Playsound n°2 jun/jui/aoû 2012
Playsound n°2 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Médias Culture

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : Green Day... la folie des grandeurs ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Playsound le mag• JUIN 2012 nouveauxtalents Talent #1 UNTIL THE LAST Fort d’une fanbase aussi fidèle que massive, Until The Last, quintet post-hardcore de Valenciennes, ne perd pas le Nord, et ne cesse de surprendre. My Last Feelings, premier EP, n’était qu’un aperçu du talent de ce groupe à la plume redoutable. UTL s’apprête à conquérir la blogosphère et l’hexagone grâce au single My Fairy Tale, ainsi qu’à deux passages très remarqués au Groezrock pour Macbeth. Avec un EP à venir, Until The Last devrait être la révélation française de l’automne. genre : SCrEAMO Membres : Max, Alex, STEPH, VIR et MeD pays : FRANCE label : NON SIGNé site officiel : www.myspace.com/untilthelastmusic Talent #2 CANCER Qui a dit que le punkrock était réservé à nos amis outre-atlantique ? Aujourd’hui, Playsound vous propose de faire un petit tour en Europe, plus précisément en Suisse, pour y rencontrer Cancer. Leur tout nouvel EP « The Weight of the World » sorti le 12 mai dernier nous offre un punk rock énergique dans lequel bassiste et guitariste se partagent un chant puissant et éraillé associé à une batterie percutante et à des riffs de guitare plus incisifs les uns que les autres. Un talent à suivre pour les tous les amateurs de punk-rock ! genre : PUNK Rock Membres : Joel Bader, Silvio Spadino, Sven Wallwork pays : SUISSE label : FLIX RECORDS site officiel : www.cancerband.ch 4 Talent #3 BASTILLE Malgré son nom, le groupe nous arrive d’Angleterre. Découvert en première partie de Keane, Bastille est l’œuvre de Dan Smith. L’histoire débute en 2010 avec quelques vidéos postées sur YouTube puis continue avec deux EP, dont le très bon Laura Palmer en 2011. A l’image du single « Overjoyed », riche condensé d’électro/pop, le quatuor s’illustre par des mélodies imparables et une énergie scénique débordante. Le groupe sortira son premier album dans l’année. genre : POP ROCK membres : DAN SMITH pays : UK label : NON SIGNé site officiel : www.bastillebastille.com Talent #4 VERSAEMERGE Si le style de VersaEmerge flirtait avec le hardcore à leurs débuts en 2006, c’est un rock alternatif moins agressif que nous offre le groupe avec son premier LP Fixed at Zero sorti en 2011 et révélant tout leur potentiel au public. L’énergie incomparable de la charismatique Sierra Kusterbeck et les riffs bien sentis de Blake Harnage ont contribué au succès du groupe qui alterne entre univers un peu dark mené par une batterie énergique et sonorités plus calmes. Un nouvel LP est attendu prochainement. genre : ROCK membres : Sierra Kusterbeck, Blake Harnage pays : USA label : Fueled By Ramen site officiel : www.versaemergemusic.com
Live REPORT Le 7 Avril, jour du concert d’Angels and Airwaves. Un billet de train pour la capitale et c’est parti. Après quelques arrêts de métro une file de jeunes sur le trottoir du boulevard Voltaire m’indique que je ne suis plus qu’à quelques pas du Bataclan. Notons qu’avant d’y entrer, le groupe s’adonnait à une séance de dédicaces dans un bar Parisien. Il parait qu’on ne pouvait pas leur parler, qu’on devait donner les objets à faire signer au staff qui les transmettait au groupe, lequel exécutait machinalement et tristement la tâche. Dommage pour le public -et peut être le groupe- qui en attendait un peu plus d’un après-midi qui aurait pu permettre d’échanger quelques mots... Revenons en au Bataclan. Après une assez courte d’attente avec mon collègue de Playsound, nous entrons rapidement dans la salle. Pour profiter d’une musique comme celle d’Angels and Airwaves on choisit les gradins. Vue parfaite, fauteuils confortables... quand on pense à ceux qui attendent debout dans la fosse, on se dit que notre choix est d’autant plus judicieux. Playsound le mag• juin 2012 ANGELS & AIRWAVES Paris - @ Bataclan - 07/04/12 Et la première partie arrive. Nommé « Le Blorr », ce trio venu de Floride ne nous enchante pas vraiment. D’une part le style musical ne correspond pas trop à l’univers que nous propose la tête d’affiche, mais en plus les chansons ne nous ont pas séduit. Pour l’originalité, l’énergie et la maîtrise de leurs instruments, ils marquent des points, mais ça n’a pas semble-t-il pas suffit à convaincre l’ensemble de l’auditoire. Après leur départ, les lumières se rallument. Puis nous voilà remplongés dans le noir quand vient l’intro de Saturday Love. Très bonne entrée en la matière, l’ambiance est au top et le public chante le refrain en choeur. Le groupe enchaîne ensuite sur des chansons issues de tous les albums, représentés plutôt équitablement. On regrette toutefois l’absence de quelques titres phares dans la setlist. En tout cas, l’émotion est présente tant sur scène que dans le public. Ce dernier jouit en plus d’un son et d’une performance plutôt corrects. Evidemment, la réputation de Tom Delonge est justifiée : il chante avec beaucoup d’émotion, mais il chante faux. On le regrette autant qu’on le pardonne. Surtout quand il nous offre une reprise 5 Kmeron - Flickr bienvenue de Box Car Racer : There is, après nous avoir raconté, tout en grattant quelques accords, comment il a perdu sa virginité. Histoire cocasse et très habilement contée. Le concert est réellement plaisant. Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin et après un rappel de deux chansons, le groupe quitte définitivement la scène (joliment décorée précisons le). Pour résumer les choses, ce concert d’Angels and Airwaves était plutôt fidèle à mes espoirs, autant qu’à mes craintes : bonne performance malgré la légendaire qualité discutable du chant, excellente ambiance et le rock « Aérien » du groupe passe très bien dans un concert qui nous plonge dans l’émotion et l’univers du groupe (avec de superbes jeux de lumières). On regrettera néanmoins un concert de seulement 15 chansons, ce qui peut s’expliquer toutefois par la longueur de celles-ci. En tout cas le personnage de Tom Delonge a laissé bonne impression, tout comme sa bande, y compris le nouveau batteur, très bien accueilli par la foule.• DORIAN COLAS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :