Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Serres nous parle vérité.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
PHILOSOPHIE HOMMAGE Le philosophe et épistémologue américain Hilary Putnam est mort, le 13 mars dernier à Boston d’un cancer à l’âge de 89 ans. Figure de la philosophie analytique Parce que son œuvre s’est déployée sur une part importante du champ philosophique (philosophie des sciences, de la logique et des mathématiques, philosophie de l’esprit, du langage et de la connaissance, métaphilosophie, éthique et politique), il est considéré comme une figure centrale de la philosophie occidentale à partir des années 1960. Aux côtés de Rudolf Carnap et Willard van Orman Quine qu’il a fréquentés, il a également compté parmi les figures du courant philosophique analytique. Un champ de réflexion très large En philosophie de l’esprit, Hilary Putnam est surtout connu pour avoir présenté un argument redoutable contre la thèse d’identité entre les états mentaux et les états cérébraux, fondé sur l’hypothèse de la réalisabilité 8 HILARY PUTNAM Une vie d’engagement philosophique Figure centrale de la philosophie de l’esprit, du langage et des sciences, Hilary Putnam nous a quittés au début du printemps. Portrait d’un philosophe américain, peu connu en France, qui aura pourtant marqué son temps par son engagement sur de nombreux fronts. QUESTION DE PHILOSOPHIE multiple des propriétés mentales, et pour sa défense du fonctionnalisme, une importante théorie sur le problème du corps et de l’esprit. En philosophie du langage, avec Saul Kripke notamment, il a développé la théorie causale de la référence et proposé une approche originale de signification, nommée « externalisme sémantique », et fondée sur une des plus célèbres expériences de pensée, l’expérience de la Terre jumelle. En philosophie des mathématiques, il a développé avec W. V. Quine la thèse - dite Quine-Putnam - d’indispensabilité, un argument en faveur de la réalité des entités mathématiques. En épistémologie, il est surtout connu pour avoir présenté une expérience de pensée, l’expérience du cerveau dans la cuve, destinée à répondre non au scepticisme épistémologique mais au réalisme métaphysique. En dehors de la philosophie, Putnam a aussi fait quelques contributions en mathématiques et en informatique. Un homme engagé Hilary Putnam enseignait à Harvard où il était un professeur particulièrement populaire Tout en conservant sa tradition familiale, il était politiquement engagé. Dans les années 60 et au début des années 70, il était un ardent défenseur du mouvement afro-américain des droits civiques et un fervent opposant à la guerre du Viêt Nam. En 1963, il organisa l’un des premiers comités étudiants et enseignants du MIT contre la guerre. Après son affectation à Harvard en 1965, il organisa des mouvements de protestation sur le campus et commença à donner des cours sur le marxisme. Il devint un représentant officiel au QUAND LA RÉALITÉ ÉVOLUE Hilary Putnam défend la thèse que les critères de réalité évoluent, qu’il n’y a pas de relation unique entre le mot et la chose désignée, que le concept dépend de notre environnement physique et social. Convaincu que la nature et le statut des « valeurs » s’enracinent dans la métaphysique, Putnam consacre à celle-ci la première partie de cet ouvrage. Plus précisément, c’est au Réalisme qu’il s’attaque, à cette doctrine clé de notre image scientifique du monde qui pose l’Être comme indépendant de la connaissance qu’on en prend. Contestant les dichotomies qui en découlent (entre concept et objet, fait et convention, etc.), affirmant la nécessité de lier vérité et justification, Putnam développe alors les incidences éthiques et esthétiques de ces positons théoriques. Enfin, il révèle l’ancrage historique de son entreprise de redéfinition des buts et des enjeux de la philosophie. « Le Réalisme à visage humain » de Hilary Putnam, Gallimard (2011), 546 pages.
Hilary Putman était depuis 1960 une figure centrale de la philosophie occidentale. sein de la Students for a Democratic Society (SDS) et, en 1968, s’engagea au sein du Progressive Labor Party (PLP), issu d’une scission du Parti communiste. L’administration de Harvard considérait ses activités comme subversives et tenta de censurer Putnam mais la procédure fut critiquée et interrompue. En 1976, il a été élu président de l’American Philosophical Association. L’année suivante, il a été sélectionné comme Walter Beverly SON DERNIER LIVRE La Philosophie juive comme guide de vie est le dernier livre publié par Hilary Putnam, figure majeure de la philosophie américaine contemporaine. Plus connu pour ses contributions décisives à divers domaines de la philosophie analytique, il a également développé une réflexion sur la religion juive. Ce livre nous la présente et nous fait découvrir une facette plus intime de cet auteur qui reste cependant ici plus que jamais un philosophe. Se réclamant de l’héritage de Pierre Hadot, il nous donne à voir, dans la pensée de plusieurs philosophes juifs et de Wittgenstein en particulier, une conception forte de la philosophie comme guide de vie. Il met en lumière cette conception commune de la philosophie qui traverse l’œuvre de ces philosophes et donne ainsi sur leur pensée un éclairage insoupçonné. C’est une réflexion à la fois très personnelle et très cohérente que nous propose Putnam, qui trouve dans la philosophie juive la mission de nous apprendre à vivre. « La philosophie juive comme guide de vie » de Hilary Putnam, Cerf (2011), 160 pages, 14,69 €. Pearson Professor of Mathematical Logic, en reconnaissance de ses contributions à la philosophie de la logique et des mathématiques. Tout en rompant avec son passé de « gauchiste », le philosophe n’a jamais abandonné la conviction selon laquelle les intellectuels ont une responsabilité politique et sociale. Il est aussi demeuré progressiste dans ses idées et sceptique à l’égard des bienfaits du capitalisme. C’est enfin en 2001 qu’il sera élu correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques en 2001, succédant à W. V. Quine. C’est donc un très grand philosophe qui s’est éteint, dont on retiendra cette belle définition : « La philosophie consiste pour chacun à transformer sa manière de vivre et la compréhension qu’il a de sa place dans la trame globale des choses et dans la communauté humaine. » n E.P. QUESTION DE PHILOSOPHIE 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 1Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 84