Prof Magazine n°46 jun/jui/aoû 2020
Prof Magazine n°46 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : vers le zéro déchet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DoSSIER Pour des écoles Zéro déchet Le mouvement zéro déchet s’étend et des écoles y participent. Ce dossier relate l’expérience de quelques-unes. Appels à projet, animations…  : à la rentrée, les écoles se verront proposer un calendrier pour entrer dans l’action. DOSSIER Un dossier réalisé par Monica GLINEUR 20 La manière dont l’école peut se saisir de la problématique des déchets est au carrefour des compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des Régions wallonne et bruxelloise. La Fédération a inclus l’éducation relative à l’environnement et au développement durable (ErE DD) et l’éducation à la citoyenneté dans les missions de l’école. La plateforme PROF 46 www.e-classe.be, accessible après création de son compte comprend donc des ressources (1) proposées par les Consortiums, des vidéos de la RTBF (extraits de JT, Matière grise, Le Jardin extraordinaire…) et d’ARTE (Dessous des cartes, Xenius) exploitables dans des cours de géographie, sciences, éducation à la philosophie et la citoyenneté…
École fondamental libre de Saint-Vaast La Louvière De nombreuses ressources en ErE DD sont également disponibles sur Enseignement.be (2), et en particulier des fiches d’activités en ErE DD conçues par l’Inspection, et la brochure Quelques portes d’entrée dans les référentiels inter-réseaux. Les Régions aident les écoles à agir en faveur de l’environnement à travers des projets de sensibilisation à des thématiques environnementales, dont les déchets. Elles les aident aussi à passer à l’action en adoptant de nouvelles pratiques environnementales au sein de l’école. Les principes de leur intervention sont identiques mais ce qui est proposé en pratique aux écoles wallonnes et bruxelloises peut varier. Les trois niveaux de pouvoir ont conclu un accord de coopération en matière d’ErE DD. Ils subventionnent l’ASBL Réseau IDée – Information et Diffusion en éducation à l’environnement (3). Ce réseau offre aux enseignants une information sur les programmes et activités proposées en Wallonie et à Bruxelles, ainsi que sur les outils pédagogiques existant, etc. Il met à disposition du public deux centres de documentation (à Bruxelles et à Namur) et un service d’information et d’accompagnement pédagogique. Réseau IDée édite aussi un trimestriel, Symbioses, dont le dernier numéro propose précisément un dossier sur le zéro déchet (4) et des lettres d’information, dont pour les enseignants en Wallonie et une pour les enseignants à Bruxelles. Elles reprennent l’actualité des appels d’offres, appels à candidatures, concours, etc. En s’inscrivant sur le site Bubble (5), de Bruxelles Environnement, les enseignants à Bruxelles disposent de toutes les informations sur les divers programmes proposés aux écoles. (1) www.e-classe.be/thematic/environnement37 (2) www.enseignement.be/ere, et en particulier des fiches d’activités en ErE DD conçues par l’Inspection, et la brochure Quelques portes d’entrée dans les référentiels inter-réseaux. (3) www.reseau-idee.be (4) À commander en ligne (4 € ) ou téléchargeable via www.symbioses.be. (5) www.bubble.brussels Graines de savants Une école communale de Schaerbeek a mené cette année scolaire un projet zéro déchet. Avec un effet dynamisant, et… dans la ligne de son plan de pilotage. En aout 2019, des représentantes de l’école P6 Georges Primo assistaient à la journée organisée par Bruxelles-Environnement pour présenter aux écoles bruxelloises les thématiques sur lesquelles elles pourraient, avec son soutien, développer des projets au cours de l’année scolaire 2019‐2020. Cette école primaire de taille importante (plus de vingt classes) avait amorcé le tournant de l’éducation à l’environnement et à la santé depuis quelques années  : gourdes pour tous, collations de fruits et légumes… C’est en toute logique qu’elle a choisi d’embrayer sur la thématique des déchets, avec un projet Objectif Zéro Déchet. En septembre, une entrevue est organisée entre l’équipe impliquée dans l’école et une animatrice de GoodPlanet (1), l’ASBL chargée par Bruxelles Environnement d’accompagner les écoles dans le cadre d’Objectif Zéro Déchet. Les animations sont menées dans des « classes relais », ayant ensuite à transmettre ce qu’elles ont appris aux autres classes. Vu sa taille, l’école Georges Primo décide qu’une institutrice, par degré, recevra les animations dans sa classe et les répercutera auprès des autres de ce même degré. Elles sont donc trois à avoir organisé le mouvement  : Selvie Yldirim, Céline Cleser et Roxane Bottu pour les 1 er, 2 e et 3 e degrés, respectivement. La méthode Les animations menées par GoodPlanet pour aborder la problématique des déchets sont parfois étonnantes  : ateliers de tawasi, d’emballages cadeaux recyclant des chaussettes usagées ou encore de pousse-mousse de savon pour les mains. « Pour le pousse-mousse, l’animatrice était venue avec du savon noir, du bicarbonate et des huiles essentielles, raconte M me Bottu. Les élèves se faisaient apprentis chimistes, c’était très gai ». Mais l’institutrice de 5 e insiste  : toujours en les amenant à réfléchir à l’enjeu derrière le jeu. Elle situe le point de départ de la prise de conscience des élèves de sa propre classe lors de la projection d’un film sur l’histoire d’une tortue, de sa naissance sur une plage jusqu’à sa défiguration par des déchets plastiques. « Ils ont compris que nos déchets tuaient et qu’il fallait en produire le moins possible. » De la mer, le débat s’est élargi, et le principe qu’« un déchet qu’on jette va toujours quelle part » a mobilisé l’intérêt de ses élèves à un point qui a surpris M me Bottu, impressionnée également par le niveau des recherches qu’ils avaient entreprises par eux-mêmes. Les grands nombres Le lien avec le plan de pilotage ? Le choix du « Bien-être à l’école » parmi les objectifs stratégiques de l’école, mais pas seulement. Quand on compare, par exemple, ce qu’on peut acheter comme fruits de saison pour le prix d’un Kinder, on travaille sur les « grands nombres », sourit M me Bottu  : « C’est énorme ! » (1) www.goodplanet.be/fr PROF 46 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :