Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
Prof Magazine n°39 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

  • Format : (200 x 275) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveautés de la rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
L’info Évaluations externes  : quelles nouvelles ? Certificatives et non certificatives, les épreuves externes balisent chaque année scolaire. En voici les résultats connus et les dates annoncées. Sur les 51 192 élèves de 6 e primaire sur la ligne de départ en juin, 90,63% ont réussi l’épreuve externe certificative du CEB, qui donne accès à la 1 re secondaire commune. Un chiffre en hausse  : ils étaient 85,5% en juin 2017. Les moyennes obtenues sont de 75,72% en français (70,32% l’an dernier), 75,92% en mathématiques (70,73%) et 68,74% en éveil – histoire, géographie, sciences (74,66%). Précisons que ces chiffres ne tiennent pas compte des élèves qui ont obtenu le CEB après une délibération du conseil de classe sur la base du résultat des deux dernières années scolaires. Les chiffres définitifs (tenant compte de la réussite de l’épreuve, des délibérations des écoles et des résultats des recours) se trouvent sur www.enseignement.be. Les résultats des deux autres épreuves externes communes (CE1D et CESS), eux, seront disponibles le 14 septembre. Quant aux dates des trois épreuves en 2018‐2019, elles seront communiquées au cours du 1er trimestre. Lettre ouverte ou courrier des lecteurs On sait déjà quelles disciplines et compétences seront évaluées dans le cadre des épreuves externes certificatives liées à l’octroi du certificat d’enseignement secondaire supérieur pour 2018‐2019 (1). L’épreuve de français destinée aux élèves de 6 e technique/artistique de qualification et de 7 e professionnelle évaluera les compétences de compréhension à la lecture et d’écriture à partir de la production d’un avis argumenté en réaction à une opinion (courrier des lecteurs). 20 PROF 39 L’épreuve de français pour les élèves de 6 e générale et technique/artistique de transition évaluera les mêmes compétences à partir de la production d’une lettre ouverte. Les grilles d’évaluation de ces deux épreuves seront publiées sur www.enseignement.be/CESS dans le courant de cette année scolaire. Lors de l’épreuve d’histoire que passeront les élèves de 6 e générale et technique/artistique de transition, c’est la compétence de synthèse qui sera évaluée. Les élèves devront rédiger un texte de synthèse au départ d’une question de recherche et d’un dossier documentaire inédit portant sur une thématique liée au moment-clé Le XX e siècle – Les mutations de la société et des mentalités  : aspects et contrastes. Vous pouvez consulter des exemples d’épreuves antérieures évaluant cette compétence sur www.enseignement.be/CESS. Les épreuves externes non certificatives, elles, porteront sur l’éveil/sciences. Les élèves de 3e, de 5 e primaire et de 4 e secondaire les passeront durant la semaine du 8 au 12 octobre (la semaine suivante en cas d’impossibilité matérielle). Ajoutons que les pistes didactiques concernant les évaluations externes non certificatives en mathématiques seront distribuées dans les écoles en septembre.C. M. (1) Circulaire 6705 sur www.enseignement.be/circulaires CESS201 9 HISTOIRE OLIFSIIONNAIRE MIE EVEIL - INIT(AnON SCIENTIFIQUE 3'ANNÉE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE FORMATION MArHEMAT LOUE 3'ANNÉE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE
Parfois une course contre la montre Comment l’Institut de la Formation en cours de Carrière construit-il son programme pour les membres du personnel de l’enseignement et des CPMS de tous les réseaux ? Des étapes jalonnent la construction des deux programmes de formations (enseignement et CPMS) de l’IFC. Pour le 15 octobre, la Commission de pilotage du système éducatif transmet au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles les thèmes et orientations prioritaires de formations pour l’année scolaire suivante. Ceux-ci s’appuient notamment sur l’avis des conseils généraux de concertation, qui réunissent des représentants des réseaux, de l’Administration de l’Enseignement, des inspecteurs et des syndicats. Une fois les arrêtés « thèmes et orientations prioritaires » adoptés par le Gouvernement, des groupes de travail (avec des représentants de l’IFC, des réseaux et des inspecteurs) planchent sur une offre détaillée de formations qui doit être adoptée par le conseil d’administration de l’IFC en décembre. Ce programme est ensuite transmis au Gouvernement pour approbation via la Commission de pilotage. Il reste à l’IFC à trouver les formateurs. La plupart sont proposés par des opérateurs de formations (hautes écoles, universités, associations, particuliers…) sélectionnés dans le cadre de marchés publics. D’autres sont des partenaires institutionnels (Centres de compétence, de technologies avancées…) ou des formateurs internes. L’offre est approuvée par le conseil d’administration fin juin de telle sorte que les enseignants et membres des CPMS peuvent s’inscrire dès juillet. Fotolia/WavebreakmediaMicro La programmation tient aussi compte de l’évolution du nombre d’inscriptions à l’un ou l’autre module et de l’évaluation des participants et des formateurs. « Nous vérifions si les formations répondent aux besoins du publiccible, explique François-Gérard Stolz, fonctionnaire dirigeant de l’IFC. Nous essayons aussi d’anticiper les évolutions du système éducatif pour préparer le terrain à la mise en œuvre des réformes en tenant compte du calendrier évolutif de l’adoption des textes légaux et réglementaires. Pas toujours aisé car les changements induits sont nombreux et importants. Préparer une nouvelle formation, choisir, préparer les formateurs, c’est parfois une course contre la montre ». Le programme 2018-2019 de l’IFC propose des modules axés sur les aménagements raisonnables. Ainsi, le programme 2018‐2019 (www.ifc. cfwb.be, et lire aussi le supplément IFC encarté dans ce magazine) propose bon nombre de modules axés sur les aménagements raisonnables, l’élaboration et le suivi des plans de pilotage des écoles… en lien avec le Pacte pour un Enseignement d’excellence. D’autres ciblent la découverte des nouveaux référentiels, l’impact sur les écoles du Règlement général sur la protection des données… L’accent est mis, aussi, sur l’accompagnement des enseignants et des éducateurs récemment entrés en fonction.C. M. PROF 39 21 La différenciation sous la loupe Offrir une vue globale de la formation en cours de carrière sur le thème de la différenciation  : c’est l’objectif d’un rapport présenté à la Commission de pilotage du système éducatif (COPI). Celle-ci réunit des experts en pédagogie, des représentants de l’Administration de l’enseignement, de l’Inspection, des PO, des syndicats, des associations de parents. « Il y a cinq ans, la COPI nous a demandé de créer un groupe de travail rassemblant les opérateurs des formations interréseaux et des réseaux pour réaliser un rapport commun de la formation en cours de carrière et de la formation initiale des directeurs », explique Valentine Leurquin, du service d’appui à la COPI. Cela a abouti à une « photographie »  : nombre de journées, de participants… pour chaque opérateur et de manière globale. Puis, l’an dernier, le groupe a été chargé d’observer des thématiques transversales. La première  : la différenciation pédagogique. L’occasion d’analyser le volume global consacré à ce thème par les opérateurs et ses composantes souvent abordées  : intelligences multiples, processus cognitif, difficultés d’apprentissage… Et de fournir un outil sans doute utile pour les programmations futures. Les chiffres seront actualisés l’an prochain. En 2018‐2019 le groupe planchera sur la lecture.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :