Pulsations n°2019-07 jui/aoû/sep
Pulsations n°2019-07 jui/aoû/sep
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-07 de jui/aoû/sep

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Hôpitaux Universitaires de Genève

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : les bienfaits de la natation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Juillet - Septembre 2019 L’i n f o g r a p h i e Par Laetitia Grimaldi Illustration Muti Folioart 25% 70% Les allergies Le risque de développer une allergie si deux parents, frères ou sœurs sont allergiques. Multifacettes, les allergies se manifestent à tout âge. En cause, le système immunitaire qui se trompe de cible. L’organisme réagit de manière exagérée à des substances végétales, animales ou chimiques, habituellement bien tolérées. En fonction des allergènes identifiés, une prise en charge personnalisée est possible. Expert  : Pr Philippe Eigenmann, médecin adjoint agrégé, responsable de l’Unité d’allergologie pédiatrique Le pourcentage de personnes qui souffrent de rhume des foins en Suisse La réaction retardée La réaction immédiate Pulsations (dans les heures qui suivent et pendant plusieurs mois en cas d’exposition régulière)  : sournoise, mais rarement dramatique (dans les deux heures maximum)  : la prudence s’impose parce que le pronostic vital peut être engagé 22 Allergènes et réactions Allergènes et réactions Allergies de contact (peau)  : chrome, nickel, teintures capillaires, cosmétiques, parfums, produits chimiques, piqûres de guêpe, d’abeille, de moustique, etc. Rougeur, eczéma chronique, tuméfaction. Environnement  : pollens, poils d’animaux, acariens, moisissures. Asthme, rhume des foins. Allergies alimentaires  : lait, blé, orge, avoine, volaille, fruits de mer, etc. Vomissements, diarrhées, sang ou mucus dans les selles..Mr Aliments  : oeuf, noix de cajou, noisette, arachide, lait, poisson, crustacés, blé, fruits, etc. Médicaments. Piqûres de guêpe et d’abeille. Urticaire, réaction sévère généralisée (anaphylaxie).\> > > >
Mécanismes Inflammation enclenchée L’activation des globules blancs* provoque des dégâts plus ou moins localisés et graves selon les cas (démangeaisons, asthme, vomissements, etc.). 1 2 3 Activation du système immunitaire Pensant avoir à faire à un ennemi, le système immunitaire active ses troupes par le biais d’anticorps préparés depuis le premier contact. Contact avec l’allergène Pour qu’une allergie se manifeste, il faut  : une prédisposition génétique et un contact dans le passé avec la substance étrangère en question. Réaction retardée Réaction immédiate Macrophage (rôle d’intermédiaire) Allergène Lymphocyte T Lymphocyte B Anticorps Mastocyte Allergène Lymphocyte T (globule blanc) 0. 0 ° 3 Que faire ? Allergie ou intolérance ? 0 0 0 L’infographie 1 2 3 1 Libération de molécules (cytokines) dans le sang Substances chimiques relâchées dans le sang 23 La solution idéale, mais pas toujours possible, éviter tout contact avec l’allergène. Sinon... L’exemple du gluten Signes d’une allergie Dans les dix minutes suivant le repas, apparition d’urticaire, de boutons, voire difficulté à respirer. II Signes d’une intolérance Digestion désagréable, ballonnement, irritabilité, gêne proportionnelle à la quantité de gluten ingérée. Sur le long terme  : la désensibilisation L’option immédiate  : gérer la crise Protocole réservé aux allergies respiratoires marquées ou épisodes de réaction anaphylactique aux piqûres d’insectes. Pour les réactions locales (rhume des foins, asthme, etc.)  : antihistaminiques (par voie orale), gouttes oculaires, spray nasal, bronchodilateur, crèmes spécifiques. A ce jour, aucun test ne confirme l’intolérance au gluten. Seule possibilité  : tester sur quelques jours un régime sans gluten, réintroduire progressivement les aliments évités, et observer... L’objectif  : rétablir la tolérance de l’organisme en administrant des doses croissantes de l’allergène, par comprimé sublingual ou par injection sous-cutanée régulière. Durée  : 3 à 5 ans. Age minimum  : 5 ans. Pour les réactions sévères généralisées (tachycardie, fourmillements dans les extrémités, difficultés respiratoires, etc.)  : injection d’adrénaline dans la cuisse. * Lymphocytes, mastocytes, macrophages. Juillet - Septembre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :