Planète Santé n°6H mai 2015
Planète Santé n°6H mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6H de mai 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : les secrets du poids.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 interview planète santé – mai 2015 qui ont le plus souffert de l’industrialisation agro-alimentaire. A 17 ans, je suis parti de la maison avec mon carnet de recettes de cuisine. J’achetais des carcasses de poulet à la Migros et je cuisinais les restants de viande au curry. Il n’y avait rien d’exceptionnel, mais mes copains adoraient ça. C’est toute une façon de vivre, celle d’il y a 50-60 ans, que l’on a perdu. Pour moi, c’est aussi important d’avoir une relation humaine avec les commerçants, d’échanger sur les produits que l’on achète. Prendre le temps de cuisiner aussi a du sens. La cuisson est un temps donné pour partager avec ses enfants, sa femme ou son mari. Pour moi, c’est le meilleur moment de la journée. Quel regard portez-vous sur la façon de nous nourrir aujourd’hui et sur l’impact que cela peut avoir sur notre santé ? Je déplore l’industrialisation de l’alimentation, les plats cuisinés, qui sont plus gras, plus sucrés, plus salés, plus chers. Le marché des alicaments, des produits sans gluten, etc. aussi. Les aliments ont de moins en moins de goût. Et on a perdu le visage de ceux qui sont derrière ce que nous mangeons. Nous vivons une véritable perte d’autonomie alimentaire. Tout est fait pour que l’on passe de moins en moins de temps à table. Je regrette aussi l’individualisation de la nourriture en fonction des problèmes de santé des uns et des autres. Les repas, qui à la base sont des moments de partage, deviennent une somme d’individualités. Et le système de santé dans tout ça ? Je suis pour une santé qui soit la plus sociale possible. Je trouve qu’il est inadmissible que l’on soit taxé la même chose que l’on soit pauvre ou riche. Il y a de plus en plus d’assurances complémentaires. On va vers une médecine à deux vitesses. Il n’y a pas de solidarité à ce niveau-là. « Je suis arrivé en Suisse à l’âge de 6 ans. Comme pour tous les immigrés, la cuisine de ma mère, de mes origines, avait une très grande importance On le sait, soigner son alimentation est bon pour la santé. Que faites-vous pour préserver votre hygiène de vie ? Je bois beaucoup de jus de fruits et de légumes. J’aime les légumes crus ou cuits à la vapeur et je mange beaucoup de poisson. Je vais à 7 heures du matin chercher mon poisson frais à Ouchy. Je ne mange de la viande qu’une à deux fois par semaine, davantage pour des raisons écologiques. Pour moi, manger de la viande doit rester un moment de fête. Tous les matins, je déguste des huiles d’olive à jeun. Je m’amuse à les reconnaître. Je ne sais pas si c’est bon pour la santé, mais j’ai l’impression que cela me fait du bien. Mais de manière générale j’ai plutôt un rapport spontané à la nourriture. Une fois par mois, je fais trois jours de diète complets. Je ne me nourris que d’eau et de jus de fruits. Je ressens ce besoin de faire une pause car je suis tout le temps en train de déguster. Le premier jour est le plus dur. Mais dès le deuxième, je sens que je suis plus disponible. J’ai une plus grande capacité de travail, j’ai plus d’énergie. Je perds à chaque fois deux ou trois kilos, mais ce n’est pas le but. C’est une façon de faire attention à soi, d’écouter son corps. Après, on est plus sensible au goût. Je déguste plusieurs eaux et fais la différence entre elles. Sinon, je ne déjeune pas et ne mange jamais à midi, sauf si je suis invité. Je n’aime pas manger en une heure et je préfère prendre mon temps le soir. Faites-vous cela pour garder la ligne ? Non. C’est une forme de vie. J’ai sûrement un léger surpoids, mais je n’en fais pas une obsession. Je veille à mes 90 kg. Je m’autorégule. Si je sens que j’ai pris du poids, je vérifie avec la balance. Faites-vous du sport pour votre santé ? Je ne suis pas un grand sportif, mais j’essaie de marcher le plus possible. Je fais de la musculation deux à trois fois par semaine, pour le plaisir. Ça me fait penser à autre chose. Quels rapports entretenez-vous avec le milieu médical ? Je suis plutôt méfiant. Ça relève d’une peur sûrement. Je tolère la douleur et dois me faire violence pour prendre des médicaments  : je n’ai pas pris d’aspirine depuis des lustres. Je préfère les préparations homéopathiques. Je refuse d’être dépendant de quoi que ce soit. C’est certainement une réaction contre la surmédicalisation de notre société. Je me demande souvent comment je réagirais si j’avais soudain un grave problème de santé. Avez-vous peur de vieillir ? Non. En réalité, je n’ai pas envie de vivre très vieux car je ne veux pas être un souci pour mes enfants. J’ai 59 ans. J’aimerais profiter de la retraite. J’imagine vivre de manière plus austère, plus chichement. J’aimerais avoir mon propre jardin pour y planter mes légumes de base.
www.planetesante.ch Le diabète SR. Ma sexualité *1 Pm me) Le mal de dos Ma sexualité Le mal de dos (homme) S. Genevay E. Weigand E. Gordon F. Bianchi-Demicheli Frais de port  : Suisse CHF 3.–/Etranger 5 € Le sommeil Je commande  : ex. L’anxiété ex. Le diabète ex. Ma sexualité (homme) CHF 16.–/14 euros Je souhaite m’abonner à la collection et recevoir chaque livre dès sa parution au prix préférentiel de CHF 10.–/8 € . Maximum 4 livres par an. En ligne  : www.medhyg.ch – e-mail  : livres@medhyg.ch tél. +41 22 702 93 11 – fax +41 22 702 93 55 ou retourner ce coupon à  : Editions Médecine&Hygiène CP 475, 1225 Chêne-Bourg, Suisse Vous trouverez également ces ouvrages chez votre libraire. J’ai envie de comprendre… L’anxiété et les troubles anxieux de Suzy Soumaille en collaboration avec Guido Bondolfi CHF 16.–/14 euros ISBN 978-2-88049-390-5 Anxiété généralisée, attaque de panique, phobie sociale, trouble obsessionnel compulsif  : les troubles anxieux sont les maladies psychiques les plus répandues, touchant près de 20% de la population. A force d’évitements, les personnes concernées sont guettées par l’épuisement et la démoralisation, avec un risque élevé de basculer dans la dépression. Un ouvrage clé pour comprendre comment échapper à la dictature de l’anxiété, en affrontant ce qui fait peur de façon progressive. Plus d’informations  : planetesante.ch/anxiete Information santé grand public Le diabète A. Golay P.Bernheim Le sommeil E. Gordon R. Heinzer J. Haba-Rubio Ma sexualité Vie mnue) Les - allergies Ma sexualité Les allergies (femme) S. Soumaille E. Weigand P.EigenmannF. Bianchi-Demicheli ex. Le mal de dos ex. Le sommeil ex. Ma sexualité (femme) Nom et adresse E-mail Date et signature L'anxiété et les troubles anxieux getp La Wipression La dépression S. Soumaille G. Bondolfi G. Bertschy ex. Les allergies ex. La dépression Je désire une facture Je règle par carte bancaire  : VISA Eurocard/Mastercard Carte N°Date d’expiration  : Mana Ma Manai Mana



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :