Reflets de la Physique n°55 oct/nov/déc 2017
Reflets de la Physique n°55 oct/nov/déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de oct/nov/déc 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Société Française de Physique

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : une brève histoire du climat de la Terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
 » > Une pratique éminemment non conforme à l’éthique, mais difficile à prouver. Qui plus est, elle peut être parfaitement involontaire, car les idées circulent et heureusement, puisque la recherche se nourrit d’échanges intellectuels. Que de fois pensons-nous avoir trouvé une idée en oubliant que nous l’avons déjà entendue bien avant discutée par un collègue... L’autoplagiat  : pas toujours condamnable Il faut de plus mentionner l’autoplagiat, une forme pas toujours bien définie de plagiat, qui fait de plus en plus l’objet de critiques sur les blogs et les réseaux sociaux, mais dont nous avons du mal à saisir la nature. On entend par autoplagiat la pratique qui consiste pour un auteur à reprendre les contenus de ses propres travaux sans les citer en référence, afin de les faire passer pour des résultats nouveaux, trompant ainsi son lecteur en droit de s’attendre à du neuf. L’autoplagiat est de plus en plus redouté par les éditeurs, qui tentent de le détecter et de l’éviter en imposant diverses contraintes auprès de leurs auteurs, comme celle de fournir leurs données ou la liste de leurs articles antérieurs sur le même sujet. La tentation la plus évidente à la base de l’autoplagiat est pour le chercheur d’allonger sa liste de publications. Ainsi observe-t-on souvent le salami slicing, c’est-à-dire la démultiplication du même travail en plusieurs articles (le principe, les prérésultats, les calculs, l’ensemble des résultats, une synthèse), sachant que tous ces articles se recoupent largement les uns les autres. Pourtant cette pratique n’est pas forcément répréhensible, car nous savons bien que nous travaillons tous par incréments successifs à partir d’une même matière. Il peut être légitime de republier un article en lui ajoutant des mesures nouvelles et en reprenant les termes de l’introduction sans les changer, à condition que la nouveauté soit suffisante. L’autoplagiat doit s’évaluer au cas par cas. L’autoplagiat s’apprécie différemment pour la diffusion des résultats de la recherche auprès d’un public plus large que la communauté scientifique concernée. En effet, la répétition est un caractère intrinsèque de l’enseignement. On peut et même on doit se répéter quand on transmet une même connaissance à des publics différents. Ensuite l’obsession du plagiat et surtout de l’autoplagiat ne devrait pas nuire à la 28 Reflets de la Physique n°55 diffusion du savoir auprès du public  : quel mal y a t-il à reprendre la teneur d’un article de recherche dans un journal de vulgarisation, à recycler une conférence dans un livre, à en réutiliser des fragments dans une émission de radio ? À cet égard, il me semble personnellement qu’on a fait un mauvais procès à Étienne Klein quand les réseaux sociaux ont dénoncé, avec une malveillance intentionnelle, les autoplagiats dans ses communications publiques (je ne prends pas ici position sur ses plagiats, vrais ou supposés)  : dans cette affaire désolante, j’ai tenu au contraire, avec la SFP, à manifester l’estime que je porte de longue date à ce collègue, prix Jean-Perrin 1997, capable de rendre attractive l’histoire de la physique moderne dans toute sa complexité. Sanctions versus formation des chercheurs Beaucoup plus grave pour la science que le plagiat me semble être la falsification des résultats publiés et des données récoltées. Pourtant les codes de conduite internationaux sur l’intégrité en recherche considèrent le plagiat comme une fraude, au même titre que les malversations majeures qui dénaturent le fondement de la production scientifique. En France le plagiat est la seule fraude qui puisse donner lieu à une sanction juridique ; encore faut-il que le tort causé à un tiers soit requalifié en contrefaçon. En général le plagiaire en recherche n’est pourtant pas un criminel  : il peut avoir un tempérament très varié, allant du chercheur insouciant et négligent jusqu’au caractériel totalement paranoïaque. Une des raisons principales de la pratique du plagiat, comme celles des autres manquements aux règles de base du métier de chercheur, est la compétition exacerbée pour les postes, les ressources et les publications dans les journaux de prestige [1]. La chasse au plagiat est actuellement la préoccupation principale des universités en matière d’intégrité, en particulier pour les travaux des étudiants et pour les thèses. Certains responsables des études doctorales commencent à faire systématiquement tourner les logiciels de similitude sur les manuscrits avant les soutenances, ce qui a au moins un aspect dissuasif. Le plus important est toutefois de bien mettre en place la promotion des méthodes pour éviter de plagier et d’être plagié. Les doctorants, depuis un décret paru en 2016, seront obligés d’avoir été « exposés » à une formation sur l’intégrité et l’éthique de la recherche avant leur soutenance. Cette question de l’intégrité a été récemment prise à bras de corps en France au niveau ministériel. Toutes les universités et établissements de recherche vont être tenus d’avoir un référent qui recueille les allégations de fraude, chargé de veiller à leur traitement confidentiel mais équitable s’il ne résulte pas de la malveillance. Enfin l’OFIS (Office Français de l’Intégrité en Science) va être installé fin 2017 à l’HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur). Il n’en reste pas moins que c’est aux chercheurs eux-mêmes, avec ceux qui parlent de la science, de rester vigilants face à la tentation fréquente d’oublier de citer leurs sources d’inspiration. Les plus pessimistes d’entre nous pensent que les comportements inadéquats sont au cœur même de la science d’aujourd’hui et ne peuvent être considérés comme un phénomène périphérique, susceptible d’être résorbé par le contrôle. Il est clair que demain la solution au problème du plagiat et des autres fraudes ne pourra être trouvée que dans une modification assez radicale des pratiques. La pression sur tous les acteurs, en particulier les jeunes, est devenue excessive et le système mondial de la recherche connait un emballement défavorable à la vraie créativité. Mais cette question dépasse largement le cadre des réflexions proposées dans cet article. ❚ Références 1 Voir l’article de M. Leduc etL. Letellier, « Sommes-nous toujours honnêtes dans nos pratiques de recherche ? », dans Reflets de la physique n°37 (2013) 44-45. 7 Voir par exemple  : Pour en savoir plus M. Bergadaa, Le plagiat académique, comprendre pour agir, Éditions L’Harmattan (2015). G.J. Guglielmi et G. Koubi (ouvrage collectif), Le plagiat de la recherche scientifique,L.G.D.J., Lextenso éditions (2012). COMETS (Comité d’éthique du CNRS), Avis 2017-34, « Réflexion éthique sur le plagiat dans la recherche scientifique ». Anne Fagot-Largeaud, « Regard rétrospectif sur les débats concernant l’honnêteté du chercheur », L’Archicube n°19 (2015) 147.\
Énergie et environnement'els\47° Devant la menace des conséquences d’un réchauffement climatique, dont les deux exposés complémentaires de Henri Le Treut, (« Après la COP21, quelle responsabilité pour la communauté scientifique ? ») , puis de Gilles Ramstein, (« Les climats de la terre  : dans quels contextes l’Homme va-t-il changer le climat ? ») , nous ont confirmé la réalité et les dangers, la décarbonisation de l’économie représente un défi majeur pour nos sociétés développées, et c’est tout l’enjeu de ce que l’on entend par transition énergétique. Cette transition devrait conduire à une réduction drastique de la part des énergies fossiles (qui est d’environ 80% actuellement) dans l’énergie primaire totale utilisée au niveau mondial. Or, comme nous l’a clairement exposé Gaël Giraud, (« Énergie et matière en économie  : comment réparer cet «oubli» ? ») , la prospérité et le développement économique dépendent étroitement de l’énergie, de la matière et de leurs transformations. Aucun substitut n’existe. Le défi posé par la décarbonisation revient donc à trouver des sources d’énergie non carbonées remplaçant les sources fossiles, et répondant aux besoins en quantité, qualité adaptée aux usages, et disponibilité adaptée à la demande, tout en satisfaisant aux contraintes économiques et environnementales. Or, il n’existe malheureusement actuellement aucune solution miracle ! En effet, pour ce qui concerne la production d’électricité, comme l’ont démontré les exposés de Dominique Grand, (« Les conséquences de l’intermittence des énergies renouvelables et comment les gérer ») , puis de Gérard Gebel, (« Stockage massif de l’énergie  : options envisageables et verrous identifiés ») , les énergies renouvelables intermittentes (solaire et éolien) ne peuvent constituer la panacée en l’absence de possibilité de stockage massif à un coût énergétique raisonnable. Pour éviter la décroissance et l’effondrement de nos sociétés, faudra-il se tourner vers un nucléaire devenu une source d’énergie propre et socialement acceptable ? C’était l’objet de l’exposé de Daniel Heuer, (« Quel nucléaire pour le futur ? ») , sur les réacteurs de 4 e génération à sels fondus, utilisant le cycle du thorium. I -U17174. Science et société Énergie et climat au Congrès de la SFP Les supports des présentations sont accessibles sur le site de la SFP. Vectorpower Lors du dernier Congrès général de la SFP, les thématiques du climat et de la transition énergétique ont fait l’objet de plusieurs exposés répartis en deux sessions, la première comprenant trois conférences semi-plénières suivies d’une table ronde et d’un débat. Un message d’espoir a tout de même été apporté par l’exposé d’Henri Safa sur la cogénération, (« La cogénération pour une transition énergétique efficace ») , qui consiste à récupérer la chaleur fatale,i.e. les rejets thermiques, des centrales électriques pour les usages non électriques de l’énergie, chauffage urbain notamment, et permettrait ainsi de les décarboniser. Au cours de la table ronde et du débat, les orateurs ont pu répondre aux nombreuses questions suscitées dans le public par leurs exposés. Parmi les principaux points abordés, on retiendra particulièrement ceux liés  : 
 à l’évolution du climat (que se passera-t-il si l’on ne réussit pas à réduire les émissions anthropiques de gaz à effet de serre ?) , aux risques climatiques et à la question de leur prise en compte par la société ; aux modèles économiques. Si l’idée que nous pourrions maintenir une société prospère sans consommer ni énergie ni ressources est bien incompatible avec ce que nous apprend la thermodynamique sur le monde, alors quid de la croissance et de la mesure du bien-être et de la prospérité (qui nécessiterait des indicateurs alternatifs au PIB) ? aux scénarios de transition énergétique et à la pertinence des hypothèses sur lesquelles ils reposent. Par exemple  : décroissance de la consommation d’énergie ? la biomasse, est-ce vraiment marginal ? 
 aux possibles solutions pour gérer l’intermittence des énergies renouvelables  : adaptation de la demande à l’offre, stockage par pompage hydraulique, etc. Gérard Bonhomme Président de la commission Énergie et Environnement de la SFP Un futur numéro spécial de Reflets de la physique sera consacré à l’énergie et fera le point sur ces questions, avec le souci d’une approche scientifique dégagée de tout parti pris.
 Reflets de la Physique n°55 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 1Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 2-3Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 4-5Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 6-7Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 8-9Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 10-11Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 12-13Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 14-15Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 16-17Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 18-19Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 20-21Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 22-23Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 24-25Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 26-27Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 28-29Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 30-31Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 32-33Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 34-35Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 36-37Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 38-39Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 40-41Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 42-43Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 44-45Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 46-47Reflets de la Physique numéro 55 oct/nov/déc 2017 Page 48