Prof Magazine n°45 mar/avr/mai 2020
Prof Magazine n°45 mar/avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de mar/avr/mai 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier leadership partagé, le retour du collectif ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
O L E MAGAZINE D E S PRO F E S S I N N E L S D E L’E N S E I G N E M E N T TRIMESTRIEL - MARS-AVRIL-MAI 2020 NUMÉRO 45 PR..F TRIMESTRIEL - MARS-AVRIL-MAI 2020 NUMÉRO 45 L’INFO Une formation, « Je sème des cours au potager », a invité des enseignants d’écoles bruxelloises à exploiter leur potager d’école comme terreau pour de multiples apprentissages. CÔTÉ PSY Les participants à la formation découvrent rapidement une complicité « naturelle ». 8 Le toucher est le premier sens par lequel l’enfant se construit et découvre les autres et le monde. Il reste un des outils ffl disponibles sur le plan pédagogique ou Un potager extraordinaire enée sous l’égide de Bruxelles-En- et de son programme potager ? Maths, français, sciences… Des Bref, pourquoi ne pas donner des cours au Mvironnement Bubble (1), la formation s’est tenue en janvier exemples de leçons peuvent être imaginés à en présence d’une trentaine d’enseignants, l’infi ni, et permettre, au passage, de solliciter avec l’ASBL Tournesol-Zonnebloem en maitre les élèves pour des travaux d’entretien. d’œuvre. Le magnifique parc Tournay-Solvay, au sein duquel l’ASBL tient le Centre régional d’initiation à l’écologie (CRIE), servait Des fi ches pour guider des activités Tous au potager de cadre à l’expérience, parce qu’il abrite un pédagogiques au potager ont été préparées vaste potager partagé. par les formatrices. Les enseignants invités à les « tester » ont été répartis en deux groupes  : l’un pour les premières années du fondamental, l’autre pour la fi n du primaire et le début du secondaire. Le premier groupe a travaillé les nombres et les grandeurs, ainsi que des compétences d’éveil et de français. Le deuxième a combiné des données pour la plantation d’un projet de potager puis enchainé avec une séquence d’observation de vers de terre. « Nos sols sont PROF/FWB habités, explique la formatrice, par des vers de terre de trois groupes, caractérisés par des modes de vie différents, différemment précieux pour l’écosystème. » Les enseignants ont ensuite consigné le comptage des vers épigés, anéciques et endogés selon un protocole de « sciences participatives » proposé par le site français Vigie-Nature (2). Partage d’expériences Deux de ses animatrices, Heide Büker et De retour au CRIE, les enseignants se sont Catherine Caspers, expliquent pourquoi retrouvés autour de tables de discussion pour cette formation leur tenait à cœur  : « Nous échanger sur la formation et sur des idées apprenons aux enseignants à cultiver des de cours au potager. Le compte rendu des potagers d’école depuis 4 ans. Nous avons échanges sera communiqué aux participants constaté que ces potagers, s’ils ne sont qui pourront continuer à partager ressources pas intégrés à la vie de l’école, fi nissent à et expériences didactiques via leur groupe l’abandon. Leur entretien, par exemple, ne d’adresses. peut pas reposer sur une seule personne, Bubble prévoit de reconduire la formation quelle que soit leur taille », les écoles des l’année scolaire prochaine et propose, cette quartiers denses créant de petits potagers en année-ci, d’autres formations (3) sur la même bacs. thématique (classes du dehors, enseignement L’implication des élèves, en particulier, est de l’éco-diversité…). d’autant plus nécessaire que des études Monica GLINEUR montrent que les enfants et jeunes Bruxellois (1) sortent beaucoup trop peu de chez eux, https://environnement.brussels/school et https://souligne M me www.bubble.brussels Büker. (2) http://www.vigienature.fr/(3) www.bubble.brussels>activités>formations PROF 45 Peut-on toucher les élèves aujourd’hui ? sychologue et psychothérapeute, Claire multiples fonctions permettant à l’enfant PMeersseman organise aussi des formations ou supervisions, collectives ou indivi- découvrir en tant qu’individu grâce à ses d’entrer dans une relation sociale, de se duelles, pour des professionnels de l’enfance miroirs, de découvrir son corps, ses limites, et notamment pour les enseignants. Elle collabore souvent avec le service Yapaka (lire grâce au toucher et ensuite à travers tous les de découvrir le monde. Cela se fait d’abord ci-contre). Elle a beaucoup travaillé pour sens. SOS-enfants auparavant, avec à la clé une expérience considérable du travail clinique et On retrouve cela à l’école. Les stimulations éducatif. du travail en réseau. de l’élève, à travers les sens, sont un moteur de développement du cerveau et notamment PROF  : Les enseignants peuvent-ils encore de ses capacités cognitives, dès la maternelle toucher les enfants aujourd’hui ? et dans toutes les années qui suivent. Claire Meersseman  : L’affaire Dutroux a créé un véritable traumatisme dans l’opinion Les enseignants se substituent aux publique. À l’époque, les papas n’osaient parents ? plus toucher leurs enfants. D’autres ont malheureusement suivi et discrédité le toucher dialogue, de manipulation… que les parents Ils se glissent dans le modèle relationnel de dans les classes. Or, créent avec leur enfant. Il faut donc être à le portage, la l’écoute du modèle de chaque élève, tout en manipulation, mettant en place un modèle relationnel lié à les câlins son école et à sa propre individualité. ont de Certains enfants, certains enseignants sont plus tactiles, d’autres moins. L’expérience de l’enseignant lui permet de se mettre au diapason de l’enfant, de s’accorder, tout en restant également lui-même. Cela nécessite d’installer la confiance entre ces acteurs. C’est difficile dans une société où les parents ont un regard sur les enseignants plus critique que légitimant. Le toucher est-il uniquement bienveillant ? L’enfant découvre les limites en testant les adultes, qui sont à la fois les « bons » et les « mauvais objets », à la fois dans la rondeur et la gentillesse mais aussi le carré et la rigueur. En classe, il est bon de maintenir le cadre et, si le moment est à l’appren- tissage, d’y rester. Cela passe par le regard appuyé, mais aussi par une pression de la main... S’il répète des bêtises, l’enfant peut comprendre le rappel de la limite. Mais AdobeStock/Oksana Kuzmina il faut rester attentif au sens que le regard 36 PROF 45 Leadership partagé  : le retour du collectif ? L’importance du toucher Les faces cachées de la langue scolaire Une Cellule énergie pour une autre consommation Le leadership partagé qu’implique la nouvelle gouvernance des écoles signe-t-il le retour du collectif ? Adobe Stock/Jacob Lund ÉDITORIAL La sécurité avant tout Face à la crise liée au Covid-19, les interdictions, fermetures et suspension des cours ont le même leitmotiv  : la prévention, avec un appel insistant à la responsabilité individuelle, pour la sécurité de tous. Les consignes changeant au gré de l’évolution de la pandémie, on ne peut que renvoyer nos lecteurs vers www.enseignement.be/coronavirus et vers le site du SPF Santé publique www.info-coronavirus.be/fr. Quelques heures avant d’écrire ces lignes, je lisais le poignant témoignage de ce père désenfanté par le suicide de sa fille de 16 ans, victime de cyberharcèlement. Depuis 2014, il intervient dans les classes pour sensibiliser à ce fléau qui a déjà causé plus de dégâts chez les ados que le coronavirus n’en fera sans doute jamais parmi les jeunes générations, du moins espérons-le. Alimentation saine, climat, gestion de ses émotions, de son argent… en plus des apprentissages, et maintenant ce Covid-19 ! L’école a tant à faire qu’elle ne peut pas, seule, tout assumer. Quand un nouveau front se déclare, comme aujourd’hui cette saleté de pandémie, il est tout simplement humain de baisser la garde sur d’autres combats. Ce papa courageux, et les statistiques en matière de (cyber)harcèlement, nous rappellent qu’il y a des luttes à mener sans relâche… On lira ci-contre qu’une enquête sur le bien-être à l’école et le climat scolaire va démarrer ce printemps. On en suivra les développements dans nos prochains numéros. Ce numéro s’intéresse de près au leadership partagé, intimement lié à la dynamique des plans de pilotage. Cette façon de diriger une école, illustrée par des témoignages de directions, consacrera-t-elle le retour