Reflets de la Physique n°55 oct/nov/déc 2017
Reflets de la Physique n°55 oct/nov/déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de oct/nov/déc 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : une brève histoire du climat de la Terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Notes de lecture Anti-dictionnaire de physique Daniele Vegro - Belin, collection Science à plumes, 2016, 368 p., 22  € Abécédaire citoyen des sciences Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader - Éditions Le Pommier, 2017, 364 p., 22  € Deux abécédaires de science d’un genre très différent viennent de paraître  : ils présentent chacun la science sous un jour inattendu, fournissant des informations fort bien vulgarisées, mais aussi une vision critique en regard des attentes des citoyens. C’est un plaisir de l’esprit de feuilleter ces deux ouvrages et de se laisser arrêter, au hasard d’un billet, pour profiter des rencontres avec les idées qui foisonnent. Daniel « Vo-gr) Anti- DicTi.Q.Nna[re _ciu.]qi. qubécédftire citouen, des scienresrn.-r le plient', r ihr,5r rj 46 Reflets de la Physique n°55 Ce livre, écrit par un architecte, est centré sur la physique, et même particulièrement la physique des particules et l’astrophysique. Mais rien n’y est décrit comme on l’attendrait  : l’anticonformisme est la règle, comme le signale d’emblée l’auteur soucieux ne pas remercier ceux qui l’ont aidé ! L’humour et le jeu avec les idées semblent avoir guidé le choix des mots sélectionnés. Les notions de base et les grandes lois de la physique sont bien évoquées, mais certaines sont évacuées en quelques lignes (Raie spectrale, Spin), d’autres au contraire développées avec un intéressant point de vue historique (Ether). Sous leur aspect divertissant, certaines analyses sont approfondies et pertinentes (Champ de Higgs, Dualité onde-particule, Matière Noire), Cet ouvrage, d’une rare intelligence, développe une réflexion sur les rapports complexes de la science avec la société. L’entreprise de la science est à l’origine une recherche de vérité, mais elle se trouve de plus en plus impliquée dans des questions de pouvoir à travers les applications technologiques qui en découlent et sur lesquelles le public s’interroge. Ce livre est issu des travaux de l’Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie (IHEST), un lieu très vivant de formation et de débat sur la science. L’auteur est l’ancienne directrice de l’IHEST. Son livre s’articule autour de 45 mots (de ADN à Zéro) servant d’entrée à des textes de quelques pages, qui peuvent être des « paroles » (signées par un chercheur réputé), des « dialogues » (entre l’auteur et un spécialiste), ou encore des « billets » où l’auteur inclut ses réflexions personnelles. En délicieuse ouverture (voir ADN), on voit Francis Crick en 1953 expliquer en termes simples et lumineux la double hélice à son fils de douze ans  : l’émerveillement transmis à l’enfant est émouvant, le sens de l’esthétique est présent dans le regard du Michèle Leduc, Laboratoire Kastler Brossel, ENS Paris bien loin des approximations superficielles fournies souvent par la vulgarisation. En se laissant attirer par le ton original et plaisant de l’ouvrage, il y a matière à se cultiver en science physique, même sans rien en connaître, et sans se laisser impressionner par la dérision affectée de l’auteur (Physique  : c’est une science qui nous demande des efforts de pensée excessifs). Ce livre est un régal par sa drôlerie. Il enchante aussi par son observation malicieuse des comportements dans le milieu de la recherche (Physicien  : il apparait tirant la langue et décoiffé sur les t-shirts des adolescents du monde entier, ou encore  : le physicien est celui qui parle d’amplitude des dégâts plutôt que d’ampleur…) En résumé, il ne faut pas prendre au pied de la lettre ce qu’écrit l’auteur (Ce dictionnaire ne sert à rien, c’est le cas de 99% des publications !). Bien au contraire, l’ouvrage, par son côté plaisant, est susceptible de capter l’attention des réfractaires à la physique et même de leur donner quelques lueurs sur des phénomènes complexes. En outre il a le grand mérite de renvoyer le physicien à sa propre image, pas toujours flattée, dans le miroir que lui tend l’auteur en connaisseur intime de cette profession. scientifique. Étienne Klein (voir Boson de Higgs), à propos de la physique – ce corpus intraduisible aux concepts inaccessibles – affirme qu’il faut prendre son temps pour expliquer comment les particules ont acquis de la masse, et lutter contre une certaine « crise de la patience » chez les médias et le public. Mathias Girel (voir Controverse) explique que la tendance actuelle est de « déconfiner » les controverses purement scientifiques en leur superposant des questionnements sur les politiques de mise en œuvre de la science  : ainsi la question du réchauffement d’origine anthropique est pratiquement tranchée y compris dans l’opinion, alors que celle des décisions à prendre est totalement ouverte. Le changement climatique est aussi évoqué dans Deux degrés  : sa limitation à deux degrés à l’orée de 2100 est devenue un symbole emblématique aussi important politiquement que controversé scientifiquement. Jacques Bouveresse (voir Puissance) analyse les forces et les limites de la connaissance scientifique, sachant que l’étendue de ce que nous ne savons pas croît en même temps que le savoir et engendre essentiellement des doutes. Or, pouvons-nous nous passer de certitudes ? Concluons avec la « parole » de Hans Wismann(voir Utopie)  : le philosophe s’interroge sur les dynamiques successives que l’utopie a impulsées aux découvertes scientifiques, depuis les sociétés traditionnelles tournées vers un passé mythifié, jusqu’aux sociétés contemporaines caractérisées par la recherche frénétique de « l’innovation pour l’innovation », qui d’ailleurs a pris la place de l’idée de progrès.
Matière en grains Étienne Guyon, Jean-Yves Delenne et Farhang Radjai - Odile Jacob, 2017, 336 p., 24,90  € La physique des empilements, des milieux granulaires et des suspensions a commencé par intéresser les physiciens depuis plusieurs dizaines d’années déjà. Le présent livre témoigne des nouvelles questions que l’amélioration des techniques expérimentales, théoriques et numériques, ont permis d’aborder. Ces approches sont appliquées ici aussi bien à des matériaux naturels qu’à des modèles de laboratoire (voire numériques). La diversité des compétences des trois auteurs se retrouve dans celle des problèmes abordés  : expérimentation physique et diffusion scientifique (E.G.), théorie et simulation numérique (F.R.), agronomie et industrie agroalimentaire (J-Y.D.). Le texte aborde aussi bien les suspensions de grains bien séparés dans des liquides que les milieux poreux solides où les grains sont fortement soudés les uns aux autres. Une notion omniprésente dans la matière en grains est la présence et la caractérisation du désordre. L’ouvrage aborde des questions comme la structure périodique ou non d’empilements à deux ou trois dimensions ou, encore, les facteurs conditionnant la compacité des empilements désordonnés (volume des grains/volume total). Les auteurs nous montrent en particulier comment ces études, autrefois limitées à des ensembles de sphères, ont été étendues à des formes plus complexes  : par exemple des objets anguleux ou allongés tels que des fibres ou des ellipsoïdes aplatis (le livre cite les bonbons M&Ms !). La discussion des écoulements granulaires fait bien apparaitre les nombreuses différences (mais aussi les similitudes) avec les écoulements purement fluides. Elle montre le rôle souvent essentiel de la friction entre grains (par exemple près de la limite de grande compacité des empilements denses) ; le rôle des collisions entre particules peut être aussi important pour des écoulements rapides et peu denses. De nouveaux nombres caractéristiques sans dimension se substituent alors au nombre de Reynolds de la mécanique des fluides qui compare les effets inertiels et visqueux dans un écoulement. La physique des contacts entre particules et l’apparition de chaînes de forces a une place importante dans le livre, justifiée par leur importance pratique  : ainsi, la formation de voûtes formées de particules s’appuyant les unes sur les autres et sur les parois (comme les pierres d’une arche gothique) entraine souvent un blocage, intermittent ou permanent, des écoulements granulaires. Les applications aux angles de stabilité des tas granulaires, aux avalanches ou aux propriétés acoustiques de ces milieux sont également présentées. Un chapitre particulièrement intéressant discute les effets stabilisant la matière en grains  : présence de ménisques capillaires aux contacts entre les grains (effet « châteaux de sable ») , fabrication de briques de terre consolidées par des déchets végétaux et de l’argile, géotextiles utilisant des fibres pour stabiliser les talus de routes, pénétration Reflets de la physique et ses lecteurs ÉTIENNE GUYON JEAN-YVES DELENNE FARHANG RADJAI MATIÈRE EN GRAINS Odile Jacob des racines dans le sol. Les liens de cette physique des milieux granulaires avec l’agriculture et certains types d’habitats traditionnels (ou même d’édifices religieux africains) sont particulièrement fascinants. Bien d’autres sujets sont abordés dans cet ouvrage plaisant et facile d’accès au nonspécialiste. Globalement, il donne une vision très à jour des approches modernes des milieux granulaires ainsi que d’une large diversité d’applications souvent passionnantes. Jean-Pierre Hulin, Laboratoire FAST, Université Paris-Sud Relativité et quanta  : une nouvelle révolution scientifique… Gilles Cohen-Tannoudji et Michel Spiro Éditions Le Pommier et Universcience éditions, collection Le Collège (2017), 120 pages, 10  € Ces dernières années, les moissons scientifiques ont été exceptionnellement fructueuses  : de la découverte du boson de Higgs à celle des ondes gravitationnelles, émises lors de la coalescence de deux trous noirs massifs, et aux observations du fond cosmologique par le satellite Planck. L’humanité vient ainsi d’atteindre un nouveau palier dans la compréhension du monde quantique et du monde de la gravitation. Nos bases théoriques, expérimentales et technologiques forment aujourd’hui un socle scientifique solide pour aller plus loin et tenter de répondre aux nouvelles questions qui surgissent suite à ces découvertes... Enquête et mise au point sur une révolution en cours. Reflets de la Physique n°55 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 1Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 48