Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
Question Philosophie n°6 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 73,9 Mo

  • Dans ce numéro : entretien exclusif avec le biographe du Dalaï-Lama.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER « Besoin ou désir de l’Autre ? » L’amour, rempart à la solitude L’amour est don de soi, et désirer être en relation implique d’être prêt à donner de sa personne d’abord puis de recevoir ce qu’autrui veut et peut donner de lui-même, en toute liberté. Il est vital pour l’être humain de se sentir aimé, mais aussi de pouvoir utiliser sa capacité d’amour qui le désigne comme faisant partie de l’humanité. Le sens de la vie de l’homme sur terre est celui qui le porte vers autrui, vers les autres humains, espèce unique à laquelle il appartient et avec laquelle il doit collaborer pour un progrès, une amélioration des conditions de vie, un souci du bien-être de ceux qui font partie de sa sphère relationnelle. Un amour gratuit et inconditionnel Selon Dominique Dirrenberger, auteur de Vivre en paix et A propos : « L’amour reçu et transmis ou donné, authentique et désintéressé, est gratuit et inconditionnel. Il ne dépend pas de ce que fait ou ne fait pas l’être humain, de ce qu’il produit ou pas ou de ses ressources, l’amour existe avec la personne humaine qui en est le canal. Il est le potentiel de tout être humain et ne demande qu’à se développer, à s’épanouir au contact des autres qu’il recherche pour cela. (…) L’amour véritable implique une dynamique qui exige des efforts, des sacrifices, mais dont les fruits sont inestimables. En allant vers autrui, vers les autres, on se décentre de soi, peu à peu s’estompent les limites de l’égoïsme, s’ouvre la cage de la suffisance, s’abolit l’orgueil de croire qu’on peut se passer des autres ou qu’on peut les utiliser comme des copies conformes de soi, servant à mettre en valeur sa propre image. 20 QUESTION PHILOSOPHIE L’élan vers l’autre a toujours une récompense, autrui ne reste jamais indifférent au don d’amour, il y répond généralement même si ce n’est pas là où on l’attend, ni de la manière qu’on espère, ni forcément en quantité débordante à la mesure de ce qui a pu être donné ! Donc donner son amour de façon désintéressée, ou plutôt partager l’amour reçu, sans attendre un retour immédiat ni de là où il a été donné, est la seule manière de quitter la solitude et de s’attacher à autrui. De la sorte, il sera possible d’établir avec lui une relation durable, riche de tous les échanges, et porteuse d’espérance pour le plus grand bénéfice moral (expérience sensible), affectif (éprouvé intérieur), mental (satisfaction intellectuelle) et même physique (une bonne santé) de ceux qui le génèrent. » La relation, base de notre construction Tout être humain est un être relationnel et social. La prise de conscience de son identité sexuée, masculine ou féminine, va de pair avec la découverte de l’altérité sexuelle. Cette découverte est particulièrement importante pendant l’adolescence. Le sexe dit, étymologiquement, la séparation du masculin et du féminin, et par conséquent l’incomplétude de chaque personne. « Être, c’est être pour autrui, c’est être reconnu. L’Autre est ce grâce à quoi j’entre en communication avec moi-même » (Hegel)
Pour être en relation, il faut s’accepter différent, puisque seule la reconnaissance de la différence permet la rencontre. La personne humaine ne se construit qu’en relation. C’est pourquoi il est en chacun un désir de rencontrer l’autre, d’aimer et d’être aimé durablement. Il est en chacun un désir de donner et de recevoir, un désir de protéger et d’être rassuré. Il est en chacun un désir de tendresse. L’être humain n’est pas un être solitaire, c’est dans l’interaction avec les autres qu’il se développe, se construit et se définit. Dès l’enfance, les êtres qui constituent l’environnement de la personne ont une influence importante sur l’élaboration de son monde symbolique. L’acquisition de la maturité psychique signifie la capacité de COMMUNION OU FUSION : UN RÊVE DANGEREUX Le rêve de communion ou de fusion est sans doute séduisant, mais dangereux ; car dans la fusion, autrui disparaît en tant que tel, et avec lui, la responsabilité morale. Autrui, est source de l’exigence morale et le respect que je lui dois, s’inscrit dans la juste distance qui m’en sépare. Le concept d’autrui a un rôle fondamental en philosophie morale. Pensez aux phénomènes de l’empathie (se mettre à la place de l’autre qui souffre), de la sympathie (souffrir avec l’autre) qui consistent à comprendre les sensations et les sentiments de l’autre sans les ressentir soimême, voire sans les ressentir du tout. Et l’amour ? Quand on aime, autrui n’est pas. L’amour surmonte la dualité, l’altérité et la séparation et rétablit le lien originel que la pensée tend par ses divisions, à rompre. Et à l’opposé, c’est quand autrui devient un tout autre, que la relation est impossible. Dans la passion, autre forme de l’amour, autrui fascine, envoûte, et possède un empire absolu sur le passionné. On retrouve dans le terme passion, un dérivé du verbe latin patior qui signifie « pâtir », « souffrir », qui est donc victime d’une aliénation… Pour être en relation, il faut s’accepter différent, puisque seule la reconnaissance de la différence permet la rencontre. devenir indépendant des influences extérieures pour élaborer une symbolisation personnelle authentique, fonction de la subjectivité vécue au travers de la liberté expérientielle. Le paradoxe, qui n’est qu’apparent, est que la réalisation de l’autonomie subjective se fait grâce à l’altérité. « La vie authentiquement personnelle est co-présence », dit Marcel, et le chemin de soi par soi passe par autrui ; c’est dans un dialogue entre deux Toi que l’homme se découvre et s’affirme en tant que personne. « Être, c’est être pour autrui, c’est être reconnu » souligne Hegel ; l’Autre est ce « grâce à quoi j’entre en communication avec moi-même ». Être, c’est aimer ? Oui, à condition qu’aimer se conçoive dans le sens de l’échange basé sur le respect de la spécificité d’autrui, de la reconnaissance de son irréductibilité, de sa différence et d’une compréhension de son monde ; accepter que beaucoup de façons d’être soi soient possibles et soient vécues, afin de vivre la plénitude des possibilités d’être humaines, comme le dit Binswanger. Il ne faut jamais perdre de vue, comme le disait si bien Federico Mayor, que la rencontre de l’altérité est la rencontre de nous-mêmes. « L’amour ne détruit pas l’altérité, il l’intensifie au contraire, mais en la transformant (...) L’amour implique une certaine altérité, non pas une altérité de l’ordre du lui, qui est exclusion, mais une altérité de l’ordre de toi, qui est réciprocité de présence. » explique G. Madiner. Le vrai amour de soi - écrit Massimo Scaligero - n’est pas amour de soi, mais amour du monde : amour de l’autre. De l’autre, sans le don duquel il n’y aurait personne à aimer. Sans l’autre à aimer, il ne pourrait y avoir d’amour… L’importance du dialogue Le dialogue est la forme idéale de notre rapport à autrui et vers laquelle on doit tendre. Un échange qui se produit entre deux consciences cherchant à communiquer dans la réciprocité, le dialogue s’oppose à cette tendance prétentieuse que nous avons à ne parler que de nousmêmes dès que nous nous trouvons en compagnie d’autres personnes. Cynique plus que jamais, La Rochefoucauld faisait en effet remarquer dans ses Maximes que « l’extrême plaisir que nous prenons à parler de nous-mêmes nous doit faire craindre de n’en donner guère à ceux qui nous écoutent ». « La personne n’existe que vers autrui, elle ne se connaît que par autrui, elle ne se trouve qu’en autrui. » (Mounier) QUESTION PHILOSOPHIE 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 1Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 2-3Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 4-5Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 6-7Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 8-9Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 10-11Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 12-13Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 14-15Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 16-17Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 18-19Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 20-21Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 22-23Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 24-25Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 26-27Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 28-29Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 30-31Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 32-33Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 34-35Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 36-37Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 38-39Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 40-41Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 42-43Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 44-45Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 46-47Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 48-49Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 50-51Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 52-53Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 54-55Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 56-57Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 58-59Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 60-61Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 62-63Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 64-65Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 66-67Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 68-69Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 70-71Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 72-73Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 74-75Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 76-77Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 78-79Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 80-81Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 82-83Question Philosophie numéro 6 sep/oct/nov 2014 Page 84