de dynamiques collectives ? Ce numéro présente aussi le nouveau dispositif d’ajustement dont bénéficieront dès la rentrée de septembre des écoles identifiées comme les plus en difficultés. Focus également sur l’utilisation du potager d’école ou d’un escape game pour pimenter ses cours ! Ou encore sur la cellule du Ministère de la FW-B spécialisée dans la gestion des couts et consommations énergétiques, qui peut aider les écoles… Bonne lecture, dans ces pages ou via www.enseignement.be/prof. Didier CATTEAU Rédacteur en chef L’INFO Des écoles en dispositif d’ajustement >4 Un potager extraordinaire >8 S’échapper pour apprendre >9 Une Cellule énergie pour une autre consommation >10 PECA  : embarquement presque immédiat ! >12 Pas assez stylés, les métiers de l’industrie ? ! >13 L’ACTEUR Donatienne Raevens  : « Une journée ne ressemble jamais à une autre » >14 DOSSIER Leadership partagé  : le retour du collectif ? >16 FOCUS « L’objectif, ici, c’est la rencontre » >28 TABLEAU DE BORD PISA 2018  : mieux en mathématiques >30 CLIC & TIC En route vers de nouvelles Aventures >31 ou le geste peut avoir pour lui. Ainsi, il est des réseaux sociaux. D’où l’importance bon de mettre des mots sur son intervention, d’avoir une bonne équipe éducative et une avant, pendant ou après, et direction soutenante qui, en POUR EN SAVOIR + d’éviter ainsi toute interprétation erronée. parents ou l’élève, partira Le psychiatre et psychanalyste cas de divergence avec les d’un présupposé positif Pierre Delion le rappelle dans un Par contre, tirer l’oreille ou pour l’enseignant. ouvrage de la collection Temps donner une fessée ne seront d’arrêt de Yapaka pas compris comme un rappel de la limite mais plutôt peuvent aider. Mais évo- Les cercles de parole (1)  : « Le sens tactile est le premier à faire son apparition dans le développement comme le côté excédé ou le quer ses pratiques du toucher par exemple avec ses embryologique et fœtal de manque de contrôle de la l’enfant ». part de l’adulte. Cela nuit à collègues directs peut se la qualité de la relation et révéler délicat. C’est plus facile en intervision ou avec un permanent de la présence de Le toucher est aussi un témoin de l’apprentissage. agent du CPMS. Attention l’autre, et de sa propre présence, à ne laisser passer aucune donc de la construction de Pour Claire Meersseman, ambiguïté. Sinon, la suivante son individualité. Mais, s’il « le portage, la manipulation, les peut aggraver la situation. est important de porter bébé, câlins ont de multiples fonctions permettant à l’enfant d’entrer de l’entourer d’une ambiance dans une relation sociale ». Et à la récréation ? chaleureuse, il faut aussi lui Les élèves y vivent davantage leur côté pulsionnel. Parfois, on apprend les limites en se construit son propre monde. laisser des moments de répit où il Le toucher est utile aussi sur le plan touchant, en se frottant, en se roulant par pédagogique ? terre. À l’enseignant de parfois laisser faire À mesure qu’il grandit, le toucher L’élève imite les gestes de l’enseignant et et de parfois intervenir. se raréfie, mais le câlin reste une les reproduit, et à force, leur donne du sens. sorte de viatique pour la route  : On creuse des sentiers, qui deviennent des Notons aussi que le jeu même permet à « L’enfant refait une mise à jour routes, puis des autoroutes. Lorsqu’on apprend à un élève à nager, à faire du sport, relation violente  : bourreau, victime, témoin. et, réconforté par ce retour même l’enfant d’expérimenter les trois figures de la de ses capacités tactiles primitives à réaliser une pratique professionnelle… on C’est nécessaire pour son équilibre et pour furtif, part découvrir le monde ». a sans doute intérêt d’abord à montrer les savoir qu’il ne doit pas rester figé dans une Dans ce livre, l’auteur aborde gestes à l’élève avant d’encadrer de façon des figures. Alors que l’usage actuel des également le milieu scolaire, sans tactile ses mouvements. écrans a comme effet pervers justement dresser de liste des gestes permis, celui-là. qui ne pourrait être exhaustive Et dans le cas d’une crise de l’élève ? De nouveau, les compétences de l’enseignant lui permettent d’en sentir l’importance c’est aussi laisser la parole aux jeunes ? signification de ces gestes importe Prévenir la violence ou la maltraitance, ou servir de référence  : « La ou de déterminer le besoin de l’enfant et d’y L’école est un lieu social collectif. Il est important de pouvoir y déposer des choses qui anatomique. ». beaucoup plus que leur réalité apporter parfois un encouragement, parfois un câlin, mais parfois un rappel du cadre. posent question et d’y réfléchir, comme ces Yapaka dispose également d’une Cela fait également du bien à l’élève. Si cela thèmes-là ou d’autres. On les sort de leur collection de vidéos sur le sujet, va plus loin, attention à ne pas se laisser creuset et on apporte des éléments pour disponibles via https://www.aspirer par le besoin de l’élève et à passer opérer un décalage. J’ajouterais qu’il est sans yapaka.be (> Livres, vidéos, le relai aux éducateurs ou aux agents CPMS. doute important pour l’école d’amener aussi podcasts… > Toutes les vidéos, les parents - assez démunis aujourd’hui - à puis filtrer par la thématique Par ailleurs, un contact avec un élève qui a s’interroger voire, à réfléchir, à débattre sur Développement de l’enfant). eu une relation insécure d’attachement avec ces thématiques. son ou ses parent(s) peut se révéler très désagréable pour lui et devenir contre-productif. Propos recueillis par (1) DELION P., Peut-on encore toucher les Patrick DELMÉE enfants aujourd’hui ?, 2016, Yapaka Est-ce compliqué ? (Fédération Wallonie-Bruxelles), collection Temps d’arrêt (n°86). Travailler avec l’humain et le relationnel, à https://www.yapaka.be (> Livres, la fois dans une dimension individuelle et (1) Voir l’encadré ci-contre. vidéos, podcasts…) de groupe, n’est pas facile. À cela s’ajoute la pression de l’opinion publique et aujourd’hui 2 PROF 45 37 PROF 45 PROF/FWB Côté Psy Peut-on toucher les élèves aujourd’hui ? >36 Droit de regard Christophe Vermonden  : Climat  : ce que l’école peut faire >32 LIBRES PROPOS Anne-Sophie Romainville  : Les faces cachées de la langue scolaire >34 À votre service Découverte d’e-classe dans un Atelier de la DGEO >38 Lectures Enseignement et apprentissage dans le secondaire >40 CARTE PROF Le Musée Vieille Montagne >43 Musée Mémorial Passchendaele 1917 >44
CORONAVIRUS COVID-19 À l’heure d’écrire ces lignes, le Conseil national de sécurité avait conseillé de limiter les déplacements au strict nécessaire, jusqu’au 5 avril. Nos lecteurs trouveront toutes les directives et recommandations faites aux membres des personnels de l’enseignement (obligatoire et non obligatoire) et aux écoles sur la page www.enseignement.be/coronavirus. Objectif Plumes, portail des lettres belges Le portail littéraire www.objectifplumes.be a pour but d’offrir des idées de lectures au grand public et des contenus didactiques aux enseignants, tout en impliquant libraires, éditeurs, biblitothécaires et auteurs. Le portail recense 5 000 auteurs belges francophones et plus de 37 000 œuvres. Il propose un agenda des évènements littéraires et des dossiers pédagogiques. Enquête sur le bien-être à l’école et le climat scolaire D’ici juin 2020, près de 22 000 élèves, parents et membres des personnels de l’enseignement auront participé à une enquête sur le climat scolaire et le bienêtre à l’école. Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la nouvelle gouvernance des établissements et du système scolaire. Elle a pour but de créer un indicateur multidimensionnel et systémique relatif à l’objectif d’amélioration du système éducatif n°7 (climat scolaire et bien-être). Plus de renseignement sur www.enseignement.be/enqueteclimat-scolaire L’obligation scolaire passe à 5 ans Dès la rentrée de septembre 2020, les enfants de 5 ans seront soumis à l’obligation scolaire. Si l’enfant inscrit dans une école atteint neuf demi-jours d’absences injustifiées, l’école signalera ces absences au Service du Droit à l’instruction. Objectif  : familiariser les enfants à l’environnement scolaire avant l’enseignement primaire et faire de l’école un véritable instrument de lutte contre les inégalités et discriminations. www.enseignement.be/index.php ? page=24546 PROF 45 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :