Prof Magazine n°40 déc 18/jan-fév 2019
Prof Magazine n°40 déc 18/jan-fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de déc 18/jan-fév 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : pilotage & contrat d'objectifs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
L’info Radicalisation Le Centre de Ressources et d’Appui du Réseau de prise en charge des extrémismes et des radicalismes violents propose des animations en classe, qui visent l’expression et la réflexion sur les enjeux liés à la radicalisation et au terrorisme. www.extremismes-violents.be (02/413 22 80 ou pascal.pierart@cfwb.be). Aménagements raisonnables La circulaire 6831 détaille le cadre de la mise en place des aménagements raisonnables au bénéfice des élèves à besoins spécifiques, décidée par décret du 7 décembre 2017. Elle renvoie à la typologie qui guide la mise en place de ces aménagements et aux fichesoutils également téléchargeables via bit.ly/2wsRz6D. Droits de l’enfant L’égalité filles-garçons c’est bon pour les droits de l’enfant. Et le respect aussi ! Cette exposition est née d’un partenariat entre la Direction de l’Égalité des Chances et l’association française Adéquations, en collaboration avec le Délégué général aux Droits de l’enfant. Destinée aux 6-12 ans accompagnés d’un adulte, elle peut être empruntée gratuitement. bit.ly/2F7233a Pistes didactiques Les Pistes didactiques rédigées après analyse des résultats de l’évaluation externe non certificative en mathématiques d’octobre 2017 proposent des actions concrètes et/ou des démarches d’apprentissage pour améliorer la maitrise des compétences ciblées par l’évaluation. Uniquement téléchargeables sur www.enseignement.be/evaluationsexternes 6 Des ambassadeurs de la mobilité et de la sécurité Des journées de formation IFC permettent à des enseignants des écoles de Wallonie de devenir personnes-ressources en éducation à la mobilité et à la sécurité routière. Une petite vingtaine d’enseignants et de maitres spéciaux d’écoles maternelles et primaires ont participé fin octobre à la première formation de référent en Éducation à la Mobilité et à la Sécurité routière (EMSR). Il y en aura trois autres. Cellesci sont assurées par le Service public de Wallonie avec la collaboration de l’ASBL Empreintes pour l’Institut de la Formation en cours de Carrière (1). « Mes élèves de 5 e -6 e passent le Brevet du cycliste, organisé par Pro Vélo, mais rares sont ceux qui utilisent ensuite leur vélo pour venir à l’école. Comment sensibiliser enfants et parents ? », demandait Sophie Magerotte, institutrice à l’École de Sibret (Vaux-sur-Sûre). Quant à Laurence Gillet, de l’École communale Paul Verlaine, à Arville (Saint-Hubert), elle était venue « chercher des idées, des pistes concrètes pour sensibiliser des petits de maternelles ». La journée évoque des ressources (animations et outils pédagogiques), des bonnes pratiques déjà éprouvées en matière de sécurité (à pied, à vélo, en voiture) et une réflexion sur l’intégration concrète de l’EMSR dans les écoles de chaque participant. Ces nouveaux référents ont rejoint les 117 enseignants déjà formés par le Service public de Wallonie. Leur rôle ? Centraliser et faire circuler les informations au sein de leur école, et y favoriser la mise en place de projets. Membres du Réseau wallon des Référents EMSR, ils bénéficieront, notamment, de l’accès à une plateforme de ressources, à des ateliers et à un accompagnement par l’ASBL Empreintes. PROF 40 Au terme de cette formation, des idées fusaient déjà. « J’organiserai une fois par semaine un pedibus » (accompagnement par Formés, les référents auront accès à une boite à outils leur permettant d’initier ou d’accompagner des projets dans leurs écoles. des adultes d’enfants se rendant à l’école à pied), lançait Miguel Lamoline, instituteur à l’École de Rosière (Vaux-sur-Sûre), vite rejoint par d’autres