Reflets de la Physique n°56 jan/fév/mar 2018
Reflets de la Physique n°56 jan/fév/mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°56 de jan/fév/mar 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur Pierre-Gilles de Gennes et l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Notes de lecture 1 x ordinaire Pierre-Gilles de tiennes prix Ncbel de pfi »ique Od ile J acob 46 Reflets de la Physique n°56 Froçcée chvebérb a Filaiektia 4.1.ma « Le savant » rassemble quatre discours, dont les points d’orgue de son parcours scientifique que sont sa leçon inaugurale au Collège de France en 1971 et sa conférence Nobel sur la matière molle en 1991, et quatre publications allant de la rupture conceptuelle en deux pages accessibles aux seuls physiciens (théorème n = 0), à la « vulgarisation » sur les « Bulles, mousses et autres objets fragiles », qui donne des titres de noblesse à ce terme souvent mécompris. « L’homme » nous offre un éclairage sur la construction de cette personne extraordinaire (« Trajectoire » et « Lectures ») , et nous rappelle la vigueur de ses prises de position bien souvent à contre-courant (« Contre les méthodes »). Les chimistes apprécieront tout particulièrement l’expression de son admiration pour Primo Levi, et ceux qui comme moi ont nourri leur adolescence avec Jean Giono résonneront à l’évocation du courage du « hussard sur le toit » et de racines en Basses-Alpes. L’opposition lucide de P.-G. de Gennes à tous les dogmatismes est fortement argumentée, y compris la « religion de la nature » et la dangereuse incompréhension foncière de la science qu’elle peut engendrer. « L’inspirateur » résume ses messages forts sur la transmission du savoir et du savoir apprendre, fruits d’une longue expérience de professeur et directeur d’école particulièrement réflexif. Cette L’extraordinaire Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de physique Textes choisis par Françoise Brochard-Wyart, David Quéré et Madeleine Veyssié (Odile Jacob, 2017, 223 p., 23,90  € ) Tous les savants d’exception n’ont pas le charisme, l’intensité humaine, ni les talents multiples de Pierre-Gilles de Gennes, qui ont marqué tous ceux qui l’ont connu et caractérisé ses nombreuses interventions publiques. C’est pourquoi l’adjectif extraordinaire n’est pas une emphase à son égard, mais une forme de définition scientifique, si j’ose dire  : les textes de sa plume, choisis et présentés dans ce livre par un trio bien connu de ses collaborateurs les plus proches, en proposent la démonstration. Ils sont regroupés en trois parties  : « Le savant », « L’homme » et « L’inspirateur ». partie apporte aussi sa vision rétrospective et prospective sur l’évolution accélérée de notre civilisation, basée sur les acquis de la science, mais désorientée et mise en danger par la mécompréhension de sa vraie nature, et les mésusages du pouvoir technique qu’elle nous confère. Le dernier chapitre, « Créer et découvrir », vient en contrepoint du dossier « Pierre-Gilles de Gennes et l’innovation » présenté dans ce même numéro (pp. 10-19)  : c’est en effet la voix du maître sur les questions de créativité scientifique et d’innovation. J’en extrais deux citations  : « [...] je suis convaincu que nous assistons, de temps en temps, en physique, à la création d’un art nouveau » (p. 200), et « Dans nos pays latins, on croit toujours que l’invention est fille de la théorie, comme Athéna est issue de Zeus. C’est vrai dans certains cas (le transistor, le laser) mais bien souvent c’est autre chose  : une idée pratique (le float glass…), une observation (Fleming...), une lente maturation (l’enregistrement magnétique des sons...). » L’être humain est en soi extraordinaire, et les personnes comme Pierre-Gilles de Gennes qui en réalisent tant de qualités potentielles sont porteuses de sens, remède à la désorientation ordinaire. Hervé Toulhoat Ancien directeur scientifique adjoint d’IFP Énergies Nouvelles Matériaux supraconducteurs – Structures et propriétés physico-chimiques Philippe Mangin et Rémi Kahn - EDP Sciences, collection Grenoble Sciences, 2017, 232 p., 42  € Après une introduction concernant les supraconducteurs de type I et de type II et les grandeurs caractéristiques, ce livre apporte une vision globale sur les familles de matériaux, leurs similitudes et leurs différences de comportement  : métaux et alliages métalliques, oxydes (cuprates), matériaux organiques et composés du carbone, composés à base de fer et fermions lourds. Des compléments portent sur les mécanismes microscopiques. L’ouvrage, qui comporte plusieurs centaines de références et de nombreuses figures, est destiné aux étudiants (à partir du L3) en chimie, physique et ingénierie, aux enseignants et chercheurs, ainsi qu’à tous les professionnels concernés par la supraconductivité.
Pourquoi la Terre tremble Pascal Bernard (Belin, collection Essais, 2017, 464 p., 21  € ) emnie Prs'Beimmi PDHJOI ! EURE TORE Séismes el sunansim. trameur ? po4Irea..1..no d1 jour Fédine ? een Par un discours clair et accessible à tous, Pascal Bernard propose un ouvrage passionnant sur les séismes, leur physique propre, et leurs conséquences pour les sociétés humaines. Sismologue à l’Institut de Physique du Globe de Paris, l’auteur brosse ici un panorama complet sur ce phénomène, mêlant habilement anecdotes, récits historiques et description scientifique. Pour parvenir à ce tour de force, ce livre est abondamment illustré (par des croquis de l’auteur lui-même !) , et se structure en six parties distinctes. Dans la première partie, l’auteur rappelle comment la compréhension des séismes, comme conséquences de la dynamique de failles, a progressivement émergé au cours de l’histoire. La deuxième partie est consacrée aux caractéristiques générales des séismes, souvent décrites à partir de modèles importés du monde de la physique comme les processus de percolation ou de criticalité auto-organisée (a). Ces lois moyennes, de comportement collectif des failles, sont cependant mal adaptées à la description fine d’un séisme en particulier. La troisième partie du livre explique comment les récentes évolutions technologiques ont révolutionné l’imagerie et la mesure des mouvements sismiques. L’habilité de l’auteur est nette dans ce chapitre, qui pourrait être aride, mais se révèle passionnant à lire. La partie suivante du livre décrit les phénomènes physiques qui ont lieu avant, pendant et après un séisme, qu’ils soient d’ordre mécanique, électrique, gazeux, etc. C’est en quelque sorte le cœur de ce livre, chapitre mariant la physique et les observations d’effets divers attribués aux séismes comme les perturbations électriques du sol ou les fuites de gaz. La description de résultats obtenus ces dernières années rend l’ouvrage intéressant, même pour le lecteur initié. Les deux dernières parties du livre en constituent un atout certain, car elles abordent deux aspects importants mais parfois oubliés. Ainsi, la cinquième partie rappelle que la mécanique des failles n’est pas seule responsable des tremblements de la Terre. Cette dernière tremble en fait continuellement, et ce bruit sismique est à l’origine d’un domaine de recherche actuel très dynamique. Enfin, la dernière partie est consacrée au rôle de la sismologie au sein des sociétés humaines, par exemple au niveau du lancement des alertes, souvent compliqué par l’échelon politique et médiatique, ou au niveau de la construction de bâtiments aux normes parasismiques. En résumé, cet ouvrage est une excellente lecture à la portée de tous, qui donne envie de s’intéresser de plus près au sujet ! David Cébron Institut des Sciences de la Terre, Grenoble (a) La criticalité auto-organisée est une propriété des systèmes dynamiques dont un point critique est un attracteur  : le système évolue alors spontanément vers le point critique, exhibant naturellement les caractéristiques typiques d’une transition de phase (invariance d’échelle spatiale ou temporelle, etc.). Reflets de la physique et ses lecteurs Jupiter, la conquête d’une géante James Lequeux et Thérèse Encrenaz (Belin, 2016, 128 p., 22,50  € ) Très belle conquête de cette géante qu’est Jupiter, et très beau voyage que nous proposent Thérèse Encrenaz, planétologue et directrice de recherche émérite du CNRS, et James Lequeux, radioastronome et astronome honoraire de l’Observatoire de Paris ! Alors pourquoi Jupiter ? Pas simplement pour les superbes images qui émaillent cet ouvrage, mais parce que Jupiter est une planète gazeuse dont il s’agit de comprendre la formation et la structure interne, et qu’elle est – au demeurant – particulièrement massive et donc d’une grande influence gravitationnelle sur les autres planètes du système solaire. Ses bandes et ses taches nous ont longtemps intrigué, et il a fallu, par exemple, déployer force efforts et ingéniosité pour comprendre l’origine cyclonique de la fameuse grande tache rouge. Jupiter est, en outre, au centre d’un système planétaire miniature, et certaines de ses nombreuses lunes ont d’ailleurs joué un rôle important dans notre compréhension de la valeur finie de la célérité de la lumière. Une carte d’identité de Jupiter inaugure l’ouvrage, qui constitue une bonne introduction pour aborder la suite. Les deux premiers chapitres présentent un historique des découvertes ; les deux qui suivent décrivent d’abord la période qui précède l’ère spatiale avec le dévoilement de l’atmosphère jupitérienne, de l’intérieur de la planète, ainsi que de son émission radio, pour aborder ensuite la narration de l’ère spatiale proprement dite, avec les engins Pioneer 10 &11, Galileo avec l’observation de la chute de la comète SL9, sans oublier Voyager et les fameux anneaux. Le cinquième chapitre présente Jupiter sous toutes les coutures, de la dynamique de son atmosphère à ses vents violents et turbulences, en passant par son magnétisme et ses aurores polaires. Le sixième développe l’idée que Jupiter est la gardienne de la population d’astéroïdes et développe alors l’aspect « mécanique céleste ». L’avant dernier chapitre étend l’horizon des observables aux Jupiters extrasolaires ; les chauds sont étudiés par transit, les froids par imagerie directe qui en est encore à ses prémisses. Viennent enfin les choses encore à découvrir, à savoir les moteurs de la circulation atmosphérique, la question des origines, celle de la diversité des satellites, pour finalement faire le point sur les explorations futures. Comment conclure ? Voyage dans le temps tout d’abord, avec un récit de cinq siècles de construction de connaissances, mais avec au terme de la narration un certain nombre de questions encore ouvertes et donc des perspectives de nouvelles aventures... Un superbe livre, avec les auteurs qu’il fallait pour le rédiger, car spécialistes mondialement reconnus du domaine. Arnaud Le Padellec Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse Reflets de la Physique n°56 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 1Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 56 jan/fév/mar 2018 Page 48