Playsound n°6 janvier 2013
Playsound n°6 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de janvier 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Médias Culture

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 34

  • Taille du fichier PDF : 19,8 Mo

  • Dans ce numéro : Stupeflip... le Crou est-il éternel ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
que sur un disque. Je ne suis pas en train de dire que tous les concerts sont nuls, mais moi, j’aime trop la musique pour aimer les live parce que dans un live tu ne peux pas contrôler exactement ce que tu veux sortir. C’est pas mal de ne pas contrôler parfois. Nos live sont pas mal maintenant parce que j’ai pris ça comme un travail. Je me suis dis « il faut le faire, alors je vais essayer de faire ça bien ». C’est ce qu’on appelle être professionnel. (rires) Pendant que je prenais des notes au concert du Trianon, un mec m’explique qu’il est surpris de voir autant de jeunes dans le public et que Stupeflip c’est plus un truc pour adultes. Tu en penses quoi ? C’est sectaire. En fait c’est à cause de mon rapport avec les adultes. Les gens adultes me font chier. C’est bien de te répondre comme ça. Tu sais les gens adultes, qui te disent qu’il faut être responsable. Mais il y a des jeunes de 19 ans qui sont déjà responsables. Moi, quelque part je suis un peu un ado attardé mais je l’assume complètement. Je fréquente plus de personnes de vingt et vingt-cinq ans que de quarante. Tu sais à quarante ans tu as pris des coups, tu es plus cynique, plus désabusé et moi je ne le suis pas. J’y crois encore. Beaucoup de gens laissent tomber parce qu’ils ont des vies de merde, avec des boulots de merde, des enfants, des problèmes. Pour moi le grand mystère c’est pourquoi les gens font des enfants ? Est ce que c’est pour eux ? Est ce que ça les fait kiffer ? Pour le mec, c’est par rapport à sa copine ? copyright 2011-Thomy Keat PS MAG #6 Je trouve ça assez fascinant de faire un enfant dans cette société là, putain. Ou alors si, si tu es bourré de tunes là tu peux (rires). Peux-tu nous parler de l’arrivée de DR Vince (Svinkels) derrière les platines de Stupeflip ? Je connaissais Vince bien avant les Svinkels. C’était en 2000 à notre premier concert, il jouait avant ou après nous je ne sais plus et il a grave trippé sur Stupeflip, de mon côté j’ai trippé sur ce qu’il faisait quand je l’ai vu à Clermont-Ferrand en 2001, j’avais pris une grosse claque. Il était capable de mixer en même temps du rock 60’s avec du hard-core hip-hop et il te prouvait que c’était la même chose en fait. C’est un des rares DJ qui passe de tout, qui a compris que la musique c’était un truc vivant et qui bougeait. Il est fort parce qu’il arrive à garder le cap, à vivre sans devoir passer de la dance en boîte, et ça parce que c’est un vrai passionné de musique. Et pourtant j’suis dur, j’aime rien. J’aime Cadillac, DR Vince et les Svinkels./J’ai lu que tu citais aussi Fuzati/Ouais mais c’est con j’ai lu qu’il n’aimait pas Stupeflip alors je suis vachement déçu. On avait discuté par internet, il m’avait dit que deux-trois trucs le faisait marrer, mais je ne pense pas qu’il ait écouté Hypnoflip. S’il avait écouté Hypnoflip, il aimerait ce qu’on fait parce qu’il est beaucoup plus rap. C’est vrai que l côté punk sur les deux premiers albums de Stup ça me gêne un peu, ce côté gueulard. J’aime bien les trucs plus cleans en vieillissant. Cette union avec le DR Vince ne pourrait-elle pas permettre un morceau du Crou avec Gérard Baste (Svinkels) ? Alors ouais, le seul truc prévu que j’ai par rapport aux autres personnalités de la musique c’est de faire un truc avec Baste. Il devait normalement venir sur Terrora, sur Lesonkifoudécou. Attention c’est de l’exclu ça, mais j’ai été tellement speedé avec ce maxi et les live que j’ai complètement oublié Baste (rires) mais on va faire un morceau ensemble. Je suis ultra-fan de son flow et c’est rare chez les français. Il y a lui et Akhenaton. Enfin, un petit jeu. Je te donne trois thèmes et tu me dis ce qu’ils t’inspirent. 26 Les haters ? Des haters on en avait plus depuis qu’on est revenu, tout le monde disait « ouais c’est super », très mauvais signe, mais heureusement il y en a quand même un petit peu sur les concerts qui se plaignent de DJ set, du fait qu’on ne dise pas au revoir au public. Quelle connerie. Parce qu’en fait le DJ set à la fin c’est pour montrer que Stupeflip c’est l’ensemble des musiques, c’est une fusion. J’aime passer des disques, j’aime les gens qui passent des disques alors après le concert on en passe des disques. On fait un putain de show qui dure une heure et demie parfois alors venez pas nous faire chier, allez voir les autres concerts et vous me direz si c’est aussi bien que notre show. (Rires) La scène française ? Olala, (soupir). Moi je suis le hip hop français qui est encore un petit peu frais mais il n’y a que ça d’intéressant. Le reste, les bobos qui viennent te vendre leurs trucs, les « fils de », ils m’ennuient. Le seul très bon dans les mélodies et les arrangements c’est Benjamin Biolay. Il chie sur tout le monde aussi, je trouve ça très bien (rires). Même si ce côté bobo est un peu dommage, il pourrait être plus mystérieux. C’est dommage Benjamin, merde ! (rires) Le Clash Booba vs La Fouine ? (rires) (Rires) Tu sais, je m’en fou de leur clash, moi je veux qu’ils fassent de la bonne musique, c’est tout. Les « je suis le meilleur », « c’était un vendu », « c’était une victime » … Tu sais La Fouine dit que Booba était une victime, mais, qu’est ce que tu as contre les victimes ? Qu’est ce qui te fait chier avec les victimes ? Moi je suis toujours allé vers les victimes, et j’irai toujours vers le plus faible et la victime. Et si Booba était le plus faible en prison ou je ne sais pas où, et bien c’est presque un signe d’humanité pour moi. Matthias Meunier + RENDEZ-VOUS SUR PLAYSOUND.FR POUR LA VERSION LONGUE DE CETTE INTERVIEW, EN VIDÉO !
CHRONIQUE : PS MAG #6 GREEN DAY : TROIS OPUS, UNE ANNÉE 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :