Question Philosophie n°9 jun/jui/aoû 2015
Question Philosophie n°9 jun/jui/aoû 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°9 de jun/jui/aoû 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,9 Mo

  • Dans ce numéro : sommes-nous libres de penser ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
ENQUÊTE « Société » ENSEIGNEMENT Quand la philo à l’école fait débat Avec un demi-million d’élèves de terminale et environ 80 000 étudiants de classes préparatoires, la philosophie en France a son public captif. Mais son enseignement fait débat en France avec de plus en plus d’experts convaincus qu’on devrait l’enseigner plus tôt à l’école pour donner des clés de vie essentielles à nos enfants. C’est au début du XIXe siècle que la philosophie a été introduite dans le secondaire avec l’idée de former les futurs citoyens à soupeser leurs avis et à voter. C’est aussi à ce moment que le philosophe Victor Cousin (1792-1867), ami d’Hegel et bref ministre de l’Instruction publique, consacre la dissertation comme l’exercice par excellence d’évaluation de la discipline. L’APPORT DE VICTOR COUSIN Philosophe spiritualiste, chef de l’école éclectique, Victor Cousin édita les œuvres de Descartes, traduisit Platon et Proclus, écrivit une Histoire de la philosophie au XVIII e siècle (1829), Du Vrai, du Beau et du Bien (1853), et plusieurs monographies sur les femmes célèbres du XVIIe siècle. Il est considéré en France comme le fondateur de la tradition des études d’histoire de la philosophie et le réformateur de l’enseignement philosophique dans les Lycées. 40 QUESTION PHILOSOPHIE
« Je n’enseigne point, je raconte. » (Michel de Montaigne) Pourquoi enseigner la philo ? Obligatoire, la philosophie l’est en France depuis le Premier Empire. A l’exception d’une éclipse de 1852 à 1863, année où le ministre de l’Instruction publique Victor Duruy a fait passer l’épreuve de l’oral à l’écrit, elle l’a toujours été. qui pense et qui exerce son jugement. Il ne s’agit pas d’apprendre une discipline qui serait la philosophie, mais utiliser toutes les ressources de sa connaissance de la philosophie pour développer une pensée personnelle, pour penser par soi-même, invitation en acte faite à l’élève d’exercer à son tour son jugement. Selon Hervé Boillot « Les programmes de philosophie ont été réformés à différentes reprises depuis 1945. Tendanciellement, depuis 1945, les réformes ont consisté à les vider de leur contenu positif ou dogmatique pour aboutir à des programmes qui, depuis 1973, sont réduits à la plus simple expression, celle de notions (comme « l’art », « la conscience », Héritier d’une tradition prestigieuse remontant aux collèges jésuites du XVIII e siècle, l’enseignement scolaire de la philosophie en France présente un certain nombre de traits distinctifs  : une vocation généraliste qui vise la formation du « citoyen éclairé », un enseignement élémentaire évitant le double écueil de l’encyclopédisme et de l’érudition spécialisée, une pédagogie de la liberté qui soutient l’expression organisée de la réflexion et du jugement. La philosophie consiste à penser librement devant ses élèves, offrir le spectacle vivant d’un homme EXPERT FRÉDÉRIC LENOIR, PHILOSOPHE ETUDIER LA PHILOSOPHIE, LA PSYCHOLOGIE, LE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL DÈS L’ÉCOLE ? « Oui, c’est un de mes grands combats et un point très important pour moi. On devrait, et cela dès l’école maternelle, enseigner les bases de la philosophie, de la psychologie et de la connaissance de soi. Le résultat serait extraordinaire. Entre 4 et 7 ans, les enfants sont en effet dans un questionnement métaphysique important et les faire travailler sur des questions aussi importantes que « C’est quoi le désir ? », « Qu’est-ce que l’ego ? », « C’est quoi le bonheur ? » permettrait de leur faire gagner des années, d’être plus tôt des acteurs de leur vie et certainement de les rendre plus optimistes, pour un monde qui s’en trouverait certainement collectivement transformé. » « l’histoire », « l’État », …). Le choix d’un programme de notions abstraites et indéterminées a été justifié par le respect du principe de la liberté du professeur  : les notions du programme sont l’indication de simples pistes de réflexion pour les professeurs, et le cadre des sujets d’examen qui, à leur tour, sollicitent de la part des élèves non la récitation d’un cours ni des connaissances précises, mais un acte de réflexion. L’indétermination d’un programme de notions serait donc le seul à même de respecter et la liberté pédagogique du professeur, et les exigences d’un enseignement réflexif, ainsi que veut l’être l’enseignement philosophique. » Quid chez nos voisins européens La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal font partie des quelques pays d’Europe où il est obligatoire d’étudier la philosophie au lycée. Si elle n’est pas pour autant absente des enseignements ailleurs, la QUESTION PHILOSOPHIE 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 1Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 2-3Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 4-5Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 6-7Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 8-9Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 10-11Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 12-13Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 14-15Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 16-17Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 18-19Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 20-21Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 22-23Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 24-25Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 26-27Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 28-29Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 30-31Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 32-33Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 34-35Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 36-37Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 38-39Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 40-41Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 42-43Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 44-45Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 46-47Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 48-49Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 50-51Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 52-53Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 54-55Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 56-57Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 58-59Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 60-61Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 62-63Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 64-65Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 66-67Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 68-69Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 70-71Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 72-73Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 74-75Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 76-77Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 78-79Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 80-81Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 82-83Question Philosophie numéro 9 jun/jui/aoû 2015 Page 84