Reflets de la Physique n°57 avr/mai 2018
Reflets de la Physique n°57 avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de avr/mai 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier micronageurs naturels et artificiels.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
1 A16 Reflets de la Physique n°57 SCIENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT Conférence internationale interdisciplinaire 9-10 mai 2018 - ICISE, Quy Nhon, Vietnam Sous le haut patronage de l’UNESCO, du CERN et des Instituts Solvay Cet événement s’inscrit dans le prolongement de la conférence internationale « Sciences fondamentales et Société » qui s’est tenue à l’ICISE en juillet 2016, dans le cadre des XII es Rencontres du Vietnam. La conférence « Science pour le Développement » programmée cette année constituera une nouvelle étape, en abordant le rôle de la science – qu’elle soit fondamentale ou appliquée – pour le développement durable de la société. Bien que l’utilité de la science au sein de la société soit généralement reconnue, il semble cependant que les scientifiques ne participent pas suffisamment aux discussions et à l’élaboration des politiques concernant les grands problèmes sociétaux. Pour surmonter ce manque, des liens devraient être créés entre les responsables politiques, les scientifiques, les organisations internationales, les entrepreneurs et les décideurs à tout niveau. L’ensemble des tables rondes aura pour objectif de stimuler la discussion et de préparer des propositions concrètes sur le rôle de la science pour favoriser le dialogue interculturel et la paix, tout en conservant son rôle de mise en garde et de force de propositions. Intitulés des tables rondes TABLE RONDE 1 L’impact économique et social de la science sur la société TABLE RONDE 2 La science au service de la prise de décision politique TABLE RONDE 3 La science et l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable TABLE RONDE 4 Les modèles scientifiques et le développement TABLE RONDE 5 La science comme facilitateur du dialogue TABLE RONDE 6 La science et la révolution industrielle 4.0 TABLE RONDE 7 La science comme lanceur d’avertissement et fournisseur de solutions Avec la participation de  : Cinq prix Nobel – ONU – UNESCO – OCDE – GIEC – Académie des Sciences du Vietnam – Académie des sciences de France – Ministères de la science du Vietnam, du Monténégro, du Sénégal, de la Thaïlande... – CERN – Agence Française du Développement – Société Française de Physique – Airbus, etc. L’ICISE Le Centre international interdisciplinaire pour la science et l’éducation (ICISE) est situé près de la ville de Quy Nhon, dans la province de Binh Dinh, sur la côte est du Vietnam central. Fondé en 2013 et dirigé par le professeur Jean Tran Thanh Van, physicien des particules bien connu de la communauté française, l’ICISE est géré par l’association « Rencontres du Vietnam ». Son objectif est de rassembler des scientifiques des pays développés et émergents, pour accueillir des conférences nationales et internationales, des colloques spécialisés, des écoles thématiques pour doctorants, et de concevoir des projets culturels et éducatifs. Le centre abrite un auditorium de 350 places, une salle de conférence de 100 places, des petites salles pour des séminaires et des bureaux pour les chercheurs. Il offre une vue spectaculaire sur la mer et sur les montagnes environnantes. Le centre ICISE accueille chaque année 10 à 12 conférences internationales de haut niveau, couvrant des disciplines scientifiques fondamentales ou appliquées, au départ surtout dans le domaine de la physique, mais qui s’élargiront à la biologie, la médecine et aux sciences humaines et sociales. En moyenne, une conférence réunit 150 participants pendant six jours. Si vous souhaitez organiser une conférence à l’ICISE, écrivez à  : contact@icisequynhon.com pour plus d’informations Site internet  : www.icisequynhon.com Cette conférence est organisée par l’association Rencontres du Vietnam, dont le but est de développer un dialogue scientifique de haut niveau entre le Vietnam, la France et le monde, en collaboration avec le Ministère de la Science et des Technologies du Vietnam, le Comité populaire de la province de Binh Dinh (Vietnam) et l’Institut de Recherche pour le Développement au Vietnam. Conférence gratuite, sur invitation. Pour assister à cette conférence, rendez-vous sur le site de la SFP www.sfpnet.fr pour remplir le formulaire de préinscription.
f.3)ree, ‘,01 11' si.'}) 7 1. f+r 1/9./efordeve/.. Avancées de la recherche Micronageurs naturels et artificiels Le plancton ou les colonies de bactéries sont des exemples de collection d’entités de petite taille capables de se mouvoir de façon autonome et cohérente  : on parle de « micronageurs ». Leur comportement a inspiré les physiciens, qui ont cherché à en rationaliser la phénoménologie. Nous avons donc décidé de regrouper dans un dossier plusieurs articles qui illustrent les comportements riches et inhabituels des micronageurs. L’idée d’une vie indécelable présente aux échelles microscopiques et capable d’envahir le corps humain remonte à plus de vingt-six siècles. Elle apparaît pour la première fois en Inde dans les écritures de Jain. Cette croyance se renforce aussi en Occident jusqu’au Moyen Âge, où les premières théories de la contagion reposent sur le transport de minuscules créatures entre nos corps. L’existence définitive des micro-organismes a été établie dès 1675 par Antonie Van Leeuwenhoek [1] qui, en concevant un microscope pour inspecter la qualité de ses étoffes, découvre les premiers mouvements de ce qu’il décrivait comme des essaims de vers et d’anguilles microscopiques agitant l’eau dans laquelle ils évoluent, lui donnant l’aspect d’un « liquide vivant » [2]. Van Leeuwenhoek découvrait les premiers micronageurs. En dépit du développement constant de la microbiologie, ce n’est qu’au milieu du 20 e siècle que les physiciens purent décrire la locomotion de microstructures déformables incapables d’exploiter leur inertie pour se propulser. Aux petites échelles, les forces visqueuses stoppent instantanément un corps qui cesse de se déformer. C’est finalement au début des années 2000 que les travaux conjoints des biologistes et des physiciens permirent de comprendre les mouvements de ces micro-organismes qui ont évolué ou perduré, en ne limitant jamais leurs trajectoires à des lignes droites. Encore plus récemment, depuis les années 2010, c’est le comportement collectif des micronageurs et ses conséquences sur les écoulements des fluides dans lesquels ils se propulsent qui concentrent les efforts de physiciens dans un domaine connu sous un nom qui résonne avec l’émerveillement de Van Leeuwenhoek  : la « physique de la matière active ». La physique de la matière active est en partie née de l’idée assez provocatrice de décrire les troupeaux, les nuées, les essaims ou les bancs d’animaux comme on décrirait des matériaux. La pertinence d’une } aime Olam description à grande échelle d’un groupe d’animaux.. comme la phase ordonnée d’un ensemble de spins motiles s’est vue être confirmée ces dix dernières années par des mesures quantitatives sur des nuées d’oiseaux et des essaims d’insectes. Ainsi, en utilisant des concepts et des outils de la physique de la matière condensée et de la physique statistique, une ligne de recherche importante se consacre à décrire des tissus cellulaires, des biofilms, des suspensions bactériennes et le cytosquelette intracellulaire comme des matériaux actifs obéissant à d’autres lois de conservation, montrant des dynamiques inaccessibles aux systèmes passifs. Figure  : Micro-organismes dessinés par le scientifique hollandais Antonie van Leeuwenhoek (1632-1723), d’après ses observations par microscopie optique. Pictorial Press Ltd/Alamy Stock Photo » > Reflets de la Physique n°57 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :