Prof Magazine n°46 jun/jui/aoû 2020
Prof Magazine n°46 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : vers le zéro déchet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
À l’Athénée royal d’Esneux, labelisé ÉCOLE durable, l’Écoteam s’est (entre autres) penchée sur sa cantine. Et ses divers projets le démontrent  : l’approche écologiste, ça rassemble. MENU Potage de tomate Poulet -Purée de Butternut au thym et miel - jardinière de légumes Poulet -Purée &I &attente authen et Wel -Jardinière de/oie/ne Flan maison avec des œufs et du lait de ferme bio SEMAINE CANTINE DIABLE Produits frais du 1 au 5 octobre DANS NOTRE ÉCOLE LE an » Sain AR Air Pur AR Aywaille AR Ans AR Charles Rogier Liège 1 AR Chênée AR Esneux AR Liège Atlas AR Visé Internat de Milmort Institut « Etienne Meylaers » EESPCF Seraing AR Air Pur AR Aywaille AR Ans AR Charles Rogier Liège 1 AR Chênée AR Esneux AR Liège Atlas AR Visé Internat de Milmort Institut « Etienne Meylaers » EESPCF Seraing Une organisation semaine cantine du able Dans notre école le Local Circuit court Bio L’Ecoteam regarde dans son assiette L’établissement dispense, sur un même site, de l’enseignement fondamental (250 élèves) et secondaire (général, technique et professionnel, +/- 650 élèves). du 1 au 5 octobre 26 Il a reçu son premier label, Agenda 21 scolaire, en 2011, renouvelé depuis sous le label ÉCOLE durable, un des labels décernés en Wallonie dans le cadre des programmes développés par l’ASBL Coren. Mais cette vocation environnementale, l’école l’avait déjà découverte il y a plus de 25 ans, quand elle a monté « un coin nature, avec une haie vive sauvage et une marre », se souvient Sylvie Brossnez, professeure de sciences et membre de l’Écoteam. Découvrez tous nos producteurs locaux ! La haie, composée de dix espèces d’arbres indigènes différentes, avait été plantée par les élèves de toutes les classes du secondaire inférieur et de 6 e primaire, autour d’un ancien terrain de jeu. La marre fut creusée et l’ensemble sert depuis de « réserve éducative », dans le prolongement du site naturel de Beaumont, classé Natura 2000. « Puis les projets se sont enchainés ». Parmi les projets récents, tout un travail sur l’alimentation. L’école propose des collations de fruits et légumes produits localement depuis longtemps et elle a commencé à inscrire des menus durables à la cantine scolaire en 2018. « En collaborant avec La Ceinture Aliment-TERRE liégeoise, une ASBL qui rapproche les producteurs locaux et les consommateurs, particuliers ou collectivités », poursuit M me Brossnez. PROF 46 « D’abord de manière épisodique pendant une période de test, puis on les a proposés chaque jeudi. On a un restaurant didactique aussi, où on applique le même principe d’un repas durable par semaine. Et en parallèle, on a voulu réduire le gaspillage alimentaire ». Deux Plans anti-gaspi Car en matière de gaspillage alimentaire, l’athénée était loin de l’exemplarité. Quatorze kilos de déchets par élève et par an, selon les pesées 2016‐2017 effectuées par l’Écoteam, contre sept en moyenne pour le réseau W-BE. À la rentrée 2017, l’école met en route un Plan Anti-gaspi qui s’appuie sur l’impression des usagers de la cantine, élèves et professeurs, que les quantités servies sont excessives. Sur une idée de l’Écoteam, la cantine proposera deux types d’assiettes  : pour une « grande faim » et pour une « faim moyenne ». Les élèves de l’école fondamentale viennent prendre leur repas à midi et ceux du secondaire à 13h. Les « dames de la cantine » doivent réussir le défi de servir quelque 250 repas en deux services. Le système des deux assiettes a compliqué leur travail et l’opération a fait un flop. À la rentrée suivante, un nouveau Plan Antigaspi est mis en œuvre, résultant, celui-là, des propositions des cantinières. Les principes  : servir des assiettes plus petites, composées en dialogue avec les élèves pour qu’ils laissent le moins possible ; ne les remplir que de toutes petites quantités des produits qu’ils ne connaissent pas, pour leur permettre de gouter ; et… droit à la « repasse » (à se faire re-servir) ! Un bon plan, mais impossible à mener sous la pression de la file des élèves qui attendent… Les cantinières ont obtenu qu’un proviseur/éducateur canalise la file en amont, et elles ont reçu le renfort d’une dame d’entretien
pour ordonner le tri des couverts, assiettes et déchets. « Ces solutions ont été trouvées parce qu’elles adhèrent aux objectifs du projet », commente M me Brossnez. Résultats  : une qualité de service améliorée et, au cours de l’année scolaire 2018‐2019, un gaspillage annuel moyen par élève diminué de moitié. Talents pédagogiques Les Journées du développement durable offrent un autre exemple de ce souci de travailler en commun. L’école a commencé à mettre à son agenda un après-midi de mobilisation annuelle autour du thème du développement durable par an, voici 11 ans. « Les après-midis sont devenus des journées et ce sont maintenant les rhétos qui l’organisent, campe M me Brossnez. Tous les élèves des sections générales et qualifiantes de dernière année sont mis à contribution. On les réunit ensemble, puis ils forment des sousgroupes pour organiser à peu près 25 ateliers, autour du thème choisi pour l’année  : il y a eu l’alimentation, les déchets, les changements climatiques, les migrations… » Les professeurs de l’Écoteam les coachent donc en amont, mais aussi quand il s’agit de répéter les explications qu’ils auront à donner à leurs visiteurs, notamment « aux plus petits » puisque ce sont tous les élèves, à partir de la 4 e primaire, qui viendront découvrir leurs ateliers. Et la professeure de sciences de considérer qu’ils ne manquent pas de talents pédagogiques  : « Ils font ça généralement assez bien ». LE MERCREDI, TU VAS Enzo ORIGINE DES PRODUITS Quand on souligne l’intérêt de cette démarche transdisciplinaire et intergénérationnelle, M me Brossnez commente  : « Travailler ensemble, c’est un peu la force de notre école. On a la chance d’avoir des élèves des trois formes d’enseignement, chacun peut apporter à l’autre. Et les élèves de primaire viennent à l’Athénée manger à la cantine, c’est bien qu’ils y découvrent aussi des activités… » DI VEDETTE PROF 46 27 EN VEDETTE Des élèves de l’Athénée participent souvent à l’Assemblée des Jeunes Wallons pour l’Environnement. AREsneux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :