Playsound n°3 septembre 2012
Playsound n°3 septembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Médias Culture

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : Yellowcard... retour aux sources.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
debrief Playsound le mag• sept 2012 FEstivals 201 HELLFEST – 15-16–17 juin//Clisson (44) Le festival référence en France en matière de métal a su briller par cette édition 2012. Du black au punk en passant par le glam, les fans ont été servis. Pour Martin, son expérience au Hellfest cette année frôle le sans-faute : « L’ambiance était là, de la veille du début jusqu’au lendemain de la fin. En ce qui concerne les genres, tout y était. Le Hellfest a su se faire le reflet du foisonnement des sous-genres de la scène rock/métal. » Ses coups de cœur se portent sur Wall of Jericho, pour leur set énergique, les Dropicks Murphys, pour avoir su pleinement mettre l’ambiance, et Refused pour leur retour fracassant. En revanche, il émet quelques réserves sur les performances de Shining, Alcest, et celle d’Ozzy Osbourne, pas au meilleur de sa forme et qui a visiblement déçu par le choix de ses morceaux. Malgré tout il en repart ravi, et avec une certitude : « le métalleux sera toujours une espèce inoffensive et extrêmement sociale. » main square festival – 29–30 juin–1er juillet//Arras (62) La programmation 2012 du Main Square était alléchante cette année. Pour Fanny : « Le line-up était assez indie rock et électro avec une touche de pop punk, un mélange qui nous aura tenu en haleine ces 3 jours, challenge pas toujours facile compte tenu du mimétisme de certains groupes. » Elle en retient les prestations efficaces de Kasabian, PearlJam, Myavi et The XX, mais repart aussi avec de belles découvertes live : Izia, The Maccabees, Skip the Use et Birdy Nam Nam. Le set de Blink-182 l’a cependant déçue : « Un set bien trop court pour une tête d’affiche et un Tom Delonge malheureusement trop malade. » ; de même, les sets de The Rapture et Simple Minds n’étaient pas à la hauteur de ses espérances, mais globalement, le déplacement à la Citadelle d’Arras ce week-end là en valait la peine. SOnisphère – 7-8 juillet//Amnéville (57) Si l’édition française 2012 du Sonisphère a marqué les esprits… ce n’est pas en bien. En effet, les annulations ont été nombreuses à cause des intempéries. Ainsi les festivaliers n’ont pas toujours compris pourquoi certains groupes avaient maintenu leur set, déménagé en intérieur (comme Lacuna Coil), tandis que d’autres, comme la tête d’affiche Lostprophets, ont tout bonnement annulé leur set, au grand dam de nombreux fans qui s’étaient souvent déplacés pour eux. Morgane, très déçue, fait partie de ceux-là : « Je déplore le manque d’organisation de ce festival, une solution de secours aurait dû être réfléchie à l’avance et des informations sur la page Facebook auraient pu être données plus régulièrement. En clair, je ne tenterai plus jamais le Sonisphère français. » musilac – 13–14–15 juillet//Aix-les-Bains (73) Cette année, Musilac fêtait ses dix ans, et la programmation était en conséquence. Si les grosses pointures telles que Blink-182 et Franz Ferdinand ont naturellement placé la barre très haut, on retiendra aussi de ce festival les prestations pointues de groupes comme Revolver, Metronomy et Skip The Use (qui ont réellement su enflammer la foule), Orelsan a également relevé le défi de plaire à un public rock, ce qui n’était pas gagné d’avance. Mais ce festival a aussi réservé son lot de surprises, et notamment le groupe Trombone Shorty, une formation atypique composée de cuivres dont les diverses reprises ont su mettre l’ambiance (même Obama en est fan selon le flyer du fest). Quelques déceptions cependant : LMFAO qui ont été hués par le public (la formation n’était pas présente au complet, problèmes techniques, jeu scénique de mauvais goût), et Garbage, avec une Shirley Manson clairement fatiguée et un publique malheureusement pas très réactif lors du set. 10
Playsound le mag• sept 2012 debrief 2 : on y était ! vieilles charrues – 19–20–21–22 juillet//Carhaix (29) La 21ème édition du festival bretoin a été marquée par la présence de grosses pointures du milieu rock comme The Cure, mais aussi des noms plus actuels de la scène indé tels que Metronomy, Bloc Party, ou The Rapture, ainsi qu’une pointe de hip-hop et d’électro, comme 1995 ou C2C. Sami est satisfait par le line-up : « Nombreux sont les artistes pouvant figurer dans nos coups de cœur. Breakbot a su parfaitement rivaliser avec le mastodonte Portishead qui jouait en même temps sur la grande scène en ce premier jour de festival. Bloc Party a su parfaitement bien se mettre le public dans la poche avec ses nombreux hits tandis que le groupe belge Triggerfinger, peu attendu, a assuré un live garage rock plutôt impressionnant. Sans discussion possible, le dimanche aura été la journée du groupe Kasabian qui aura surpris beaucoup de curieux avec leur rock à guitares teinté d’arrangements électro. » Pourtant, un des grands noms du rock a été source de déception, il s’agit de Bob Dylan : « Le plus célèbre des chanteurs folk, aujourd’hui âgé de 70 ans, s’est montré totalement apathique sur scène, jouant très peu de classiques et dictant sa loi. » pukkelpop– 16–17–18 août//Kiewit (Belgique) Le festival revient en force après le drame de l’an dernier. L’édition 2012 semble avoir brillé tant par son organisation que sa programmation, dont Morgane a été très satisfaite : « De tous les groupes que j’ai pu voir, ceux qui m’ont le plus impressionnée sont letlive et Enter Shikari, à voir absolument une fois dans sa vie ! J’ai aussi été agréablement surprise par le groupe de doom métal suédois Ghost dont la présence quasi mystique des membres collait parfaitement à leur musique. En vrac, j’ai adoré les sets de Bush, Young Guns, All Time Low, Cancer Bats, The Gaslight Anthem, Yashin, The Hives et Deaf Havana. « Seul bémol selon elle, le set d’Apocalyptica qui s’est (trop ?) largement appuyé sur des reprises de Metallica, ainsi que celui de Snoop Dogg qui semble avoir du mal à se renouveler en live. ROCK en seine – 24–25–26 août//Saint-Cloud (92) Une édition en demi teinte cette année selon Fanny : « Un line-up quelque peu décousu, avec beaucoup de groupes à découvrir, mais assez pauvre finalement en grosses pointures. » Pour elle les sets marquants de ce fest sont sans conteste ceux de Billy Talent et de Placebo pour leur énergie, ainsi que Noël Gallagher, The Black Keys et Green Day. Quelques surprenantes découvertes live également, notamment The Knux, The Temper Trap, avec un set enflammé, même si le son laissait à désirer, et surtout Ed Sheeran : « Une voix sublime et une présence scénique que peu peuvent se venter d’avoir, c’était le concert à ne pas manquer ». L’impression générale est limitée cependant, notamment du fait de nombreuses prestations moyennes : « Stuck in the Sound, The Dandy Warhols, autant de groupes de qualité mais qui n’en ont pas suffisamment pour électriser une foule de festival ». Une programmation au final un peu tiède, mais Fanny ne regrette pas son week-end, malgré la pluie. 11• pauline rivière



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :