Reflets de la Physique n°60 déc 18/jan-fév 2019
Reflets de la Physique n°60 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : l'électricité nucléaire, questions ouvertes et points de vue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
 » > Cela a été rendu possible grâce à une souscription et un soutien de la région Ile-de-France. Ce laboratoire s’est rapidement mis en réseau avec une trentaine de stations de mesure équipées d’un matériel moins performant mais plus simple d’utilisation, qui est pertinent en situation postaccidentelle (voir encadré). Ensemble, ils ont développé un système d’intercomparaison et une base de données en ligne [10]. De la crise de la mesure aux mesures de crise Disposer d’un laboratoire qualifié et reconnu, associé à un réseau de préleveurs formés, est essentiel pour exercer un rôle de vigie et réagir vite en cas d’incident. Le cas le plus emblématique date de 2001, suite à un incident à l’usine de retraitement de La Hague. Dès le rejet atmosphérique connu, des riverains étaient sur le terrain pour faire des prélèvements et il est apparu que le dépôt, dominé par le couple ruthénium/rhodium 106, était supérieur à la quantité émise annoncée. Un modèle de dispersion atmosphérique a permis de démontrer que l’exploitant avait sous-estimé d’un facteur 1000 la quantité rejetée. Seule l’ACRO a découvert ce dysfonctionnement dû à un problème de détection qui existait depuis longtemps. Plus récemment, c’est une pollution au plutonium qui a été mise en évidence par l’association, à proximité de cette usine, à des niveaux suffisamment préoccupants pour que l’exploitant s’engage à reprendre les terres contaminées. En cas d’accident nucléaire, l’impact des rejets radioactifs est d’une toute autre ampleur. Il peut justifier l’évacuation durable de plus de 100 000 personnes, comme ce fut le cas à Tchernobyl et à Fukushima. De plus, les personnes vivant en territoire contaminé doivent pouvoir contrôler la radioactivité pour adapter leur vie quotidienne. L’accès à la mesure devient donc primordial. Les laboratoires et experts indépendants peuvent compléter les autorités et fournir aux citoyens des réponses adaptées à leurs problèmes. Les autorités françaises reconnaissent désormais l’intérêt d’une surveillance associative de la radioactivité dans l’environnement, même en temps normal. Après un éventuel accident grave, elles comptent sur la prise en charge, par la population, d’une partie de la surveillance. L’IRSN, par exemple, a soutenu la création 26 Reflets de la Physique n°60 La mesure de la radioactivité Lespetitsappareilsdeterrainmesurentleniveauambiantderadiations,qui inclutlaradioactiviténaturelleetéventuellementunecontributionartificielle. Certains ne prennent en compte que le rayonnement gamma et d’autres les rayonnements gamma et bêta. Ils sont surtout pertinents en cas d’accident grave,avecdesniveauxdepollutionsuffisammentélevés,quiinduisentune augmentationdurayonnementambiantdétectableparrapportauxvariations dubruitdefondnaturel.Ilsnepermettentpasdedétecterl’impactdesrejetsde routine des installations nucléaires. Pourdistinguerlaradioactivitéartificielledelaradioactiviténaturelledansdes échantillonsprélevésdansl’environnement,ilfautséparerlesrayonnements enfonctiondeleurénergieàl’aided’unspectromètre.Lesrayonnementsgamma peuventêtredétectéspardifférentstypesd’appareils.Lesplussimples,basés suruncristaldeNaIàtempératureambiante,ontunpouvoirderésolutionassez limitéetunelimitededétectiond’unedizainedebecquerelsparkilogramme. Ilssontpertinentsaprèsunaccidentnucléaireentrainantdesniveauxsignificatifs d’unnombrelimitéderadioélémentsrémanents.Pourobtenirlesmeilleures performances,onutilisegénéralementuncristalsemi-conducteuraugermanium refroidiàl’azoteliquide.Cetypededétecteur,plusonéreuxetcomplexed’utilisation, aunerésolutionsuffisantepourdistinguerdenombreuxradioélémentsetune limitededétectioninférieureaubecquerelparkilogramme.Ilestdoncpertinent pourdétecterl’impactdesrejetsenroutine. Pourlesémetteursbêtapurs,commeletritium,leuridentificationestpluscompliquée,carl’énergiedel’électronn’estpasunique.Ilfautdoncfaireuneséparation chimiquepréalableafindepouvoirdistinguerlespolluantséventuels. d’un réseau qui consiste en un déploiement de compteurs Geiger couplés à des smartphones, avec une application et une cartographie dynamique pour recueillir, partager et valoriser les données. Si les autorités japonaises peinent encore à reconnaitre l’importance de ces dispositifs de mesure citoyenne, il est indéniable qu’ils ont contribué à un meilleur diagnostic de l’impact des rejets. Accéder aux données permet aux personnes concernées d’avoir une réponse partielle à leurs questions, mais cela ne suffit pas. Il manque au Japon, par exemple, une stratégie de compilation et d’analyse afin d’en extraire des informations supplémentaires. La mesure citoyenne de la radioactivité a encore de longs jours devant elle et devrait être étendue à d’autres types de polluants. La publication du rapport Houllier [11] sur les sciences et recherches participatives en France a montré l’intérêt et la richesse de cette démarche. Si, pour ce qui concerne la radioactivité dans l’environnement, les associations ont forcé l’ouverture de l’expertise, il y a encore des progrès à faire pour rendre les recherches plus participatives dans ce domaine. ❚ Références 1. www.umweltinstitut.org/english.html 2. www.criirad.org/3. http://acro.eu.org/4. D.BoilleyetM.Josset, « Lasurveillance del’environnementexercéeparune association  : l’observatoire citoyen de laradioactivitédansl’environnement », Contrôle, 188(2010)79. 5. RéseauNationaldeMesures delaRadioactivitédel’environnement  : www.mesure-radioactivite.fr/6. Conventionsurl’accèsàl’information, la participation du public au processus décisionneletl’accèsàlajusticeen matièred’environnement,adoptéeà Aarhusle25juin1998 : www.unece.org/fileadmin/DAM/env/pp/documents/cep43f.pdf 7. Campagne « Tchernobyl,30ans après ? »  : http://tchernobyl30.eu.org/8. SuividelacatastrophedeFukushima  : http://fukushima.eu.org 9. http://chikurin.org 10. http://en.minnanods.net/11.www.sciences-participatives.com/Rapport a. Becquerel  : nombre de désintégrations radioactives par seconde dans une certaine quantité de matière.
Sous-traitance et qualité dans une centrale nucléaire Entretien avec Gilles Reynaud, président et de l’association « Ma zone contrôlée » Quelle est l’importance de la sous-traitance dans les centrales nucléaires ? Les problématiques du nucléaire Les grandes entreprises du secteur nucléaire (les « donneurs d’ordre ») font réaliser des tâches similaires soit par leurs propres salariés statutaires, soit par des salariés d’autres entreprises (les « sous-traitants »). À leur tour, celles-ci peuvent sous-traiter à des entreprises encore plus petites (sous-traitance « en cascade »). Les 160 000 salariés des entreprises sous-traitantes jouent ainsi un rôle invisible mais capital dans la production d’électricité, exécutant 80% des activités dans différents domaines  : assainissement, maintenance, logistique, radioprotection, traitement de déchets, démantèlement. Comment évolue le domaine ? Comme dans la plupart des activités industrielles, l’industrie nucléaire a recours à la sous-traitance pour assurer l’exploitation de sa filière. Cependant, le rôle des salariés non statutaires a beaucoup évolué et comporte des spécificités qui peuvent avoir un impact sur la sureté d’une centrale. Entretien avec un sous-traitant. Le vieillissement des installations nous préoccupe ; la situation économique des grands donneurs d’ordres aussi, car cela conditionne directement la durée d’attribution des marchés aux entreprises extérieures. Cette durée se situe actuellement entre 1 et 6 ans, ce qui selon nous est trop court pour des recrutements stables  : cela encourage un recours massif et savamment organisé à la sous-traitance. Notre travail réel est proche du secteur de la métallurgie ou du bâtiment-travaux publics ; or on nous applique de plus en plus la convention collective dite « Syntec » du secteur bureau d’étude-ingénierie ; elle est inappropriée, mais 30% moins onéreuse pour l’exploitant (a). De même, les salariés réalisant des opérations d’assainissement se voient appliquer la convention collective du nettoyage, moins couteuse. Ainsi, le recours aux entreprises socialement moins-disantes vise souvent à contourner les avantages sociaux des salariés statutaires des grands donneurs d’ordre. Non seulement c’est illicite (cela s’appelle du « prêt de main d’œuvre ») , mais en outre nous percevons le contrecoup direct sur le terrain de ce choix purement économique. Les salariés, renouvelés rapidement, sont démotivés et la qualité finale du travail réalisé nous semble baisser. » > Reflets de la Physique n°60 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 1Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 48-49Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 50-51Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 52-53Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 54-55Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 56-57Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 58-59Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 60-61Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 62-63Reflets de la Physique numéro 60 déc 18/jan-fév 2019 Page 64