Prof Magazine n°43 sep/oct/nov 2019
Prof Magazine n°43 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : 13 500 enseignant(e)s de maternelle en formation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
L’INFO 96% des enseignants du 1er degré ont une perception positive ou très positive des relations avec les élèves. 77% des répondants choisiraient à nouveau d’exercer le métier d’enseignant si c’était à refaire. Et 53% estiment que les avantages du métier compensent ses inconvénients. 91% aiment travailler dans leur établissement actuel, mais 15% aimeraient changer d’école si c’était possible 78% estiment pouvoir compter sur leurs collègues (91% en moyenne dans les pays/régions proches). 80% des directeurs se sentent déconnectés ou trop peu impliqués dans la dimension pédagogique de leur établissement. 22 TALIS, une photographie du 1er degré secondaire Les premières analyses des données récoltées lors de l’enquête internationale TALIS 2018 permettent de dresser une photographie précise des métiers d’enseignant et de chef d’établissement, au 1 degré secondaire. L’enquête TALIS (acronyme de Teaching And Learning International Survey) permet de récolter (tous les cinq ans) des données précises et représentatives sur les métiers des enseignants et des chefs d’établissement. Elle appréhende leurs pratiques professionnelles, décrit leurs conditions de travail et fait part de leurs opinions sur l’école. TALIS questionne les enseignants du 1er degré du secondaire et leur chef d’établissement. Pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2 135 enseignants (89% de ceux qui étaient invités à participer) et 119 directeurs (sur 120) ont répondu. Les analyses, réalisées par Valérie Quittre et Virginie Dupont, sous la direction scientifique de Dominique Lafontaine (Service d’analyse des Systèmes et des Pratiques d’enseignement, ULiège), sont donc représentatives de ce niveau uniquement, même si on peut supposer que certaines perceptions sont transposables à d’autres niveaux d’enseignement. L’enquête 2018 permet d’obtenir un état des lieux avant la mise en place des mesures systémiques prévues par le Pacte pour un Enseignement PROF 43 d’excellence et avant la réforme de la formation initiale des enseignants. Les prochaines enquêtes permettront donc de mesurer les évolutions. Nous vous présentons ici une sélection très partielle de résultats diffusés en juin, en vous invitant à consulter le détail dans les quatre premières publications parues sur www.talis-fwb.be. Pour des raisons méthodologiques expliquées par les auteures de ces analyses, les données de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont mises en perspectives avec celles de six pays/régions  : Communauté flamande, France, Pays-Bas, Autriche, Finlande, et Angleterre. Didier CATTEAU Plus de 90% des enseignants jugent leur métier peu ou pas valorisé dans la société, par les médias, et par les décideurs politiques. Un paradoxe quand on sait que le Baromètre social de la Wallonie réalisé par l’IWEPS (Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique), montre que 90% des citoyens accordent un degré élevé de confiance aux enseignants ! 62% des participants à l’enquête ont indiqué que l’enseignement était leur premier choix de carrière. C’est davantage le cas pour les femmes (66%) que pour les hommes (54%). Et plus marquant pour celles et ceux qui ont plus de 30 ans d’ancienneté (86%).
Distribution de la taille des classes au 1er degré de l’enseignement secondaire en FW-B, toutes disciplines confondues Pourcentage de classes du 1er degré Pourcentage de classes du 1er degré 50% 40% 30% 20% 10% 0% 20 Moins de 10 élèves 10 De 10 à 14 élèves De 15 à 19 élèves De 20 à 24 élèves De 25 à 29 élèves Source  : V. QUITTRE, V. DUPONT, TALIS 2018 - Paysage de l’enseignement au 1er degré du secondaire, ULiège - aSPe, Liège, 2019 0 30 élèves ou plus Globalement, les enseignants expriment un sentiment général d’efficacité personnelle assez bon  : 90% des répondants estiment pouvoir agir assez bien ou très bien pour expliquer les choses autrement, par exemple lorsque des élèves ont des difficultés à comprendre ; pour exposer clairement ce qu’ils attendent comme comportement de la part des élèves. Par contre, ils ne sont que 46% à estimer pouvoir agir bien ou très bien pour motiver les élèves qui s’intéressent peu au travail scolaire ; et 35% pour encourager l’apprentissage des élèves à travers l’utilisation de la technologie numérique. 15 50% Les enseignants du 1er degré de l’enseignement 45 secondaire 40% exerçant à temps 17% plein enseignent en moyenne 20,3 heures (de 30% 60 minutes). 2% Les autres tâches occupent Enseignement 19,1 heures, dont 5,2 20% pour 20 la planification 5% et les préparations, 4,6 Préparations pour les corrections, 15 Corrections 2,1 pour le travail 51% 10% 10 et le dialogue avec des Travail collègues, avec 9 les collègues 1,4 pour le 12% Formation continue 0% Autres tâches (conseil aux 0élèves, Moins diminue, de De plus 10 àla part De de 15 àtravail De hors 20 àtravail enseignement De administratif, 25 à relations 30 est élèves 10 élèves 14 élèves 19 élèves 24 élèves 13% avec les 29 parents, élèves participation plus proportionnellement plus grande, particulièrement pour les aux activités extra-scolaires…) 2% 5% 12% 17% 13% 51% 45 20,3 h conseil aux élèves… On notera que plus la charge d’enseignement enseignants exerçant moins d’un mi-temps. Part consacrée aux différentes tâches pour un temps plein Source  : V. QUITTRE, V. DUPONT, TALIS 2018 - Enseigner au quotidien, ULiège - aSPe, Liège, 2019 9 Enseignement Préparations Corrections Travail avec les collègues Formation continue Autres tâches (conseil aux élèves, travail administratif, relations avec les parents, participation aux activités extra-scolaires…) PROF 43 23 56,1% des enseignants formés au cours des dix dernières années disent l’avoir été à l’usage des TIC, mais seul un tiers d’entre eux dit être bien voire très bien formé. 60% des enseignants estiment qu’au moins une des formations continues suivies au cours des 12 mois précédant l’enquête a eu un impact positif sur leur façon d’enseigner. 66% des chefs d’établissement mettent en avant un manque d’enseignants qualifiés. Ils ne sont que 23% en moyenne dans les six pays/régions de comparaison. Et lorsqu’ils dirigent un établissement qu’ils jugent eux-mêmes défavorisé, ils sont 81% à souligner cette pénurie. POUR EN SAVOIR + La Fédération Wallonie-Bruxelles a chargé le Service d’analyse des Systèmes et des Pratiques d’enseignement (aSPe) de l’Université de Liège de mettre en place l’enquête TALIS. Le site www.talis-fwb.be comprend toutes les informations relatives à l’enquête (dont certaines sont reprises sur www.enseignement. be/talis). Le site international de l’enquête est www.oecd.org/education/talis. En juin 2019, Valérie Quittre et Virginie Dupont ont publié quatre numéros thématiques sur autant de thèmes de l’enquête  : Paysage de l’enseignement, Devenir enseignant, Développement professionnel en cours de carrière et Enseigner au quotidien. Trois Talis en bref sont également disponibles, de même qu’une vidéo présentant l’enquête.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :