Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
Question Philosophie n°2 jun/jui/aoû 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Serres nous parle vérité.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
DOSSIER « À quoi sert la vérité ? » n MARCEL CONCHE Philosophe La philosophie a en vue la seule vérité « La philosophie n’a donc pas en vue le bonheur. Elle a en vue la seule vérité. Or, il est très possible que la vérité soit douloureuse, soit pénible, soit destructrice du bonheur ou le rende impossible. La religion, à la différence de la philosophie, est sous la catégorie de l’utile. Elle promet le bonheur et dit ce qu’il faut faire et ce qu’il faut être pour mériter ou pour l’obtenir. Dès lors, l’illusion est plus importante que la vérité si elle procure le bonheur. Le sceptique lui-même philosophe sous l’idée de vérité, car, quoi qu’il dise, il ne peut que dire ce qui lui semble vrai. Dès lors qu’il n y a pas de démonstration en métaphysique, le scepticisme métaphysique est le lot commun de tous les philosophes aujourd’hui. Cela signifie qu’il convient de philosopher en première personne, à l’exemple de Montaigne. » 28 QUESTION DE PHILOSOPHIE Sur le chemin de la vérité « La vérité est la fin et le but de toute vie et les mondes existent pour accueillir la vérité. Ceux qui refusent d’aspirer à la vérité n’ont pas compris le sens de la vie. Béni soit celui qui fait de la vérité sa demeure » déclarait Bouddha. Mais d’autres penseurs ont également fait de la vérité un chemin de sagesse. n GASTON BACHELARD Philosophe et épistémologue Rien n’est donné. Tout est construit. « L’esprit scientifique nous interdit d’avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur des questions que nous ne savons pas formuler clairement. Avant tout, il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu’on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique (…) Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit. » (La formation de l’esprit n BARUCH SPINOZA Philosophe hollandais Vrai & Faux « La première signification donc de Vrai et de Faux semble avoir tiré son origine des récits ; et l’on a dit vrai un récit quand le fait raconté était réellement arrivé ; faux, quand le fait raconté n’était arrivé nulle part. Plus tard, les Philosophes ont employé le mot pour désigner l’accord d’une idée avec son objet ; ainsi, l’on appelle idée vraie celle qui montre une chose comme elle est en elle-même ; fausse celle qui montre une chose autrement qu’elle n’est en réalité. » (Pensées métaphysiques) scientifique) n CHANTAL DELSOL Philosophe, historienne des idées politiques et éditorialiste La raison d’être de la philosophie « Pour moi, la philosophie n’existe qu’à partir du moment où l’on croit qu’il existe une vérité. Or, j’estime qu’aujourd’hui, en Occident, cette quête s’est évanouie, au profit d’une recherche de « sagesse » qui ne suffit pas à fonder une philosophie. (…) A partir du moment où il n’y a plus de vérité à chercher, que devient la philosophie ? Une manière d’être dans le monde, de s’y adapter pour vivre le mieux possible – ou le moins mal. Il y avait déjà cet aspect-là chez Platon, mais doublé d’une quête d’absolu. »
n RAPHAËL ENTHOVEN Philosophe, agrégé de Philosophie et éditorialiste Faire de deuil de la vérité « La philosophie entretient avec la vérité un rapport de Tantale : à chaque fois que l’on avance vers elle, elle recule d’un pas. Il me semble donc qu’il y a une autre façon de faire de la philosophie, qui consiste non pas à chercher la vérité, mais à en faire le deuil. A accepter de ne plus avoir cette étoile du Nord. Cela dit, je pense que notre époque n’a rien de singulier. Les gens naissent toujours par hasard, dans un monde qui s’en fiche, et ils meurent sans savoir pourquoi. (…) Le nietzschéen en moi a tendance à penser que ce qui compte est moins la question de savoir si Dieu existe, que de nous demander d’où est venu notre besoin d’y croire pour orienter nos actes. Nietzsche montre bien que moins on croit à l’idée de vérité, plus on a le désir d’y croire. Alors qu’au fond, l’amour de la sagesse, étymologie du mot « philosophie », est de constater que l’important, c’est d’être d’abord dans la sagesse de l’amour, et que celle-ci n’est pas un Graal, mais un fait accessible à qui a l’audace de tendre la main. Dans cet esprit, je suivrais Spinoza, philosophe de l’immanence, qui défend l’idée que ce qui existe existe, et que ce qui n’existe pas n’existe pas, et qu’on ne peut pas à la fois exister et être au-delà. Il propose de transformer la philosophie non pas en quête de la vérité, mais en apprentissage du réel. » n PASCAL DAVID Professeur de philosophie La vérité selon Simone Weil « Simone Weil est philosophe, mais ce n’est pas une philosophie nouvelle qu’elle cherche à bâtir. Ce qu’elle cherche, ce n’est rien de moins que le bien, le réel, Dieu, ou comme on voudra dire, car ce qui importe, ce n’est pas le terme employé, mais c’est la réalité que l’on nomme ainsi et qui se donne à nous. Simone Weil pense à partir de son expérience. En fait, il n’y a pas de pensée vraie s’il n’y a pas d’abord une expérience. Et c’est pourquoi cette femme, professeur de philosophie, s’engage comme ouvrière en usine, pour comprendre la situation de ceux qui sont écrasés par le malheur, pour voir les choses de leur point de vue, seule manière de comprendre vraiment. La philosophie n’est pas séparée de la vie. Faire de la philosophie, ce n’est pas s’amuser à élaborer un système bien huilé (un de plus), mais c’est penser l’existence humaine, avec toutes ses contradictions. C’est faire un effort pour comprendre le monde et pour le transformer. Ce travail de transformation, il faut d’abord l’appliquer à soi. Simone Weil invite à faire attention à soi, à ce qui se passe en soi, à ceux que nous croisons et à ceux avec lesquels nous vivons, à la beauté d’un arbre en fleurs ou d’une église romane, bref, au réel. « L’attention consiste à suspendre sa pensée, à la laisser disponible, vide, en attente, prête à recevoir dans sa vérité nue l’objet qui va y pénétrer. » Alors, la leçon des Cahiers, pour Simone Weil, c’est cela : opérer ce travail de retournement, de conversion, de transformation de soi pour donner à sa vie une direction et vivre dans la vérité. « La vérité ne se trouve pas par preuves, mais par exploration. Elle est toujours expérimentale. » Et lire les Cahiers, c’est s’engager à son tour dans un itinéraire spirituel qui prend toute la vie. « Nous ne pouvons que détacher notre désir de tous les biens et attendre. L’expérience montre que cette attente est comblée. » (La Croix.com) n QUESTION DE PHILOSOPHIE 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 1Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 2-3Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 4-5Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 6-7Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 8-9Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 10-11Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 12-13Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 14-15Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 16-17Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 18-19Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 20-21Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 22-23Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 24-25Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 26-27Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 28-29Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 30-31Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 32-33Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 34-35Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 36-37Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 38-39Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 40-41Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 42-43Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 44-45Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 46-47Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 48-49Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 50-51Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 52-53Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 54-55Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 56-57Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 58-59Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 60-61Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 62-63Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 64-65Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 66-67Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 68-69Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 70-71Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 72-73Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 74-75Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 76-77Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 78-79Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 80-81Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 82-83Question Philosophie numéro 2 jun/jui/aoû 2016 Page 84