Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Serres nous parle vérité.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
PHILOSOPHIE De vie d’Aristote comprend certainement beaucoup de concepts intéressants aujourd’hui : par exemple, elle ne limite pas la logique à de la pure déduction, mais inclut d’autres formes comme l’induction. Entre philosophie & sciences 50 René Descartes Au Moyen Âge, Thomas d’Aquin s’est inscrit dans cette perspective en réconciliant la philosophie d’Aristote avec la tradition chrétienne. La vision aristotélicienne est restée prédominante jusqu’au XVII e siècle, lorsque la théorie géocentrique a commencé d’être remise en cause par les travaux de Galilée. Toutefois, l’organisation des connaissances était jusqu’à cette époque très différente de ce qu’elle est aujourd’hui, puisque la philosophie et les sciences étaient intimement mêlées. Saint Thomas d’Aquin QUESTION DE PHILOSOPHIE « Parler de l’homme dans la nature revient presque aujourd’hui à parler de l’homme contre la nature. » (Théodore Monod) ROBERT BOYLE : ENTRE NATURE ET MÉTAPHYSIQUE Il écrivit ce qui est considéré comme une œuvre phare sur la distinction entre nature et métaphysique appelée A Free Enquiry into the Vulgarly Received Notion of Nature. Ce livre, écrit en 1686, marqua le point de départ de la transformation de la philosophie naturelle en science. Il représenta un démarquage radical par rapport à la scolastique de son temps, en déclin à l’époque de Galilée. Alors que des caractéristiques de la philosophie naturelle retenaient certains des intérêts de l’élite attachée à ses prérogatives, Boyle considéra qu’il était soutenable de considérer la philosophie naturelle comme empirique, dans la mesure où les tentatives antérieures pour décrire la nature n’étaient pas fondées. Une caractéristique importante qui distingue la science et la philosophie naturelle est le fait que les philosophes naturels de cette époque ne se sentaient pas obligés de comparer leurs idées avec la pratique. Au contraire, ils observaient les phénomènes et en déduisaient des conclusions « philosophiques ». L’étude de la place de l’Homme dans la Nature est réapparue dans la seconde moitié du XX e siècle avec l’arrivée en force du mouvement écologique. Avec Galilée, la science moderne devient autonome, et la philosophie s’est différenciée des sciences de la nature. La philosophie s’est alors bornée à étudier les sciences sous un aspect philosophique, et non plus les sciences de la nature. La conséquence fut une quasi-disparition de la philosophie naturelle, et en même temps de l’étude philosophique des phénomènes naturels. L’étude philosophique de l’environnement naturel et de la place de l’homme dans celui-ci est réapparue sous une autre forme dans la seconde moitié du XX e siècle, à partir du moment où sont apparus les premiers signes de la crise écologique globale que nous connaissons aujourd’hui. Mais cette philosophie de la nature que l’on a perdue depuis longtemps et qui éveille toujours la nostalgie est celle des Anciens. Il s’agit d’une cosmologie dans laquelle était articulée une conception de la nature
(l’être en devenir) à une conception du divin (l’être qui ne change pas). Une telle cosmologie s’est effondrée quand la science moderne a fait découvrir que l’intellection de l’être même du cosmos était illusoire et s’est mise à élaborer pratiquement une connaissance des phénomènes de la nature. Ecologie & éthique de l’environnement Luc Ferry La pensée écologique ou de l’écologie a toujours été animée de nombreux courants et doctrines. Dans les années 1960 et 1970, aux États- Unis principalement, des philosophes ont commencé à théoriser et formaliser le concept d’éthique environnementale, sous l’influence de penseurs du XX e siècle, et probablement aussi en réaction à une éthique anthropocentrée qu’ils estimaient incomplète ou insuffisante. La notion d’éthique environnementale recouvre des notions et principes encore très hétérogènes et ne semble pas avoir été reçue de la même manière dans les pays anglo-saxons et latins. Elle a dans le monde échangé avec des courants tels que l’écologie profonde, le féminisme éthique, l’écologie sociale et politique. En France, le livre de Luc Ferry a discrédité ces courants que l’auteur assimile à un anti-humanisme autoritaire, ce qui semble avoir freiné ces échanges et sa diffusion, mais elle s’est exprimée sous diverses formes, et était « L’ÉTAT DE NATURE » DE ROUSSEAU Dans le Discours sur l’origine des inégalités parmi les hommes, Jean-Jacques Rousseau développe une longue métaphore sur « l’état de nature », l’état pré-civilisationnel. Il décrit cette période de l’humanité comme étant la plus heureuse. Dans l’état de nature selon Rousseau, l’homme est autosuffisant et cultive son bout de terre librement. Etre stupide, robuste et candide, l’homme naturel ne connaît ni le bien ni le mal et vit au présent, sans soucis des lendemains. Rousseau fait de l’état pré-civilisationnel une époque de paix et défend le mythe du bon sauvage, pur, face à l’homme civilisé perverti. Cet état de nature idyllique étant posé, Rousseau décrit comment cet état a été rompu par la propriété qui génère des inégalités et une concurrence nouvelle entre les hommes. La société civile est instituée, volant à l’homme son innocence… une des motivations d’une partie des acteurs du Grenelle de l’environnement. Considérées comme complémentaires ou non, ces doctrines, en majorité, s’intéressent à comprendre ou expliquer, en amont, les sources et justification des différentes causes de dégradation de l’environnement par l’homme. QUESTION DE PHILOSOPHIE 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 1Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 84