Planète Santé n°6H mai 2015
Planète Santé n°6H mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6H de mai 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : les secrets du poids.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 enfants planète santé – mai 2015 keystone/Westend61 Andreas Pacek « Je n’aime pas les épinards ! » Jusqu’à l’âge de deux ans, tout allait pour le mieux, mais voilà que Tom refuse tout ce qui ressemble de près ou de loin à un légume. Caprices ? Pas forcément. Parmi les explications possibles  : la néophobie alimentaire. Un phénomène fréquent, agaçant peut-être, mais bénin et réversible. TEXTE Laetitia Grimaldi
3 plus d’articles sur planetesante.ch% 27 « Oh non, pas des carottes… Je veux des pâtes ! » Face à un enfant qui décrète du haut de ses deux ans et demi qu’il ne veut pas manger des légumes, inquiétude, désarroi, voire exaspération, ont tendance à s’entrechoquer dans la tête des parents. Et pour cause, difficile d’accepter ces refus systématiques, et surtout de faire l’impasse en toute quiétude sur les fruits et légumes indispensables à notre métabolisme. En deuxième position de la pyramide alimentaire, après nos besoins en eau, ils sont en effet une source essentielle de fibres, de vitamines et de minéraux. Un argument qui laissera a priori notre enfant de marbre. « Il faut proposer à l’enfant de goûter, sans pression ni menace Alors comment faire face ? « La première chose est d’accepter qu’entre deux et sept ans en moyenne, une phase de refus, certes pénible mais normale, se produit chez la plupart des enfants, explique Muriel Lafaille Paclet, diététicienne au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)*. Elle va de pair avec le développement et l’apprentissage de l’autonomie. A table, cela se traduit par un rejet de certains goûts, odeurs, aspects, du fait même d’ingérer, ou encore un rejet visà-vis d’aliments nouveaux. On parle de néophobie alimentaire ». Si les légumes en sont les premières victimes, ce n’est pas un hasard. Fibreux, parfois difficiles à



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :