Prof Magazine n°42 jun/jui/aoû 2019
Prof Magazine n°42 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : faire entrer le jeu vidéo en classe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Dossier La pédagogie vidéo-ludique implique et motive les élèves. Apparus vers 1950, les jeux vidéo occupent considérablement les ados. Rapidement, ils sont utilisés à des fins sérieuses, qu’ils aient été conçus dans ce but ou pas. 1 20 Dans les jeux vidéo, l’erreur est permise. Pour M. Annart, « l’erreur sous toutes ses formes (mort, défaite, perte d’objets ou de capacités…) constitue le cœur de l’apprentissage vidéo-ludique qui confronte le joueur et ses actions aux règles du monde du jeu, sanctionnant les erreurs mais […] sans tout ce qui fait que l’erreur est sanctionnée et dévalorise celui qui la commet ». Le jeu implique le joueur. Il donne du sens aux actions qui s’inscrivent dans une histoire, qu’il crée en surmontant un problème. Pour Patrick Felicia, informaticien irlandais et enseignant-chercheur, « pendant le jeu, les utilisateurs sont immergés dans un état […] qui les implique entièrement dans la tâche à accomplir. Ainsi, et à condition qu’ils disposent des compétences requises, les joueurs vont s’efforcer d’atteindre l’objectif fixé, quels que soient les obstacles rencontrés » (5). Selon une étude réalisée par European Schoolnet, la pédagogie vidéo-ludique motive les élèves  : « Ils sont sensibles au fait qu’elle donne une finalité concrète aux travaux qui leur sont demandés […], et qu’elle leur permette d’être actifs dans leur apprentissage (en tant que joueurs). Ils apprécient aussi le côté ludique, mais certains d’entre eux sont néanmoins sceptiques au départ lorsqu’il est question de faire entrer le jeu en classe », comme s’ils se représentaient le jeu et la classe comme deux réalités fort dissociées (6). L’étude pointe aussi la capacité à retenir davantage d’informations et de savoir par les élèves ainsi qu’une amélioration significative de la concentration et de plusieurs compétences clés (sociales, intellectuelles, spatiotemporelles, réflexes, etc.). Et ce média touche toutes les catégories sociales. M. Annart  : « Si comme tous les médias, le jeu vidéo mobilise aussi un certain bagage culturel, bagage inégalement réparti selon les catégories sociales, celui-ci est secondaire par rapport à l’action, l’interactivité qui caractérise le média ». Notons que certains n’ont pas la culture du jeu. L’enseignant qui pratique le jeu vidéo pédagogique devra donc s’adapter à son public et le ramener au jeu, avant de laisser le joueur autonome. Enfin, très souvent, le jeu vidéo comporte une version multi-joueur. Cela permet de travailler la coopération, qui fait émerger l’intelligence collective (lire « Avec Minecraft, vers l’infini et au-delà », en page 28). 1 Jeux vidéo et serious games Les jeux vidéo sont nés vers 1950. C’est l’inventeur Ralf Baer qui en a eu l’idée. En 1952, Alexander S. Douglas crée l’OXO joué sur un écran dans le cadre d’une thèse sur les interactions homme-machine. En 1958, William Higinbotham conçoit Tennis for Two sur un oscilloscope. Dans Spacewar créé en 1962, deux astronefs sont dirigés par deux joueurs. Chacun essaie de tirer sur l’autre véhicule pour le détruire. En 1972, le jeu de tennis Pong, imaginé par Nolan Buschnell et développé par Allan Alcorn, connait le premier grand succès auprès du public. PROF 42 PROF/FWB Depuis, le secteur est en croissance continue. Dès 1980, son chiffre d’affaires mondial dépasse celui du cinéma. Outre quelques grosses firmes, une kyrielle de créateurs indépendants participent à cette production, très variée, qui atteint 1000 jeux par jour ! Parmi eux, on voit apparaitre les Serious games, jeux vidéo conçus avec une intention pédagogique (entrainement, apprentissage, enseignement…). En parallèle, des enseignants utilisent aussi des jeux vidéo classiques et purement ludiques à des fins sérieuses.
Le jeu vidéo, un art ? Le jeu vidéo peut aussi amener le joueur vers l’art ? Certains jeux ont un aspect très esthétisant – comme les fonds marins de Abzu (Steam) (bit.ly/2WOAoYY) – ou très onirique – comme dans l’univers de Myst (Masterpiece) (bit.ly/2VV1xfX). Gorogoa, lui, propose un univers graphique à l’ambiance léchée, et invite à composer et recomposer avec élégance les images (bit.ly/2VV34md). Ainsi, M. Annart considère le jeu vidéo comme un media plein, qui est déjà une culture et qui peut aussi être un pont vers d’autres formes de culture. Par ailleurs, début 2019, l’Institut supérieur pour l’étude du langage plastique (ISELP), à Bruxelles, a accueilli l’exposition Games and politics. Elle rassemblait dix-huit jeux vidéo créés ces quinze dernières années, qui revendiquent un contenu explicitement politique. Ils appartiennent à des genres peu connus qui placent le joueur dans la peau d’une personne minorisée et lui permet de changer de point de vue, quitte à modifier sa conception d’enjeux sociétaux. En jouant, l’exposition proposait aux visiteurs de reconsidérer le jeu vidéo comme outil de réflexion. Directeur de l’ISELP, Adrien Grimmeau est convaincu que le jeu vidéo a sa place parmi les objets artistiques. Pour lui, le graffiti, le livre pour enfant, le jeu vidéo appartiennent à des cultures du divertissement dont les codes ne sautent pas aux yeux des historiens de l’art contemporain, peu enclins de ce fait à s’y intéresser spontanément (7). « Il s’agit pourtant ici d’interroger notre représentation de l’art dans une société où la culture de masse occupe une place croissante dans l’espace public et où les hiérarchies artistiques et culturelles deviennent confuses », ajoutent Arnaud Claes et Daniel Bonvoisin de Média-Animation (8). (1) WIDIPEDIA (site de), bit.ly/2Vlld86 (2) Les interventions de Julien Annart proviennent d’une interview menée le 30 avril 2019 et de la brochure Jeux vidéo et éducation. Ateliers de pédagogie vidéoludique, FOr’J et Quai10, 2018, bit.ly/2VvOySt (3) GILSON G., L’expérience virtuelle des joueurs en tant que situation d’apprentissage informel, mémoire présenté en 2016 pour un master en Sciences de l’éducation, UCL, https://luduminvaders.com/mon-memoire (4) GILSON G. et PRÉATC., « Les jeux vidéo en contexte scolaire  : quand les cultures ludiques s’invitent en classe » actes d’une communication au colloque Ludovia 2018, décembre 2018, https://luduminvaders.com/publications (5) FELICIA P., Les jeux électroniques en classe. Manuel pour les enseignants, European Schoolnet, juin 2009, bit.ly/2JI82MF (6) WASTIAU P., KEARNEYC., VAN DEN BERGHE W., Quels usages pour les jeux électroniques en classe ? (rapport de synthèse), European Schoolnet, 2009. bit. ly/2HgZri0 (7) « Visite de l’expo Games and Politics », dans POINTCULTURE (site de), 14 mars 2010, bit. ly/2W472J2 et « Jeu vidéo  : une reconnaissance difficile », dans POINTCULTURE (site de), 14 mars 2019, bit.ly/2JhMHKr (8) BONVOISIN D., CLAES A., « Le jeu vidéo comme objet esthétique », dans MÉDIA-ANIMATION (site de), septembre 2016, bit.ly/2Waqa4S 3 En Belgique, ces mouvements connaissent leur petit succès dans les années 2000. Ainsi, entre 2007 et 2012, l’Agence wallonne des technologies (devenue Digital Wallonia) organise une journée annuelle de rencontres des acteurs du secteur et des enseignants. « Mais aujourd’hui, peu de serious games d’envergure sortent en Wallonie, indique Pascal Balancier, expert chez Digial Wallonia. Cela coute trop cher. Seules des grandes entreprises ou les institutions s’y risquent encore. » Julien Annart, détaché pédagogique auprès de FOr’J et spécialiste de la question, le confirme  : « Ces acteurs présentent souvent aux studios des cahiers des charges lourds en contenu, inconscients des difficultés du processus de création long et couteux d’un jeu vidéo, avec de plus un budget souvent trop faible pour rivaliser avec les jeux commerciaux classiques. Résultat  : des jeux régulièrement boiteux, inaboutis techniquement et trop scolaires pour être efficaces… Néanmoins, grâce à tout cela, l’attention portée à l’apprentissage par le jeu vidéo s’est maintenue ». PROF 42 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :