Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveautés de la rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Clic & TIC Wallcode Organisé par Digital Wallonia.be, Wallcode devient un programme annuel d’initiation à la logique algorithmique et aux langages de programmation. www.digitalwallonia.be/fr/publications/bilan-wallcode-2017. Il s’appuie sur des partenaires comme Kodo Wallonie (http://kodowallonie.be) ou Interface3 Namur (www.interface3namur.be > sensibiliser > animations). R.O.B.O.T. & co En plus de sa palette d’activités numériques, le Pass organise R.O.B.O.T. & co une journée au choix sur la thématique des robots, imprimantes 3D et autres technologies, les 26, 27, 29 ou 30 novembre, pour les P3-P6. http://pass.be/journeesthematiques-p3-p6-les-technologies-au-menu. CoderDojo CoderDojo Belgium est une ASBL qui organise des sessions gratuites afin d’apprendre la programmation aux 7-18 ans, dans le cadre d’un club. Les Dojos sont conçus sur base volontaire. www.coderdojobelgium.be MIC Microsoft Innovation Center Bruxelles organise dans ses locaux de la rue Montoyer des séances gratuites d’initiation à la programmation sur Kodu pour faire découvrir la programmation aux P5-P6 de la région de Bruxelles. Infos et inscriptions  : www.micbrussels.be/en/for-schools/coding-sessions-fr 30 Ils codent en 3 e maternelle À Woluwe-Saint-Lambert, un directeur a lancé son école fondamentale dans un programme numérique. Et, en 2017-2018, ses élèves ont codé, dès la 3 maternelle. Dès son engagement en 2011, le directeur de l’Institut de l’Angélus, Philippe Prieëls, a proposé à son pouvoir organisateur d’y développer le multimédia. D’abord, le matériel informatique de la Région bruxelloise a permis aux 5 e et 6 e primaires, par binômes, de rechercher et de synthétiser des infos sur un sujet au choix, et de rédiger un « chefd’œuvre ». « Tous en classe, dans un souci d’équité », explique le directeur. Apprendre les TIC par les TIC Puis l’école a acheté quinze tablettes. « Elles leur évitent de trop copier-coller ou d’imprimer à tout va sans lire ». Elles sont aussi disponibles pour tous les autres, dès la 3 e maternelle. « Toutes les deux semaines, en deux heures, un enseignant, engagé sur les heures d’encadrement spécifique du 1er degré et d’adaptation, réalise avec un demi-groupe classe un mini-projet choisi avec le titulaire  : découverte de l’anatomie du corps humain, réalisation d’une bande dessinée… Dans l’autre demigroupe, le titulaire fait de la remédiation ». Jusqu’à coder L’an passé, ces élèves ont appris à coder. M. Prieëls  : « Ils expliquent à une machine ce qu’elle doit faire. Rares sont les utilisateurs numériques qui entrent dans cette phase plus active. Or, ils forment l’intelligence du futur, très recherchée par les employeurs ». Le matériel ? Quatre modules Thymio (300 € /pièce) programmables à l’aide de petites flèches et d’un rond sur leur sommet. « Cela convient aux 5-8 ans. Et ils travaillent le vocabulaire des formes, de la latéralisation, du déplacement dans le plan… en lien avec leurs cours ». PROF 39 Institut de l’Angélus La cellule optique de ces robots leur permet de suivre une ligne colorée ou de s’arrêter face à une nouvelle couleur. « À deux ou trois, les élèves discutent d’hypothèses, apprennent les notions d’unité de mouvement ou de degrés… ». Les plus âgés programment sur quatre portables avec le logiciel opensource Scratch  : ils combinent des lignes de commande simples. Pas besoin de connaitre un langage Certains matériels apprennent à coder dès la 3 e maternelle. spécifique. La transmission se fait via une clé USB. Une éducatrice, payée sur fonds propres l’an passé et relevant de l’aide à la direction pour un mi-temps en 2018‐2019, a rejoint le projet. La formation des personnes-ressources par un privé a couté 2000 € . « Bref, ce projet devient un argument dans le projet pédagogique, conclut M. Prieëls. Son caractère ludique séduit les enfants. Il motive les enseignants qui ont participé à sa mise en place et à sa régulière adaptation ». Sans doute une source d’inspiration pour d’autres. Pa. D. (1) www.thymio.org
Un indicateur des pénuries Les Indicateurs de l’Enseignement 2017 présentent une nouveauté  : la proportion de titres requis, suffisants et de pénurie parmi les enseignants à qui s’applique pleinement la réforme des titres et fonctions. Un bon indicateur du degré de pénurie. L’édition 2017 des Indicateurs, parue uniquement en ligne (1), fait le point sur les titres des enseignants à qui s’appliquent entièrement les règles de la réforme des titres et fonctions. À savoir ceux qui sont entrés en fonction après le 1er septembre 2016 et certains temporaires, et qui ne bénéficient pas du régime transitoire. L’analyse porte sur ceux qui étaient en exercice en mai 2017, soit environ 2 600 enseignants du fondamental, 2 300 dans le secondaire inférieur et 1 400 dans le secondaire supérieur. Pour les principales fonctions, l’indicateur présente le classement des titres détenus par ces enseignants  : titre requis, suffisant, de pénurie ou non listé. Même si l’échantillon est restreint, « la proportion de nouveaux enseignants exerçant sur base d’un titre de pénurie ou non listé est vraisemblablement un bon indicateur du degré de pénurie dans la fonction concernée », estiment les auteurs des Indicateurs. Dans l’enseignement fondamental, voici les fonctions qui présentent des proportions de titres de pénurie ou non listés les plus élevées  : instituteur maternel en immersion linguistique (37%), maitre de morale ou de religion (35%), de seconde langue (25%), de philosophie et citoyenneté (22%), et instituteur primaire en immersion (19%). À l’inverse, 98% au moins des jeunes instituteurs maternels ou primaires, des maitres de psychomotricité et des maitres d’éducation physique possèdent le titre requis ou un titre suffisant. On lira dans notre infographie ci-dessous la situation dans le secondaire inférieur. Au secondaire supérieur, seuls 21% des professeurs de pratique professionnelle et 38% des professeurs de cours technique disposent d’un titre requis ou suffisant. De manière générale, les taux de titres de pénurie ou non listés sont systématiquement supérieurs à ceux observés au degré inférieur, aucune fonction n’atteignant 90% de titres requis ou suffisant. Des taux de titres de pénurie ou non listés particulièrement élevés affectent les fonctions de professeur de morale ou de religion (45%), de géographie (42%), d’éducation physique (31%), de mathématiques (29%), de langues modernes (29%), de sciences économiques (20%) et de latin/grec (18%), cette dernière fonction étant commune aux degrés inférieur et supérieur. Les fonctions de professeur de français (17%), sciences (14%), sciences humaines/sociales (14%) et histoire (13%) sont également touchées par la pénurie, mais dans une moindre mesure. D.C. (1) www.enseignement.be/indicateursenseignement Répartition par fonction des nouveaux enseignants du secondaire inférieur selon le titre détenu Professeur de Pratique professionnelle DI (281) Professeur de Cours techniques/artistiques DI (257) Professeur de CG Néerl/Anglais/All DI (292) Professeur de Morale/Religion DI (137) Professeur de CG Sciences DI (228) Professeur de CG Educ. plastique/musicale DI (77) Professeur de CG Sciences économiques DI (36) Professeur de CG Mathématiques DI (261) Professeur de CG Français ou FLE DI (277) Professeur de CG Autres disciplines DI (92) Professeur de CG Sciences hum/Hist/Géo DI (201) Professeur de CG Form. générale de base DI (70) Professeur de CG Education physique DI (139) 23 7 70 44 12 44 61 8 67 10 70 11 52 29 61 21 80 5 82 7 71 22 7 86 7 7 81 14 5 96 2 2 i 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 31 23 19 19 18 15 11 Au 1er mai 2017, 80% des 261 nouveaux enseignants de mathématiques au secondaire inférieur disposaient d’un titre requis, 5% d’un titre suffisant et 15% d’un titre de pénurie ou non listé. Source  : Les Indicateurs de l’Enseignement 2017 PROF 39 31 Tableau de bord Titre requis Titre suffisant Titre de pénurie ou non listé (x)Effectifs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :