Reflets de la Physique n°57 avr/mai 2018
Reflets de la Physique n°57 avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de avr/mai 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier micronageurs naturels et artificiels.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
L’exposition itinérante tout public « MAGNETICA, une expo attirante » a pour objectif de mettre à mal les croyances liées au magnétisme. D’esthétique cristalline et attractive, elle présente une approche scientifique expérimentale du magnétisme, afin d’en expliquer les principes et les effets à l’origine de nombreuses applications omniprésentes dans nos vies, et à l’origine de recherches actuelles. L'idée directrice est de partager connaissance et culture sur tout le territoire, d’attiser le goût des sciences chez le grand public, d’intéresser plus particulièrement les jeunes aux métiers scientifiques, à la recherche et à l’innovation, d'initier leur esprit pour les aider à se projeter dans l’avenir. 32 Reflets de la Physique n°57 MAGNETICA, une expo attirante Hélène Fischer (helene.fischer@univ-lorraine.fr) Institut Jean Lamour (UMR7198 CNRS/Université de Lorraine), Campus ARTEM, 2 allée André Guinier, BP 50840, 54011 Nancy Cedex Le contexte de création de MAGNETICA « MAGNETICA, une expo attirante » est une exposition grand public sur le magnétisme, produite dans le cadre du projet Escales des Sciences porté par l’Université de Lorraine (encadré 1). Elle est le fruit d’une démarche atypique de médiation scientifique mêlant scientifiques et designers, pour offrir au public la découverte du magnétisme au fil de nombreuses expériences à tester par soi-même, depuis les aimants du quotidien jusqu’à des résultats de recherches concernant le magnétisme. En portant ce projet, l’équipe « nano-magnétisme et électronique de spin » de l’Institut Jean Lamour (IJL) (encadré 2) a affirmé sa volonté de faire découvrir les sciences à un large public, affichant ainsi son implication dans la diffusion de la culture et de l’information scientifiques. L’objectif est multiple  : éveiller et former à la science et à la démarche scientifique, expliquer et débattre des avancées et des enjeux de la recherche avec les citoyens, et même peut-être susciter des vocations scientifiques. L’évolution de la société actuelle, en particulier la façon d’apprendre des plus jeunes, nous amène à réfléchir et à diversifier nos façons de vulgariser et partager la science avec le grand public. De nouveaux formats adaptés à un auditoire toujours plus exigeant, habitué à plus d’interactivité, sont à développer. Mais, innover, créer des actions de qualité, capables d’attirer une audience de plus en plus sollicitée, est complexe. La présence de chercheurs dans cette démarche de médiation est irremplaçable  : d’une part, ils sont un gage de qualité quant au contenu scientifique ; d’autre part, ils peuvent parler des recherches récentes et ancrer la science dans la modernité. Comme ils sont les acteurs de la recherche, ils peuvent témoigner de cette pratique, de leur vécu, de leur passion, de leurs questionnements. D’où l’intérêt de ce projet, mené par des chercheurs de l’Institut Jean Lamour  : le point de vue est celui du physicien issu de la communauté du magnétisme, enrichi par des collaborations interdisciplinaires avec des chercheurs d’autres communautés. La présence de compétences complémentaires non scientifiques se révèle nécessaire aussi au développement d’une médiation scientifique adaptée à la société actuelle. La récente implantation de l’Institut Jean Lamour au sein d’un nouveau campus baptisé ARTEM, acronyme issu des mots ARt, TEchnologie et Management (encadré 3), offre la possibilité d’explorer une nouvelle déclinaison de la médiation scientifique en exploitant la richesse des synergies émanant du rapprochement de l’art et des sciences dures. L’originalité de l’action menée avec MAGNETICA est d’inscrire la démarche de transmission des connaissances scientifiques dans une scénographie issue d’un travail mené avec une école d’art et de design. Finalement, le but ultime est d’élaborer un contenu, intrinsèquement de qualité car produit par des chercheurs, immergé dans un contenant également de qualité, car imaginé par des artistes. Ainsi, « MAGNETICA, une expo attirante » est à la fois le fruit d’une immersion dans la science en création au sein d’un laboratoire de recherche, d’un goût pour le partage des connaissances, du désir d’associer le grand public à l’émerveillement soulevé par la découverte scientifique, et des synergies émergeant de l’interdisciplinarité du campus ARTEM. La collaboration étroite entre physiciens et jeunes étudiants originaires des deux écoles du campus
ARTEM (Mines Nancy et l’école d’art et de design ENSAD) a permis de concevoir et développer de nouveaux supports, incluant les codes actuels de communication, illustrant la démarche d’investigation du scientifique, des maquettes à la fois pédagogiques et esthétiques, pour montrer la physique différemment et permettre au grand public d’approcher une démarche scientifique. Finalement, le fil conducteur suivi rejoint la vision de Jean Perrin qui, à la création du Palais de la découverte, voulait proposer au public un lieu pour « voir la science en train de se faire », un lieu esthétique où le public expérimente la démarche d’investigation pour créer la science. Une approche scientifique expérimentale du magnétisme « MAGNETICA, une expo attirante » propose au public de se laisser porter par une histoire, une histoire soutenue par l’expérimentation, construite selon un fil directeur logique, qui amène chaque table à appeler la suivante. Cette construction revisite les fondamentaux du magnétisme et dessine leurs imbrications, aidant ainsi à comprendre ce qu’est le magnétisme. Pour l’accroche, cette histoire débute par ce que tout le monde connaît, l’aimant que l’on colle au frigo, puis explique pas à pas les aspects fondamentaux du magnétisme en les mettant en évidence grâce à des maquettes expérimentales, certaines très pédagogiques et esthétiques, d’autres illustrant une application du quotidien directement issue du principe fondamental étudié. L’explication scientifique du phénomène observable figure sur un cartel situé à côté de chaque expérience à réaliser. Petit à Le projet Escales des Sciences Science et société Porté par l’Université de Lorraine, ce projet est une démarche qui vise à diffuser les cultures scientifique, technique et industrielle sur le territoire du Grand Est, et maintenant aussi sur le territoire national. Née du programme d’Investissement d’avenir CERCo (Construisons Ensemble une Région de la Connaissance), Escales des Sciences est une initiative inspirée par la société et pour la société. Au cœur du projet  : la volonté de réduire les disparités principalement observées entre les zones urbaines et rurales, et de promouvoir une égalité d’accès à la culture ; l’envie de faire découvrir autrement et au plus grand nombre, le monde d’aujourd’hui et d'initier à celui de demain, et de donner à tous les citoyens, petits et grands, davantage d’occasions d’explorer les sciences actuelles et de s’interroger sur la manière dont elles imprègnent notre quotidien et construisent notre futur. Encadré 1 Reflets de la Physique n°57 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :