > 77 K) a été considérée comme la découverte la plus importante des cinq dernières années dans le domaine des supraconducteurs à haute Tc. Elle a essentiellement parlé de sa recherche  : le rôle de la surface et du substrat dans la supraconductivité de ces composés et dans les propriétés des isolants topologiques. Elle n’a pas ressenti de problème comme femme scientifique en Chine et affirme que le succès vient par le travail individuel, mais aussi en équipe. «A good scientist must be a diligent and plucky person, always willing to exchange ideas and good at cooperating with others.» Searching for – and finding ! – gravitational waves Gabriela González, Louisiana State University, USA Gabriela González est professeure de physique et d’astronomie à l’Université d’État de Louisiane, et a été porte-parole de la collaboration scientifique LIGO pour l’observation expérimentale des ondes gravitationnelles. Au sein et autour de la SFP Elle nous a décrit sa démarche de plus de trente ans qui lui a permis de contribuer à la découverte des ondes gravitationnelles. Ce travail d’équipe commence par la prédiction, se prolonge par beaucoup d’instrumentation, puis par l’observation extraite du bruit grâce à la coïncidence entre les résultats des deux installations LIGO. Reflections on Not Fitting in Prof. Dame Athene Donald, Université de Cambridge, UK Études et majorité de sa carrière de recherche à l’Université de Cambridge, à l’interface entre la physique de la matière molle et la biologie. «Gender Equality Champion» pour l’Université de Cambridge, lauréate 2009 du prix L’Oréal-UNESCO et membre de nombreux comités nationaux et internationaux, dont le conseil scientifique de l’ERC. Elle a présenté son parcours et ses recherches aux frontières entre la physique des polymères, la chimie et la biologie, qui ont été parmi les premières présentant une telle interdisciplinarité. Elle a développé de nouvelles techniques de microscopie électronique et de diffraction des rayons X adaptées à ce domaine. Elle a aussi exposé la difficulté (et les avantages) de travailler dans un secteur neuf, encore inexploré, mais avec très peu d’audience. Reflets de la Physique n°61 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 61 mar/avr/mai 2019 Page 56