Prof Magazine n°44 déc 19/jan-fév 2020
Prof Magazine n°44 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : enseigner l'oral ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
PROF O TRIMESTRIEL - DÉCEMBRE 2019 - JANVIER-FÉVRIER 2020 NUMÉRO 44 PROF/FWB L E MAGAZINE D E S PRO F E S S I O N N E L S D E L’E N S E I G N E M E N T L’INFO 30 ans des Droits de l’enfant La voix des enfants Plus de 2 000 enfants arlement de la Fédération Wallonie- Cela tombe bien  : le Gouvernement de la se sont exprimés sur PBruxelles, 25 juin 2019. Célestine, élève Fédération Wallonie-Bruxelles doit élaborer de 4 e primaire à l’École Sainte-Anne, à Hastière, porte-parole de son groupe, était plutôt 2020-2024. L’Observatoire de l’Enfance, de le Plan d’action relatif aux droits de l’enfant leurs droits. Objectif  : contribuer au Plan fière de s’exprimer devant des parlementaires, la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse (OEJAJ) d’action relatif aux le ministre-Président, le Délégué général aux a donc mené une enquête auprès de plus de droits de l’enfant droits de l’enfant et une centaine d’enfants 2 000 enfants et jeunes de 5 à 18 ans (lire venus de Bruxelles et de Wallonie. Elle a proposé une piste pour contrer la violence entre ci-contre). 2020-2024 du Gouvernement de la enfants  : placer dans la cour de récréation La cour de récré, théâtre de violence Fédération Wallonie- une cabane avec des coussins, des sacs de Mais ce n’est pas tout  : l’Observatoire a accompagné le volet quantitatif d’une enquête Bruxelles frappe, des balles en mousse… comme exu- qualitative. Le bureau d’études Méthos et La Convention internationale des droits de des artistes de l’ASBL Mus-e ont organisé des l’enfant, approuvée par l’Organisation des ateliers de parole et d’expression artistique Nations Unies et signée voici trente ans par dans six écoles (lire en pages 6 et 7). Objectif  : recueillir le point de vue d’enfants vul- la Belgique, affirme que « les États garantissent à l’enfant qui est capable de discernement le droit d’exprimer librement son opi- volet quantitatif de la consultation. nérables, moins facilement accessibles par le nion sur toute question l’intéressant » (1). Les résultats ? Les enfants se sont exprimés Et le Comité des droits des enfants, chargé sur des sujets liés aux besoins de base  : bienêtre sécurité, relations avec leurs pairs et de surveiller la mise en œuvre de la Convention par les États, précise qu’il « devrait être avec les adultes qui les entourent. tenu compte des opinions exprimées par des La majorité, de tous les âges, ont évoqué des enfants lors de la prise de décisions, de l’élaboration des politiques et de l’élaboration situations de violence entre enfants, souvent Un comité composé de sept de nature physique et verbale chez les plus des lois ou des mesures ainsi que lors de leur jeunes de 8 à 19 ans a suivi jeunes, davantage de nature psychologique le projet de A à Z. évaluation » (2). (brimades, critiques, intimidations…) chez les toires des tensions. Ja CÔTÉ PSY FWB - Jean POUCET 4 L’apprentissage du langage oral, c’est un long processus qui repose sur la transmission par l’adulte, sur la pratique et sur la répétition par l’enfant. C’est l’heure du conte, pour cette classe de 2 e -3 e maternelle à l’École Claire Joie. 38 PROF 44 Sept jeunes à la barre Un comité composé de sept jeunes de 8 à 19 ans a suivi le projet de A à Z, se faisant le porte-voix de la consultation auprès des pouvoirs publics et des médias. Réunis et coachés par le bureau d’études Méthos, ils ont participé aux réunions avec le comité d’accompagnement du projet et validé chaque choix méthodologique. Ils ont notamment choisi les thèmes à approfondir lors de la phase qualitative. Le projet de participation a donc été élaboré pour et par les enfants. Avec l’objectif de nourrir le futur Plan d’action relatif aux droits de l’enfant 2020-2024 avec des propositions directement inspirées par les jeunes. La langue, un patrimoine immatériel à transmettre l’heure de la culture du visuel privilégiée À l’inverse de la perception visuelle  : l’image À par les écrans, la linguiste Véronique d’une pomme, par exemple, est perçue de Rey souligne importance de l’écoute et de la façon immédiate et non par indices visuels parole dans l’acquisition du langage. successifs. On comprend l’attrait des enfants pour les écrans, c’est tellement plus facile ! PROF  : Comment l’enfant construit-il son langage oral ? Et dans cet apprentissage, l’adulte joue Véronique Rey  : « Entrer en langue », c’est un rôle-clé. Lequel ? un long processus qui passe par l’écoute Je partirai d’une comparaison  : on a observé et par la production. que le diamant mandarin, un oiseau origi- naire d’Australie, chante plus lentement, fait des pauses plus longues et répète plus souvent quand il chante devant un oisillon. Celui-ci observe, puis babille, réalise des approximations sonores et enfin, le chant se cristallise dans la forme attendue de la part de l’oiseau adulte. Pour des oiseaux équipés pour chanter (ils ont des sacs aériens dévolus à la circulation de l’air), la présence physique du modèle adulte et les interactions sont nécessaires. Elles le seront d’autant plus pour des humains qui n’ont pas d’organe spécifique  : pour parler et pour chanter, nous « arrêtons de respirer ». Autrement dit, nous détournons la respiration de sa fonction principale pour produire le souffle à la base de la communication acoustique. Ce travail exigeant demande des contacts avec des adultes, véritables modèles langagiers. Cela implique, pour l’adulte, notamment pour l’enseignant, d’éduquer son souffle, de Le souffle se transforme en son travailler sa voix. Comment l’enfant peut-il dans le larynx. Puis vient la prononciation  : comprendre qu‘il lui faut de l’air si l’adulte le son laryngé est amplifié, dans la bouche ne lui montre jamais explicitement ? Et si les notamment. Cela génère des voyelles. Les syllabes ne sont pas assez longues dans la consonnes sont des bruits qui s’appuient durée, comment l’enfant peut-il « attraper » sur les voyelles. Ces sons vont s’organiser en le modèle et le reproduire ? séquences, syllabe après syllabe, mot après D’où l’intérêt, aussi, de multiplier ces mot, phrase après phrase. interactions… La langue orale, c’est un préalable indispensable à l’apprentissage de la lecture et passons, nous adultes, sur les écrans, l’est Oui, et malheureusement le temps que nous de l’écriture. L’entrée en langue se construit souvent au détriment de celui de la transmission des pratiques langagières qui passe donc progressivement en s’appuyant sur la réalisation de gestes en coordination avec la par la parole, par la relation en direct, par la perception auditive. présence physique. PROF 44 TRIMESTRIEL - DÉCEMBRE 2019 - JANVIER-FÉVRIER 2020 NUMÉRO 44 Enseigner l’oral ? Quand la bienveillance s’apprend à l’école Manneken Pis ambassadeur des toilettes accueillantes Votre Carte PROF 2020-2021 avec ce magazine Notre dossier est consacré à l’enseignement de l’oral, qui mérite une attention particulière. PROF/FWB plus âgés. Conscients des possibles conséquences désastreuses, ils souhaitent que cela cesse, même s’ils ne savent pas toujours comment y remédier. Pour contrer cette violence dont la cour de récréation est souvent le théâtre, ils ont imaginé des pistes de solution. Par exemple, aménager la cour avec des espaces de détente, des jeux, des arbres ; nommer des « gardiens de paix » qui seraient des intermédiaires dans les disputes ; disposer de moyens pour signaler des problèmes de harcèlement en ligne… Et beaucoup souhaitent aussi être inclus dans la réflexion et dans les démarches mises en place pour résoudre les conflits. L’enquête l’a montré aussi  : dans des cas de harcèlement, les enfants ne rapportent pas volontiers les évènements à un adulte tiers, soit parce qu’ils ne se sentent pas suffisamment en confiance, soit parce qu’ils ont honte de lui parler de leur situation. Et les enseignants rencontrés avouent être souvent dépassés et avoir le sentiment d’agir de façon improvisée. Les outils et services à disposition ne sont pas assez connus et les écoles manquent de repères pour mettre en place une démarche structurée, intégrée dans le projet d’établissement. Plus d’écoute, plus de dialogue Par ailleurs, certains enfants estiment que les décisions prises à leur égard à l’école ne sont pas justes. Ils réclament plus d’écoute, de dialogue, de débat. Et le pouvoir de donner leur avis en cas de problème mais aussi quand il est question de leur orientation ou de leur avenir. Le 27 novembre, les résultats de la consultation Nos droits, nos voix ont été communiqués à la Ministre de l’Enfance par une délégation des enfants qui y ont contribué à la Ministre de l’Enfance, à charge pour elle de lancer l’élaboration du prochain Plan d’action en faveur des droits de l’enfant. Catherine MOREAU (1) https://www.ohchr.org/fr/professionalinterest/pages/crc.aspx (2) https://www.right-to-education.org/fr/resource/comit-des-droits-delenfant-observation-g-n-rale-no12-le-droit-de-lenfant-d-tre-entendu (3) www.oejaj.cfwb.be/index.php ? id=20134 Nos droits, nos voix, une enquête auprès des jeunes Nos droits, nos voix est le fruit d’une enquête menée par l’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse, sur la réalisation des droits de l’enfant en Fédération Wallonie-Bruxelles (1). L’enquête a touché plus de 2 000 enfants et jeunes de 5 à 18 ans répartis en trois classes d’âge  : de la 3 e maternelle à la 2 e primaire ; de la 3 e à la 6 e primaire ; de la 1 re à la 5 e secondaire. Les questions portaient sur différents thèmes  : santé, accès aux loisirs, éducation, participation, violence, sécurité… Pointons ci-dessous quelques résultats liés à la vie à la vie à l’école. 7 enfants de 8-12 ans sur 10 disent « avoir parfois besoin de l’aide d’un adulte pour mes travaux scolaires » 53% des jeunes de secondaire interrogés estiment n’avoir pas assez de temps libre pour se détendre. Et parmi eux, 62% disent que c’est « parce que j’ai trop de travail pour l’école ». Les jeunes estiment-ils être consultés quand les adultes prennent des décisions qui les concernent ? 8-12 ans 13-17 ans 14% 16% 15% 20% 28% 41% 66% Toujours Souvent Parfois Jamais Pour que tous les enfants et les jeunes se sentent bien à l’école, les ministres devraient travailler en priorité sur  : - l’organisation de la vie et des cours à l’école (horaires, règlement, contenu des cours…) ; 38% - le confort et la propreté des locaux ; 36% - une meilleure protection des élèves contre le harcèlement et la violence. 30% (1) Résultats complets via www.oejaj.cfwb.be/index.php ? id=20134. PROF 44 5 Vous plaidez donc pour l’utilisation en classe du chant, du conte, de poèmes… C’est ce que j’appelle, avec mon équipe, la fonction patrimoniale du langage. Contes, poèmes, chants font partie de notre patrimoine immatériel. En le transmettant, l’adulte crée un lien entre les enfants d’hier et ceux d’aujourd’hui. C’est préférable de raconter plutôt que de lire des histoires, car la personne est davantage investie et elle donne à voir les mouvements de la bouche. L’enfant comprend aussi qu’il peut raconter des histoires même s’il ne sait pas lire. Dans le cas contraire, cela peut réduire le champ de l’imagination. Et on ne doit pas hésiter à utiliser des mots et des phrases complexes sans (trop) s’inquiéter de la compréhension pour laisser l’enfant rêver, en fonction de son âge. En écoutant un conte, les enfants développent l’écoute, enrichissent grammaire et vocabulaire, développent leur mémoire verbale. Et puis, en racontant un texte qui lui a été conté jadis, l’adulte met en scène et transmet ses propres émotions. Le chant est aussi indispensable  : c’est une pratique universelle et une véritable école de la rigueur. Cela permet d’apprendre, par l’imitation, à produire des écarts de notes et à conserver une métrique, un rythme. Mettre les choses en images ÉDITORIAL Objectif gratuité… Prenez un soupçon de Constitution  : l’accès à l’enseignement est gratuit jusqu’à la fin de l’obligation scolaire, par exemple. Ajoutez-y un peu de Convention internationale des Droits de l’Enfant. Au hasard, son article 28, selon lequel « Les États parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation, et en particulier, […] ils rendent l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous ». Renforcez par un peu de Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, qui enfonce le clou et affirme que « L’enseignement primaire doit être obligatoire et accessible gratuitement à tous ». Pimentez le tout par une récente décision de la justice de paix du canton de Namur, et vous obtenez une piqure de rappel d’un des nombreux objectifs à atteindre… Les 30 ans de la Convention internationale des Droits de l’Enfant ont été l’occasion d’aborder d’autres droits que celui de la gratuité de l’enseignement, pour lequel des mesures sont planifiées. Comme on le lira en ouverture de ce numéro, l’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse (OEJAJ) a mené une enquête auprès de plus de 2 000 enfants et jeunes de 5 à 18 ans, qui se sont exprimés sur le sujet. Notre dossier est consacré à l’enseignement de l’oral, qui mériterait une plus grande attention. Focus également sur les appels à projets Ne tournons pas autour du pot permettant d’améliorer les espaces sanitaires des écoles ; sur Entr’apprendre 2019 qui permet l’immersion d’enseignants du qualifiant dans des entreprises ; ou sur les ateliers d’information administrative destinés aux directions. Les bénéficiaires de Carte PROF trouveront leur carte 2020‐2021 dans l’enveloppe emballée avec ce magazine. Si vous êtes entré en fonction après le mois d’octobre, et que vous répondez aux conditions d’octroi, vous la recevrez par courrier postal normal dans le mois qui suit votre premier traitement. Bonne lecture, dans ces pages ou via www.enseignement.be/prof. Didier CATTEAU Rédacteur en chef Comment faire quand nous échangeons avec un enfant en difficulté langagière ? POUR EN SAVOIR + Le grand danger est que l’adulte, lui, parle de moins en moins et soit tenté de restreindre On trouvera via www.yapaka. be deux vidéos avec des la langue à la fonction référentielle  : donner interventions de Véronique des informations et vérifier que l’enfant a Rey  : Pourquoi faut-il raconter compris. Mais la langue sert aussi à exprimer des histoires aux enfants ? et et partager des émotions… Face à un enfant L’incidence des écrans sur le en difficulté, les « vieux en langue » que nous langage. sommes doivent interroger leurs propres pratiques. Il faut continuer à le stimuler sans REY V., DEVEZE J.-L., PEREIRA M.-E., ROMAINC., La fonction attendre une réaction en retour. Car ce sont patrimoniale du langage, Retz, nos interactions qui lui permettent de s’approprier le langage. Cycles 1, 2 et 3 (+ CD-Rom), Retz, 2017, et Rituels en langue orale - coll. Pédagogie pratique, 2018. Cela n’exclut évidemment pas une prise en charge médicale ou une rééducation de ces L’Institut de la Formation en retards et dysfonctionnement. Mais la prise cours de Carrière IFC organise en charge ne dispense pas les interactions plusieurs formations en lien avec le développement du langage oral  : langagières en milieu familial. Et cela d’autant plus que les dix premières années de la Oral et écrit à l’école maternelle pour que les élèves rentrent vie constituent une période particulièrement gagnants dans l’apprentissage favorable aux apprentissages langagiers. de la lecture (Décolâge ! ; code Après, ce sera plus laborieux. 213301901) ; L’art du Conte  : l’éloquence par l’image (code Propos recueillis par 404001906) et La musique pour Catherine MOREAU les enfants en classes maternelles (code 212 501 915). www.ifc. cfwb.be Dans le « coin salon » de cette classe de 2 e -3 e maternelle à « Prendre le temps de décrire permet aux élèves de mettre les l’École Claire Joie (Etterbeek), une vingtaine de paires d’yeux choses en images pour se faire leur propre film, explique-telle. La difficulté, c’est de s’adapter à une classe hétérogène  : sont tournés vers l’institutrice, Yana Gogos. « Cette histoire commence il y a très longtemps… ». Auparavant, l’enseignante pour certains enfants, je peux employer des termes peu ou pas a pris soin de rappeler les rituels  : « Bien assis, mains tranquilles, oreilles bien chauffées, regards tournés vers moi. » Mais pour d’autres, qui maitrisent peu ou mal le français, le connus. Logés dans leur mémoire, ils prendront sens plus tard. support de l’image est très utile. » Et Kacper, Laura, Théo, Tibamata et les autres de vibrer, de trembler un peu, d’ajouter des détails connus en écoutant le « Conter, c’est aussi transmettre un récit avec mon propre conte d’Hansel et Gretel. Au terme du récit, Cristian s’adresse à ressenti. Cela éveille parfois des échos chez les enfants. L’an l’institutrice  : « J’ai aimé l’histoire parce que j’ai eu peur. » Juliet dernier, une Baba Yaga, mi-sorcière, mi-ogresse de la tradition ajoute  : « Je la connaissais déjà, alors j’ai pu t’aider. » slave, a enrichi la version traditionnelle d’un conte. » M me Gogos, qui a suivi une formation au Théâtre de la Parole, à Auderghem, émaille son récit de descriptions visuelles, sonnel des élèves, classement d’images dans l’ordre chronolo- Ces histoires se prolongent par diverses activités  : récit per- sonores, olfactives, sonores ; module sa voix ; rétablit l’attention de son auditoire en chuchotant ou par un bruit imprévu ; gique du récit, création d’un jeu emporté à la maison… adapte la posture et le geste à la parole. 2 PROF 44 39 PROF 44 L’info La voix des enfants >4 Des ateliers d’information aux directions >8 Comme Manneken Pis, Ne tournons pas autour du pot >9 Des livres et des jeux pour une société inclusive >10 Réorganisation de l’Administration de l’Enseignement >11 « Chez nous, l’épicéa bleui est invendable » >12 L’école du changement >14 L’ACTEUR Sarah Rawart  : « Côtoyer des ados ne me fait pas peur ! » >15 DOSSIER L’oral, un objet d’enseignement >16 FOCUS La bienveillance s’apprend en classe >28 TABLEAU DE BORD Évolution du nombre d’étudiants et de diplômés des sections pédagogiques >30 CLIC & TIC School-IT, une mallette numérique ! >31 Droit de regard Eugène Ernst  : « Avec la logique de compétition, on fait fausse route » >32 LIBRES PROPOS Les Cercles d’excellence >34 Lectures L’Art d’enseigner >36 À votre service Kaléidoscope  : les ressources des opérateurs socioculturels >37 Côté Psy La langue, un patrimoine immatériel à transmettre >38 À votre service Des collections multiples, accessibles gratuitement >40 CARTE PROF Delvaux, l’homme qui aimait les trains >43 Sur les traces d’Howard Carter >44
I i i TERRE D’AVENIR 2019-2020 en collaboration avec la Fondation Dirk Frimout UN PRIX À L’ATTENTION DES ÉLÈVES DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, PROFESSIONNEL, ARTISTIQUE, SPÉCIALISÉ ET DES CEFA. INSCRIPTIONS JUSQU’AU 30 AVRIL 2020 www.terredavenir.be Brochures_Terre_d'avenir_2019_ok.indd 1 26/09/19 10:24 ABC1700344 - Brochures 12 p Terre d'avenir v3.indd 1 11/10/17 14:24 THE FLOOR la campagne choc d’Infrabel Infrabel, gestionnaire du réseau ferroviaire belge, a lancé une nouvelle action de sensibilisation destinée aux 12-18 ans, et proposée aux écoles. The Floor, expérience-choc de réalité virtuelle, peut accueillir 30 personnes en même temps. L’expérience The Floor est toujours précédée d’une présentation interactive qui insiste sur les règles de sécurité à respecter le long des voies, sur les passages à niveau et dans les gares. Détails et réservations via infrabel.be/fr/thefloor. Vidéo via www.youtube.com/watch ? v=V2mNeJz3tQw 530 Sur les quelque 800 plans de pilotage élaborés par les premières écoles entrées dans la dynamique de nouvelle gouvernance, 530 étaient devenus contrats d’objectifs au 1er septembre 2019. Sur les 270 ayant fait l’objet de recommandations du DCO, une centaine sont devenus contrats d’objectifs à l’heure de boucler cette édition et la plupart des 170 autres devraient le devenir avant fin 2019. Une dizaine d’écoles (sur les 800) devraient bénéficier d’un suivi plus rapproché. Qui seront les lauréats Nouvelle classification des films III i 1111 MM III MI i III VI MI IIK À partir du 8 janvier 2020, le système de contrôle des mineurs à l’entrée des salles de cinémas (enfants admis/non-admis) sera remplacé par un système de recommandation basé sur la responsabilisation du secteur et du public. La nouvelle classification comprendra cinq catégories d’âge et sept catégories de contenu, identifiés par des pictogrammes. Une campagne de sensibilisation aura lieu fin 2019. www.cinecheck.be En plus de la notoriété, les Prix Reine Paola pour l’Enseignement et Terre d’Avenir offrent des sommes bienvenues. Le premier récompense des projets d’enseignants rendant les disciplines scientifiques plus attractives. Trois lauréats reçoivent respectivement 6 500, 4 000 et 2 500 € . Candidatures avant le 31 janvier. Terre d’Avenir récompense des projets d’élèves du 3 e degré du qualifiant, en lien avec la terre, l’environnement ou l’espace. Outre 500 € par élève (avec un plafond), 1000 € vont à leur école. Candidatures avant le 30 avril. www.sk-fr-paola.be/fr PROF 44 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :