Pulsations n°2019-07 jui/aoû/sep
Pulsations n°2019-07 jui/aoû/sep
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-07 de jui/aoû/sep

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Hôpitaux Universitaires de Genève

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : les bienfaits de la natation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Juillet - Septembre 2019 L’o r g a ne Par Anouk Pernet Illustration Wendi Strang-Frost Pulsations Au creux de l’abdomen, le côlon encadre l’intestin grêle. Grâce aux cinq couches de sa paroi, il absorbe l’eau du bol alimentaire, assure l’équilibre hydrique de notre corps et évacue les déchets de notre digestion. Ce long tube est l’organe du système digestif le plus vulnérable aux maladies. Expert Pr Jean-Louis Frossard, médecin-chef du Service de gastro-entérologie et d’hépatologie Millefeuille musclé Le côlon est composé de cinq couches. La première, la muqueuse, absorbe l’eau contenue dans les aliments décomposés, qui circulent sous forme de liquide (le chyme) une fois passés dans l’estomac. Dans le côlon, ils se solidifient, formant ainsi les selles. En dessous se trouve la sous-muqueuse, très vascularisée. Suivent ensuite deux couches de muscles qui, en se contractant, font transiter les selles jusqu’au rectum. Enfin, la dernière couche, nommée « séreuse », assure le maintien de l’organe. 10 12 30 Le nombre de microbactéries du microbiote présentes par demi-litre de selles. LE
L’organe Le microbiote Des milliards de bactéries peuplent notre côlon. Telle une empreinte digitale, ce microbiote (ou flore intestinale) est propre à chaque individu. Depuis quelques années, il est considéré comme une composante essentielle de l’organisme. Quand la diversité microbienne s’appauvrit, des maladies se développent. On suspecte le microbiote d’être associé à l’obésité, la dépression, la sclérose en plaques ou encore l’autisme. Pour le restaurer, de nombreuses études planchent sur la transplantation de selles d’un sujet sain à une personne malade (lire le dossier Pulsations sur le microbiote sur Pulsations.swiss). CÔLON de 15 Le pourcentage de la population suisse souffrant du syndrome du côlon irritable. 50 L’âge auquel doit avoir lieu le premier dépistage du cancer colorectal. Dépister le cancer colorectal Plus de 4’000 cas de cancer colorectal sont recensés chaque année en Suisse. Il s’agit du troisième cancer le plus fréquent et compte parmi les plus meurtriers. Quand les symptômes se manifestent, la maladie est déjà à un stade avancé. Pour éviter cela, un dépistage régulier est de mise dès 50 ans. Grâce à la coloscopie, le médecin repère les polypes, des excroissances se formant sur la muqueuse intestinale. S’ils sont précurseurs d’un cancer colorectal, ils sont enlevés avant toute complication. Grâce aux évolutions technologiques et la sédation du patient, l’examen est indolore et dure entre 20 et 30 minutes. Une autre méthode de dépistage est la recherche de sang dans les selles, toutefois moins fiable et à répéter tous les deux ans. 31 Des fibres contre la constipation Une selle par jour est le rythme d’une digestion normale. Dans notre société, la population est sujette à la constipation, à cause d’une alimentation pauvre en fibres. La pression intraintestinale qu’elle engendre peut favoriser l’apparition de diverticules, de petites cavités dans la paroi musculaire susceptibles de s’infecter. Pour rétablir un transit sain, il faut assurer un apport suffisant en fibres, en consommant fruits et légumes au quotidien. 1,5 En mètre, la longueur moyenne du côlon déplié. Sa taille est très variable entre les individus, allant 1 m à 1,8m. Syndrome du côlon irritable Cette pathologie touche en particulier les jeunes adultes, avec une prépondérance féminine. Elle se déclare par des douleurs abdominales, de la diarrhée ou une constipation. Toutefois, les symptômes semblent disparaître la nuit. Si son origine exacte n’est pas connue, on la retrouve souvent chez des personnes anxieuses, sans savoir si c’est l’anxiété qui cause la maladie ou l’inverse. La piste du microbiote est également évoquée. Juillet - Septembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :