Ramdam n°134 sep/oct 2018
Ramdam n°134 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°134 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Ligne Sud

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : Moondog, la saison évènement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Piano Jacobins 5 I km:pin Psiimmo I.1241.141 Me.," Ii1417 kar e I hikoim 111 I hic.1)-Anexi 11 1 beim Moberge 171Am:cm:fru TIErsnad 15 Ih., eggreig 1.11 151.C/16:10mi:1 lianaM 17111fo 1r.11491 NW.6 13 1 Baga égghbrigg 1411 1 limingui Çhsocreu a 564511 5keid 21:1 1 Jegn-Pcgi Comageige 511 » dg 22 I Venera 22 1 Reni Pugge.k.% 55 1 2.6 I lai:. Fi Nffliii Rein 27 I he-Megegachga) 21 I jecradapini Facile 2$ 1 egalego caweo 23 1 rien 2471Frs.r Tritium. pioreopeoWns.cem. -ggr. *len 1 6262:43615 irwmi Ura. IBM MM Mil CA LE ABONNEZ-VOUS,\11 e OUVERTURE DE SAISON Billetterie en Pigne www.mai rie-tour nef e Ltd Ie, fr TournefeuineCullure Culture Tourneteulle Tournefeuï
GHR- ISTI Vous dirigez en quelque sorte un service public, c’est quoi l’opéra populaire aujourd’hui, et d’abord le rapprochement des deux mots, opéra et populaire, est-il si naturel ? Il y a deux choses dans l’opéra  : les œuvres qui, à mon sens, sont populaires car vous mettez la personne la plus inexpérimentée face à un grand chef-d’œuvre, elle sent le frisson. Il n’y a pas de limite à l’effet de l’opéra. La charge émotionnelle est à peu près irrésistible. Ensuite, l’opéra a souffert de clichés comme étant réservé à une classe sociale, mais tout cela est fini. Mais cela a laissé des traces, il faut lutter pour que ces traces disparaissent. Les prix ont longtemps été un frein, mais également cela est terminé car les prix des spectacles ont flambé, et aujourd’hui il revient souvent plus cher d’écouter un groupe de quelques personnes que d’entendre un opéra où il y a 100 personnes sur scène. Pour le prix d’une place au cinéma, on peut assister au Capitole à un grand spectacle. Les maisons de région qui pratiquent des prix abordables sont l’exemple même du service public en matière d’opéra. Comment repenser ces maisons comme le Capitole, est-ce une question que vous vous posez ? Tout le temps. Je me pose en permanence la question de la pédagogie. Aujourd’hui l’opéra ne fait plus partie de la culture générale comme ce fut le cas. Donc la question de l’information se pose, et notamment d’informer sur les œuvres. Essayer de rendre une œuvre présente et vivante auprès de gens qui n’en ont jamais entendu parler, c’est essentiel et passionnant. Nous avons un nouveau site internet avec une rubrique intitulée « L’atelier du spectateur » qui est une base de données permanente et constamment enrichie d’informations sur les œuvres, sur la maison, sur l’histoire du genre. C’est un outil pour tous à tout moment. Comment avez-vous composé votre première saison ? Programmer est-il un plaisir particulier ? Programmer est un processus très curieux. Un mix de contraintes, avec les plannings, l’organisation, les hommes, les budgets, etc, et de liberté. Une sacrée construction ! Le but est de faire que la part du rêve soit la plus importante à l’arrivée. Sur les L’INVITÉ huit ouvrages présentés, quatre sont donnés pour la première fois, et ce sont des œuvres essentielles. Avec des artistes que j’aime profondément. Des gens que j’admire comme Peter Sellars qui a compris l’humanité et l’universalité de l’opéra. Je pense à sa Theodora de Haendel où circule une telle humanité entre les personnages, une telle simplicité dans les rapports… Son monde est bouleversant. Autre personne qui pour moi aujourd’hui est un phare, c’est Michel Fau. On vit actuellement avec un maillage artistique tellement convenu, lisse, avec cet amour immodéré pour la laideur, il est quelqu’un qui se bat d’abord pour la beauté et aussi pour la folie. Il a un côté foutraque, une audace, une liberté… Je suis tellement heureux qu’il vienne monter Ariane à Naxos (Richard Strauss,ndlr) avec ce mélange de tragédie et de comédie qui lui va comme un gant. Pour cette première saison, j’ai eu l’impression d’avoir les étoiles avec moi. Le fait de pouvoir afficher Sellars, Fau, d’avoir Olivier Py pour Mam’zelle Nitouche, tout cela a été miraculeux. Et puis cette Traviata d’ouverture partie comme une aventure devenue un projet qui m’enchante. Oui, programmer est un plaisir ! Autre plaisir est l’opportunité de donner de belles choses à faire à de jeunes chanteurs. Très exaltant ! Également, retrouver Sophie Koch, en plus dans une prise de rôle (Ariane de Dukas,ndlr), c’est un cadeau merveilleux. Je veux parler aussi de la série de récitals avec les plus grands chanteurs du monde, tels Matthias Goerne ou Marie-Nicole Lemieux, à un prix sans concurrence, à savoir 20 € . Un immense plaisir de pouvoir donner cela au public. Enfin quel type de plaisir vous apporte l’opéra ? En tant que spectateur, c’est l’accès facile à une dimension des choses autre. L’opéra emporte, bouleverse, cette dimension me touche. Quand on dit que Don Carlos de Verdi est un opéra politique. Oui, ça dit qu’il y a des opprimés et des oppresseurs, je n’ai pas besoin de Verdi pour ça. En revanche, la passion de cette musique, ce déchaînement d’émotions, ça oui, c’est Verdi. L’opéra est avant tout un échange physique. C’est un élan unique qui a de l’avenir ! (rires) Propos recueillis par André Lacambra E E = page 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 1Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 2-3Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 4-5Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 6-7Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 8-9Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 10-11Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 12-13Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 14-15Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 16-17Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 18-19Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 20-21Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 22-23Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 24-25Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 26-27Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 28-29Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 30-31Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 32-33Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 34-35Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 36-37Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 38-39Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 40-41Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 42-43Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 44-45Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 46-47Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 48-49Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 50-51Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 52-53Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 54-55Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 56-57Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 58-59Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 60-61Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 62-63Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 64-65Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 66-67Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 68-69Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 70-71Ramdam numéro 134 sep/oct 2018 Page 72