Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 73,9 Mo

  • Dans ce numéro : entretien exclusif avec le biographe du Dalaï-Lama.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
DOSSIER « Besoin ou désir de l’Autre ? » secrets normaux, la sincérité est un atout. En premier lieu, parce qu’elle se voit et cela donne confiance. Même si l’on est un expert dans l’art de feindre, la sincérité a surtout le mérite de faciliter la vie et donc les relations avec les autres. 7. Défendre ses convictions L’affirmation de soi n’est pas toujours évidente pour tous. Et lorsque l’on a dans l’idée d’améliorer ses relations avec les autres, il est très tentant de se rallier aux avis de ses interlocuteurs dans l’objectif de leur plaire, ou simplement par paresse. Un gain possible, mais qui ne porte que sur le court terme. Cela n’a pas grande importance si l’on n’a personnellement pas vraiment d’avis sur le thème abordé. Mais si l’on est en désaccord, mieux vaut mettre en avant ses positions plutôt que de se sentir mal à l’aise ensuite, ou de se faire prendre en flagrant délit de mensonge. Un conseil à suivre évidemment dans le domaine du travail, mais qui vaut aussi dans la sphère amicale où l’on est en effet plus souvent tenté de ne rien dire par peur de déplaire ou de créer une querelle.. 26 QUESTION PHILOSOPHIE 8. Savoir garder un secret Le secret joue un rôle important dans la relation. Il arrive en effet qu’une personne vous donne une information sous le sceau du secret. Un changement d’actionnaires non encore annoncé dans l’entreprise où l’on travaille, une grossesse encore gardée sous silence, peu importe le secret et même s’il va être dévoilé rapidement par ailleurs, lorsqu’une personne confie à une autre une information en demandant de garder le silence, ce souhait doit être respecté. 9. Accepter la différence « Qui se ressemble, s’assemble » dit le dicton. Ce qui est vrai évidemment, car il faut avoir quelques points communs pour que l’amour et l’amitié puissent se développer. Cela est moins évident dans le monde du travail où l’on ne choisit souvent pas son environnement. Il convient donc d’accepter les gens comme ils sont lorsque les circonstances y obligent. Le rejet n’arrange rien, à moins qu’il ne s’agisse d’une décision tout à fait réfléchie. Il est ainsi des défauts que l’on peut trouver totalement insupportables au premier sens du terme. Après tout, cela n’est pas interdit. Mais dans la majeure partie des cas, les différences sont assez superficielles et il est donc possible de s’y faire pour que l’ambiance soit la meilleure possible, pour le bien de tous, y compris le sien. 10. Politesse & ponctualité Nous apprenons aux enfants à dire « bonjour, au revoir, merci », à sourire, ne pas crier… Un apprentissage normal qui en fera espère-t-on des jeunes gens bien éduqués. Cette règle vaut pour soi et pour toute la vie ! Pourtant il peut arriver que l’on oublie de dire bonjour, ce qui peut blesser une personne sans même que l’on s’en aperçoive. De même avec la ponctualité, arriver en retard de façon systématique peut finir par énerver passablement l’entourage. Deux défauts qui font que l’on se mette autrui à dos sans même le remarquer. Mieux vaut donc être très attentif à ces petits détails, qui finalement n’en sont pas. 11. Pratiquer la tolérance S’il est important de défendre ses convictions et ne pas se laisser marcher sur les pieds, comme l’on dit, il ne faut pas non plus s’attaquer à des moulins à vent en toute circonstance. On le sait, les discussions sur la religion et la politique sont des thèmes à haut risque lorsque les avis divergent vraiment. Il faut donc pouvoir défendre ses convictions de façon cordiale et ferme, mais si l’on voit que cela commence à devenir trop animé, mieux vaut puiser dans son capital tolérance pour que de bonnes relations ne se trouvent pas abîmées, voire détruites. 12. Etre d’humeur égale Les sautes d’humeur sont la plupart du temps insupportables. Nous en sommes toutes convaincus sauf que l’on est souvent plus tolérant envers soi, qu’envers les autres en ce qui concerne ce défaut en particulier. Etre d’humeur égale est appréciable, mais surtout apprécié. Pourtant, il s’agit d’une qualité qu’il est difficile d’acquérir lorsque l’on n’a pas ce type de tempérament. Si l’on a un caractère plutôt volcanique, difficile de modifier sa façon d’être. Il en va de même pour les autres. Avec les années, il est important d’apprendre et d’adopter une attitude plus positive. Avoir des relations sans cesse conflictuelles est plutôt fatigant, apprendre à se relaxer, se calmer dans bien des circonstances permet là encore une vie plus paisible. Il est plus facile d’aborder une personne toujours identique à elle-même plutôt qu’une personne dont on craint les réactions parfois violentes ou agressives. 13. Savoir présenter des excuses Personne n’est parfait. Et en dépit de tous ses efforts, il arrive de perdre le contrôle. Evidemment si cela arrive toutes les semaines, cela est plutôt problématique et il faudrait peut-être commencer le yoga ou toute autre technique de méditation ou relaxation. Mais de temps à autre, cela peut arriver à tout le monde. Mieux vaut donc apprendre et savoir faire amende honorable.
Même si le fait de présenter ses excuses est parfois compliqué, cela est surtout toujours désagréable. Pourtant impossible de changer l’opinion de l’autre sans faire cet effort. Une action totalement obligatoire si l’on a de plus eu tort de se mettre en colère. 14. Etre sociable Plutôt sociable ou plutôt sauvage ? Améliorer ses relations avec les autres exige un minimum de sociabilité. Il convient donc de ne pas toujours refuser les invitations ou différentes opportunités de voir d’autres personnes, sans pour autant se sentir obligés de sans arrêt dire oui. Rencontrer les autres, faire preuve d’une politesse sociale fait partie de la vie. Même si l’on n’en ressent pas vraiment le besoin, il est important d’avoir un minimum de vie sociale si l’on souhaite justement avoir de bonnes relations. 15. Ne pas avoir d’idées préconçues Tout le monde a des idées, des opinions et heureusement ! Mais il arrive aussi que l’on se laisse enfermer sans vraiment en prendre conscience dans des systèmes de pensée et en excluant les autres. Ces idées qui viennent parfois d’on ne sait où peuvent perturber notre façon de voir les choses et nous influencer sans même que l’on n’y prenne garde. Etre attentif et garder son objectivité est essentiel. On arrive parfois à totalement gâcher une relation sur un préjugé qui n’a aucune raison d’être lorsque l’on prend le temps de vraiment y réfléchir. 16. Apprendre la bienveillance La bienveillance est certainement l’une des qualités les plus utiles. Même s’il n’est pas politiquement correct d’utiliser ce qualificatif. La bienveillance est la capacité à pouvoir voir le positif chez l’autre. Mais attention, il n’est absolument pas synonyme d’aveuglement. Il s’agit d’une posture psychologique où l’on se met volontairement en situation de voir le bien chez autrui. De nombreuses philosophies prônent ce type d’attitude. Parvenir à être bienveillant permet en effet d’adopter de façon quasi involontaire un comportement agréable vis-à-vis de l’autre. 17. Ne pas avoir peur de l’autre Une partie des relations conflictuelles vient souvent du fait que l’on craint la personne en face de soi. On peut ainsi faire peur à certains sans vraiment s’en apercevoir. Ce peut être le cas dans le cadre du travail et particulièrement lorsque l’on est en situation de manager. La crainte que l’on peut inspirer est évidemment nocive, car elle est bien différente du respect. Il est aussi possible que ce soit nous qui ayons peur d’autrui. Mieux vaut savoir pourquoi et être à même de se raisonner, car la peur empêche toute relation normale. Un sentiment à surveiller dans le cadre des relations, même s’il faut reconnaître qu’il n’est pas courant. 18. Savoir se défendre sans s’énerver Garder son calme est évidemment un plus, mais il y a des circonstances où cela est difficile à vrai dire. Et si certains ont tendance à se refermer comme des huîtres, il en est d’autres dont le sang ne fait qu’un tour. La mauvaise adrénaline est mauvaise conseillère et ne peut qu’envenimer les relations. Mieux vaut donc apprendre à maîtriser ses excès de colère si l’on ne veut pas créer le vide autour de soi. Des techniques existent, de type comportemental, qui n’engagent pas sur de longues durées et permettent de faire de grands progrès très rapidement. 19. La réciprocité Rendre une invitation fait partie des règles sociales, une politesse normale et pratiquée par tous. Mais il arrive souvent que l’on oublie cette règle de base. Certaines personnes sont naturellement attentionnées, d’autres sont naturellement indifférentes. Pour entretenir de bonnes relations avec autrui, mieux vaut faire partie de la première catégorie. Si pour la St Valentin, le chéri prend l’habitude de faire un cadeau, sans qu’il n’y ait jamais de retour, il n’est pas étonnant que cela finisse par le lasser. Sauf que l’on risque de ne pas apprécier le fait qu’il arrête. On risque même de se demander ce qui lui prend au lieu de se remettre en question De même au bureau, il ne faut pas toujours que ce soit la même personne qui apporte le café et les croissants aux autres, ou se charge des corvées. Avec les amis, il en va de même. La réciprocité fait partie des règles de base des bonnes relations. 20. Accueillir par le sourire Last but not least, le conseil le plus simple à suivre et l’un des plus efficaces est de sourire. Non pas le sourire béat ou forcé, mais chaque fois que l’on est abordé, accueillir l’autre avec le sourire. Pourtant il est parfois très pénible d’être dérangé, mais il ne sert à rien de le montrer. Quitte à faire remarquer à l’autre que la raison pour laquelle il est venu pouvait peut-être attendre un peu. Le sourire désamorce l’agressivité et a tendance à obliger l’autre à un effort sur lui-même. De plus, quitte à avoir quelques rides, autant que ce soient celles du sourire ! Pour améliorer vos relations aux autres, restez ouvert et créatif. L’erreur majeure des individus est d’associer systématiquement l’humain que l’on a en face de soi à son comportement. Or, chaque personne vaut souvent beaucoup mieux qu’elle ne le montre ! A bon entendeur… n A.F. QUESTION PHILOSOPHIE 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 1Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 2-3Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 4-5Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 6-7Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 8-9Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 10-11Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 12-13Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 14-15Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 16-17Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 18-19Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 20-21Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 22-23Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 24-25Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 26-27Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 28-29Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 30-31Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 32-33Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 34-35Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 36-37Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 38-39Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 40-41Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 42-43Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 44-45Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 46-47Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 48-49Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 50-51Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 52-53Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 54-55Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 56-57Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 58-59Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 60-61Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 62-63Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 64-65Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 66-67Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 68-69Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 70-71Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 72-73Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 74-75Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 76-77Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 78-79Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 80-81Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 82-83Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 84