référents. Vanessa Dumont et Isabelle Piron, de l’École fondamentale d’enseignement spécialisé Croix-Blanche, à Bertrix, proposeront une excursion en train à leurs élèves qui bénéficient d’un transport en bus de leur domicile jusqu’à l’école. « Ils devront observer l’horaire, se rendre au guichet… précisaient-elles. Un pas vers davantage d’autonomie. » Catherine MOREAU (1) www.ifc.cfwb.be (code 202001734). Ajoutons que Bruxelles Mobilité propose aux écoles bruxelloises des actions de mobilité durable et de sécurité routière  : brochures, brevet du piéton, DVD. www.mobilitemobiliteit.brussels/fr/ecole PROF/FWB
À Anderlecht, des services actifs auprès des jeunes ont invité les enseignants à découvrir les associations du quartier de leur école. Parce qu’on collabore mieux quand on se connait… En discussion devant le Centre culturel. Découvrir le quartier où on enseigne La visite programmée par l’école primaire communale du Scherdemael, pour sa journée pédagogique de septembre, participe d’un projet né au sein de la « Plateforme jeunesse » d’Anderlecht, qui réunit des services communaux et les associations travaillant avec la jeunesse (1). Intitulé On d’ÉCOLE !, ce projet cherche à renforcer les collaborations avec les écoles situées sur la commune, en associant les CPMS, via des visites guidées de quartier. Accrochage et bien-être scolaires L’un des guides de la journée, Gauvain Van Rijk, membre du Service d’aide en milieu ouvert (AMO) Sésame, rappelle le cadre  : « Vous aider à identifier, comme enseignants, des services et des relais extérieurs pour faire face à des situations difficiles  : décrochage, problèmes sociaux, besoins de soutien scolaire ou psychologique. » Abel Layach, directeur, évoque aussi l’intérêt de ces visites pour les enseignants navetteurs qui connaissent peu les quartiers où ils exercent. Tabler sur les collaborations L’équipe de l’école fera quatre haltes. La première association visitée est le Manguier en fleurs, qui organise notamment une école de devoirs. Les enseignants enchainent sur les points qui les concernent le plus  : ici, l’aide aux devoirs pour des élèves de FLE (français langue étrangère). À l’AMO TCC PROF/FWB Accueil, qui développe des actions de prévention dans les écoles, c’est l’animation Faites le mur, consacrée à la question des réseaux sociaux, qui pique les curiosités. Avec l’AMO Sésame, on s’arrête sur le travail collaboratif entre les différents intervenants sociaux. À l’école de devoirs et lieu d’Accueil temps libre des Ateliers SAFA, on apprend que la STIB prête un local à la station de métro Aumale pour les jeunes engagés dans une opération Tornade blanche de lutte contre les incivilités. À la question « Comment faites-vous pour faire décompresser les enfants avant leurs devoirs ? », l’ASBL dit recourir à la méthode Félicitée (2), que certains connaissent pour avoir des collègues de maternel qui l’utilisent. Alors, les enseignants se décident à la tester sur eux-mêmes, dans la bonne humeur. Au moment de dresser le bilan de la visite, des invitations à venir dans l’établissement sont lancées « pour enrichir le personnel ». Catherine Crabbé, de l’Antenne scolaire et deuxième des guides de la journée, intervient  : « C’est grâce à l’esprit de collaboration que, pour des enfants, ça se passe bien. » Une brochure est remise aux enseignants  : elle contient les fiches d’identité de la cinquantaine des membres de la Plateforme jeunesse, classées par type d’intervention. Tous sont d’accord pour dire qu’ils n’y auraient pas porté la même attention sans cette journée. Monica GLINEUR (1) Antenne scolaire, Travailleurs sociaux de rue, Associations d’aide en milieu ouvert, Services d’accrochage scolaire, Maisons des jeunes, Écoles de devoirs, Centres de planning familial... (2) bit.ly/2r6395h et www.felicitee.be PROF 40 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :