Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 73,9 Mo

  • Dans ce numéro : entretien exclusif avec le biographe du Dalaï-Lama.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
PHILOSOPHIE De vie Robert Brandom 48 QUESTION PHILOSOPHIE Judith Butler voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s’est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l’esprit. Il est notamment l’auteur de deux livres : Making It Explicit : Reasoning, Representing, and Discursive Commitment (1994) et Articulating Reasons : An Introduction to Inferentialism (2000) dans lesquels il renouvelle la question des règles à partir d’une problématique originale de l’expression. Judith Butler Née à Cleveland (Ohio) en 1955, professeur de rhétorique et de littérature comparée à l’université de Californie à Berkeley, Judith Butler a développé depuis 1990 une réflexion complexe et évolutive, qui est désormais assez largement accessible au lecteur francophone. Cette œuvre est née et s’est développée sur le fil de la question du genre (Gender Trouble, 1990). La formulation de cette question telle que Judith Butler l’avait d’abord rencontrée dans la pensée féministe lui a semblé insuffisante. Pour elle, en effet, celle-ci conteste à juste titre les déterminations sociales et culturelles dont ont séculairement été affectés les individus en raison de leur sexe, ainsi que les places auxquelles ils/elles ont été assignés dans le cadre de rapports de pouvoir. Elle n’interroge cependant pas la réalité du genre en tant que telle, et contribue même à la requalifier dans sa forme séculaire. Stanley Cavell Né en 1926 à Atlanta (Georgie), Stanley Cavell, après avoir étudié et enseigné à Harvard et à Berkeley, est devenu professeur à Harvard University, où s’est déroulée toute sa carrière. Il représente, par sa revendication d’une voix philosophique de l’Amérique, un courant tout à fait original de la pensée américaine contemporaine. La philosophie de Cavell n’est pas étrangère à la philosophie analytique. Elle est enracinée dans une œuvre fondamentale et Stanley Cavell problématique pour cette tradition, celle du « second » Wittgenstein, et dans sa philosophie du langage ordinaire. Jean-Louis Chrétien Né en 1952, philosophe et poète, Jean-Louis Chrétien (normalien, agrégé de philosophie, professeur à l’université de Paris-IV) occupe une place singulière dans le paysage philosophique français contemporain. Tout à la fois phénoménologue, théologien, poète, professeur, érudit, il ne saurait toutefois être réduit à l’une de ces qualifications. « À chaque question son mode d’écriture », dit-il dans un entretien accordé à la revue Nunc, en 2005. Si parole et corps sont les deux « thèmes » qu’il n’a de cesse d’explorer dans tous les sens, à travers une œuvre dense et cependant abondante, paroles philosophique, théologique ou poétique sont pour lui des modalités irréductibles, proches et séparées, d’une même écoute. Daniel Clément Dennett Le philosophe Dan Dennett, responsable du centre d’études cognitives de l’université Tufts,
Daniel Clément Dennett Physicien français, spécialiste de l’étude des particules élémentaires, une des branches de la phyà Medford (Massachusetts), est un spécialiste de ce sujet controversé. Depuis les années 1960, il défend une position matérialiste qui tend à réduire l’esprit à l’ensemble des mécanismes cérébraux. Fils d’un diplomate spécialiste de l’histoire islamique et d’une éditrice-enseignante, Daniel Clement Dennett naît le 28 mars 1942, à Boston. Après avoir passé une licence de philosophie à Harvard en 1963, il part étudier cette même discipline à Oxford, auprès de l’Anglais Gilbert Ryle. C’est durant cette période que Dennett s’intéresse à la conscience et rédige sa première thèse sur le sujet ; il publiera ensuite ce texte sous le titre Content and Consciousness (1969). Il obtient son doctorat en 1965, puis rentre aux États-Unis afin d’enseigner à l’université de Californie, à Irvine. En 1971, il rejoint l’université Tufts, où il sera nommé professeur éminent d’arts et de sciences. Bernard d’Espagnat Bernard d’Espagnat sique les plus marquées par le renouvellement rapide des connaissances, Bernard d’Espagnat est un des penseurs notoires sur les problèmes conceptuels et philosophiques de la mécanique quantique. Dépassant le public restreint des physiciens et des philosophes des sciences, son ouvrage À la recherche du réel. Le regard d’un physicien (Gauthier-Villars, 1979) a fait découvrir à de nombreux lecteurs un métaphysicien de l’Être. Alain Finkielkraut Alain Finkielkraut Né le 30 juin 1949 à Paris, Alain Finkielkraut a entrepris des études de philosophie à l’École normale supérieure de Saint-Cloud qu’il intègre en 1969. Il quitte rapidement l’Éducation nationale pour se consacrer à l’écriture, mais il enseignera la philosophie et l’histoire des idées à l’École polytechnique de 1989 à 2014. Il se fait connaître en 1977 avec Le Nouveau Désordre amoureux, un livre écrit en collaboration avec Pascal Bruckner, qui porte sur le « mythe de la révolution sexuelle », véhicule d’une image attrayante de l’émancipation mais toujours empreinte de machisme. Son thème de prédilection devient la critique de la modernité avec La Défaite de la pensée (1987) qui dénonce, sur les traces d’Hannah Arendt, la banalisation de la culture, « annoncée partout et n’existant plus nulle part. » Il a été élu à l’Académie française en 2014 (lire son portrait p.36 de ce numéro). Marcel Gauchet Au croisement de l’anthropologie, de la politique et de la philosophie, l’œuvre de Marcel Gauchet est consacrée à l’histoire du sujet démocratique. Ce projet d’anthropologie démocratique dépasse le domaine de l’histoire politique et se présente comme une enquête philosophique sur l’être-ensemble, l’autonomie comme programme collectif, la conjonction de la souveraineté sur soi et de la souveraineté politique. C’est pourquoi ses livres parcourent d’un même mouvement l’histoire de l’État, l’histoire politique de la religion, l’histoire de l’émergence de l’individu et celle des formes politiques en France depuis la Révolution. Jürgen Habermas Marcel Gauchet Représentant de la deuxième génération de la « Théorie critique », baptisée « École de Francfort » après le retour d’exil de ses fondateurs, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, Habermas est sans nul doute le penseur allemand contemporain le plus en vue. Ses prises de position sont largement relayées par les médias, en Allemagne et au-delà. Il est peu de domaines, jusqu’à la bio-éthique, sur lesquels il ne se soit pas prononcé. Sa « philosophie sociale », à la croisée de la science QUESTION PHILOSOPHIE 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 1Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 2-3Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 4-5Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 6-7Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 8-9Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 10-11Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 12-13Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 14-15Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 16-17Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 18-19Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 20-21Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 22-23Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 24-25Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 26-27Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 28-29Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 30-31Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 32-33Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 34-35Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 36-37Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 38-39Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 40-41Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 42-43Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 44-45Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 46-47Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 48-49Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 50-51Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 52-53Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 54-55Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 56-57Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 58-59Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 60-61Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 62-63Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 64-65Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 66-67Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 68-69Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 70-71Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 72-73Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 74-75Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 76-77Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 78-79Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 80-81Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 82-83Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 84