Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveautés de la rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
L’info Prix du Parlement des enfants Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’ouvre aux écoles, notamment via le Parlement des Enfants. Trente-quatre classes de 6 e primaire ont participé à la troisième session du Parlement des Enfants. Cette initiative du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles vise à rendre compréhensible et accessible le rôle d’un parlement, à faire comprendre aux enfants le fonctionnement de la démocratie et à leur donner les clés pour être les citoyens de demain. Chaque classe propose un décret Chaque session se focalise sur un thème. En 2017‐2018, les écoliers ont travaillé sur le thème de l’égalité entre filles et garçons à l’école. Une visite au Parlement en compagnie de leur marraine ou parrain député-e permet d’initier au fonctionnement du Parlement et au parcours des textes législatifs. Ces aspects sont approfondis en classe, avant d’entrer dans le vif du sujet  : élaborer une proposition de décret. Toutes les propositions sont alors mises en ligne en avril, chaque classe peut voter pour l’une d’elles. Au final, il y a une classe lauréate dans chaque province wallonne ainsi qu’à Bruxelles. Toutes les informations sur le projet, sur les classes lauréates ou ayant participé, et sur 26 leurs propositions de décret figurent sur www.parlementdesenfants.be. L’accueil d’enfant(s) à besoin(s) spécifique(s) Le thème de la session 2018‐2019 sera l’accueil d’enfant(s) à besoin(s) spécifique(s) dans les classes. Précisons qu’il n’est pas nécessaire d’impliquer sa classe dans le projet pour profiter d’une visite guidée du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (réservations via visites@pFW-B.be). Et qu’on peut télécharger ou commander (via relationsexterieures@pFW-B.be) des exemplaires de la brochure Dix questions que tu te poses, centrée sur le travail du Parlement et plus largement sur les missions de la Fédération Wallonie-Bruxelles. D.C. En 2017-2018, trente-quatre classes ont participé au concours, et six lauréates ont présenté leurs propositions de décret dans l’hémicycle. PROF 39 PROF/FWB Profiter des élections Deux projets (parmi d’autres) s’appuient sur l’imminence des élections pour travailler la question de la politique et de la citoyenneté avec des élèves du dernier degré du secondaire. Le premier projet a été conçu par trois centres de recherche (UCL, ULB et VUB), pour 60 classes bruxelloises de 5 e ou de 6 e secondaire. De novembre 2018 à mai 2019, chaque classe travaillera sur une proposition politique relative à un enjeu particulier, échangera avec les classes ayant étudié d’autres propositions sur le même enjeu. Les débats seront analysés à l’aide d’un outil numérique open source (www.webdeb.be/2019). Le projet requiert 15 périodes de cours. Inscriptions avant le 28 septembre via jeunes-politiek@ webdeb.be. La Confédération des organisations de jeunesse indépendantes et pluralistes recherche également des classes de 5 e et de 6 e secondaire pour participer à un forum ouvert sur la thématique de la politique et de la citoyenneté. Le projet comportera une animation en classe en octobre, la participation au Forum ouvert (15 novembre à Bruxelles) et l’organisation de délégations d’élèves vers des permanents de partis en février-mars 2019. projets@coj.be – www.coj.be On notera que le Centre de Didactique économique et sociale (CeDES) de l’UNamur a actualisé son dossier (destiné aux enseignants) consacré au droit de vote, à la démocratie et aux élections communales. www.cedes.be
« Notre équipe veut faire sa part » La Fondation Reine Paola a décerné son premier Prix pour l’enseignement 2018 à l’équipe pédagogique de l’École fondamentale communale du Val d’Orcq, et à ses ateliers multi-âges. Rodolphe Cuvelier est directeur instituteur au Val d’Orcq à Tournai. PROF  : Votre double casquette, c’est difficile à porter ? Rodolphe Cuvelier  : Enseignant depuis 1989, directeur de quatre écoles depuis 2003, j’étais peu épanoui, partout et nulle part, peu présent pédagogiquement. En 2013, je suis redevenu enseignant tout en dirigeant l’école maternelle voisine et la mienne. J’ai renoué avec les réalités des enseignants, des élèves, de leurs parents et… avec le plaisir. D’où viennent les ateliers multi-âges ? Mes enseignants sont jeunes et déjà expérimentés  : deux équipes de forces vives. En 2015, les enseignants de la Ville ont visionné le film Demain. Il présente des gens qui ont envie de faire quelque chose et qui le font, même avec des erreurs. Cela en a bouleversé plus d’un. Et, face à nos jeunes connectés qui ne communiquent plus et qui ne sont plus reliés au monde, mes deux écoles ont décidé d’enseigner autrement. Tout de suite ? Pendant un an, nous avons cherché. Un projet Comenius avec la Suède nous a apporté des idées. Mais il est difficile de transposer un système scolaire scandinave dans une société latine. Nous avons lu et partagé  : Decroly, Freinet, Montessori, Meirieu, Rahbi… Le résultat ? Quelques axes de travail. Nous laissons de l’autonomie et du temps aux élèves pour répondre à des situationsproblèmes ; nous voyons les stratégies mises en place et apportons des outils si nécessaire. Difficile  : l’enseignant tend souvent à faire les choses à la place de l’enfant. Ces situations sont concrètes et relient nos élèves au monde. Dans nos ateliers pédagogiques, les élèves jardinent – aujourd’hui, ils n’ont plus jamais les ongles sales –, ils mesurent un kilomètre avec une chaine d’arpenteur – ils ne marchent plus autant –, ils visitent Tournai, ses rues, ses vestiges médiévaux – 70% ne connaissent pas le centre-ville… Ces ateliers ont lieu tous les jeudis aprèsmidis et les créatifs tous les vendredis après-midis. Nous y mélangeons toutes les classes. Cela crée une solidarité et un phénomène de tutorat, des grands vers les petits ou l’inverse. En un mois, les élèves du primaire passent par quatre enseignants sur le même thème. En maternelle, ces ateliers, moins gourmands en temps, sont quotidiens. Tout en faisant des liens entre eux et le programme intégré, nous ne les évaluons pas. Selon Albert Jacquard, la norme qui induit la compétition tue la créativité, la solidarité et l’épanouissement des enfants. Les impacts ? Peu mesurables. Mais les élèves sont plus calmes, plus épanouis et surtout plus demandeurs. Ils se concentrent aussi davantage. Le Prix Reine Paola ? Il reconnait de façon forte notre professionnalisme et notre volonté à « faire notre part » pour faire avancer la société – une tâche immense –, dans un monde où les enseignants sont souvent décriés. Votre projet est transposable ? Il n’y a aucune raison qu’il ne le soit pas, à condition qu’il émarge d’une équipe soudée et d’une réflexion. Propos recueillis par Patrick DELMEE (1) www.enseignement.be/index. php ? page=25703&ne_id=5545 PROF 39 27 L’acTEUR Rodolphe Cuvelier  : « Créer des lettrines médiévales, c’est renouer avec le passé de la ville où l’on vit ». PROF/FWB



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :