Playsound n°7 février 2013
Playsound n°7 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Médias Culture

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 18,3 Mo

  • Dans ce numéro : The Earl Grey... le nouveau nom du Rock français.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
PS MAG #7 LIVE REPORT : THE EARL GREY J-1 avant le Nouveau Casino Rendez-vous était pris vendredi soir à 20h à Montreuil au studio de répétitions de The EarlGrey. A cause des transports en commun et de notre sens de l’orientation quelque peu défaillant (ne jamais se fier à votre GPS humain qui vous a déjà fait défaut auparavant), nous arrivons en retard. Ce qui nous rassure c’est que nous ne sommes pas les seules. En attendant les retardataires, Alex, Clément, Félix et Mike commencent à répéter. Les minutes sont comptées. Le studio est loué pour 2h. Gianni et Olivier arrivent, s’installent et c’est parti pour les derniers réglages de certains passages un peu délicats. Philippe de The Arrs est également de la partie. Il répète la ligne de basse qu’il devra jouer samedi soir. Alex et Félix corrigent certaines choses qui ne vont pas. C’est l’ultime répétition avant le jour J. La tension est palpable. 22h et quelques minutes, la répétition s’achève. Tout le monde range son matos. On en profite pour échanger quelques mots avec Alex. Il est inquiet. Nous aussi. On se quitte aux alentours de 22h30 et on se donne rendez-vous à 12h le lendemain pour une interview. H-9 Midi le lendemain, Alex nous attend au café Charbon accompagné de Paul rencontré à Wolverhampton pendant leur tournée en Angleterre en novembre, Paul de Chunk ! No, Captain Chunk ! et Valentin de la street team The EarlGrey. On discutera pendant un peu plus de 30 minutes avec une petite interruption de quelques secondes pour cause de maladresse, le thé à la menthe qu’Alex avait commandé finissant principalement sur son jean... On ne nous avait pas dit qu’on devait interviewer Pierre Richard ! Nous discutons encore un peu à l’écart de la caméra et il est déjà 13h. Une de nos consœurs arrive, nous cédons donc notre place. H-6 Alex nous donne rendez-vous à 15h devant la salle pour assister au soundcheck. Le temps que toute la bande installe le matériel nous en profitons pour interviewer Charles et Léo de Home Most Days. Jonathan n’étant pas à l’aise avec l’exercice il restera en retrait. Vers 16h, le soundcheck commence enfin par le réglage de la batterie, puis les autres instruments, les voix, les retours. Une heure et demie plus tard, tout le 22 monde a l’air satisfait. C’est au tour de Home Most Days d’installer leur matériel. Nous nous éclipsons à ce moment là pour aller recharger les batteries au sens propre comme au figuré. H-2 Lorsque nous retournons à la salle les portes sont déjà ouvertes. Pendant que nous attendons que la demoiselle à l’entrée trouve nos noms sur la liste, nous échangeons quelques mots avec Alex qui est très tendu puis il retourne en coulisses pour finir de se préparer. Le temps de commander une bière, de trouver l’emplacement stratégique, Olivier Delattre fait déjà son apparition sur scène avec sa guitare alors que la salle est encore très clairsemée. On va être honnête avec vous. Jusque là nous n’avions pas encore écouté ce qu’il faisait. C’est donc une totale découverte pour nous. Ce n’est pas vraiment notre tasse de thé mais on écoute quand même attentivement. Les textes sont bien écrits, ça sonne juste et finalement cette entrée en matière est bien agréable. H-1 La salle s’est bien remplie. C’est au tour d’Home Most Days de chauffer la salle. Ca ne fait qu’un an que ce groupe existe mais ce n’est pas la première fois qu’on
Home Most Day les croise en première partie d’un concert auquel nous assistons. Comme à leur habitude, ils vont nous offrir un set plein d’énergie composé principalement de titres de leur EP ‘Life in a Lighthouse’. Et à soirée exceptionnelle, setlist exceptionnelle. Ils nous feront l’honneur de jouer une nouvelle chanson ‘I Really Wanna You’ce qui laisse présager de bonnes choses pour le premier album à venir de ce trio parisien. 21h passées de quelques minutes, Alex et le reste de la troupe arrivent enfin sur scène. Une petite intro, ‘I Wanna Escape’et c’est parti pour le premier concert de The EarlGrey en tant que tête d’affiche. Le défilé des guests commence avec Bat (Noswad) qui sera le premier invité à monter sur scène pour ‘Like a Friend’. Ensuite ce sera au tour de Paul (Chunk !) pour ‘We Are Young’. Ça gueule, ça saute, la foule est en délire ! On verra même quelques pogos s’improviser tout au long du concert. Le public est vraiment très enthousiaste et les premiers rangs connaissent les paroles quasiment sur le bout des doigts. Tout le monde reprendra d’ailleurs le refrain de ‘It’s About Freedom’. Petite pause émotion quand Alex dédicacera ‘Heart of Glass’à sa maman. Puis Philippe (The Arrs) viendra prendre la place de Clément à la basse PS MAG #7 Olivier Delattre The EarlGrey pendant que celui-ci nous régalera avec son violon sur ‘Day Off’. Tout s’enchaine à merveille. Pour ‘Tuesday 23’c’est au tour de Simon Ghnassia et Alban Lico de monter sur scène (l’ajout du saxophone sur cette chanson n’était pas forcément la meilleure idée de la soirée). Alex fera une pause remerciements, avec une petite dédicace à Playsound avant de poursuivre avec ‘Special’tout seul à la guitare. On a souvent reproché à Alex d’avoir des problèmes de justesse par le passé. Même si ce soir encore il y a eu quelques petits soucis, la fin de ‘Special’a capella, c’est beau et juste ! Après ça, le public découvrira pour la première fois ‘We Are The Empire’. Même la maison de disque ne l’a pas encore entendu. La réaction du public est plutôt positive. Pour ‘Stay Away’, Vincent (The Butcher’s Rodeo, Aqme, Noswad) viendra épauler Alex qui commence à être à bout de souffle tellement il se donne depuis plus d’une heure. Et pour le final, une partie de la joyeuse troupe (Alex, Mike et Gianni) descendra faire la fête avec le public du Nouveau Casino pour le désormais classique ‘In This Memory’de fin de concert. Emu, Alex confiera pendant le concert que « c’est un rêve de gamin de jouer au Nouveau Casino ». Voilà comment il imaginait la soirée : « J’ai 23 envie de briser ces barrières et de dire que les métaleux peuvent écouter de la pop et ceux qui écoutent de la pop peuvent écouter du hardcore. Et aussi forcément passer un putain de bon moment ! » The EarlGrey nous annonçait une grosse soirée. Cette fois nous n’avons pas été déçus ! Maintenant on peut le dire, on a passé un putain de bon moment ! Et finalement le seul carton rouge de la soirée sera attribué aux pickpockets qui se sont régalés à nous faire les poches devant le Nouveau Casino après le concert ! Nous tenons à remercier tout particulièrement Alexandre Ragon de nous avoir accordé un peu de son temps pour l’interview et de nous avoir permis d’assister à la dernière répétition et à l’installation de The EarlGrey au Nouveau Casino. Merci également à Clément, Felix, Gianni, Mike, Olivier, Paul, Charles, Jonathan et Léo. Aline Thomas + DE PHOTOS SUR PLAYSOUND.FR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :