Planète Santé n°34 jun/jui/aoû 2019
Planète Santé n°34 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : comprendre le système de santé suisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 PEOPLE PLANÈTE SANTÉ – JUIN 2019 Planète Santé  : Pour votre carrière, vous êtes allée à Paris. La France s’est-elle imposée comme une étape nécessaire ? Marina Rollman  : J’ai choisi la France en raison de la fréquence de jeu. Ça fait un an et demi que je joue au moins trois fois par semaine. Ce rythme ne serait pas envisageable en Suisse romande. Nous sommes trop petits pour accueillir de longues résidences théâtrales. Je suis aussi « montée à Paris » par goût du challenge et de la compétition. Si dans trois ou quatre ans, je parviens à faire partie des 2% du haut du panier, ce serait très agréable. Si j’échoue, je pense qu’il serait plus intéressant pour moi de revenir en Suisse. Car la qualité de vie de la classe moyenne des métiers créatifs y est bien meilleure. Pour l’instant je n’ai pas d’enfants, je suis en bonne santé, donc je me dis que je peux me dépenser ces prochaines années en France. Mais je continue à faire des allers-retours entre Genève et Paris. J’adore la Suisse MARINA ROLLMAN « LES MÉDECINS APPARTIENNENT À UNE AUTRE RACE, UNE RACE QUE J’ADMIRE » Ses spectacles sont complets des semaines à l’avance et chaque jeudi elle fait rire les auditeurs de France Inter. Du haut de ses 30 ans, Marina Rollman s’impose comme une des humoristes féminines les plus en vogue de la scène française. C’est en préparant des hamburgers dans un food truck à Genève qu’elle décide de se lancer dans le stand-up. Elle fait ses débuts en 2013 et depuis, les succès s’enchaînent. PROPOS RECUEILLIS PAR MALKA GOUZER et surtout, je pense que la qualité de vie y est indépassable. Quoiqu’on puisse en dire, c’est un des pays les plus chouettes du monde ! Que pensez-vous de notre système de santé ? J’ai du mal à me prononcer, mais je sais que les primes d’assurance pèsent sur beaucoup de gens, particulièrement les mères célibataires qui ont plusieurs enfants à charge. Cela paraît démesuré en comparaison avec le reste du monde. En même temps, on a une grande qualité de soin. Mais il y a des pays pour lesquels c’est le cas aussi et qui chargent moins les assurés. J’ai toujours été bien soignée en Suisse, mais cela me coûte cher de m’assurer. Avez-vous des rituels pour vous maintenir en forme ? En ce moment, je ne prends pas du tout soin de moi, ça m’ennuie. La seule chose que je fais de manière un peu routinière, c’est méditer. J’ai l’impression que ça m’équilibre. Sinon, je suis très mauvaise avec le sport. Vous faites un métier d’exposition, avezvous des recettes bonne mine ? Mon seul petit conseil beauté serait d’utiliser les produits les plus simples et naturels possibles. J’ai une trousse de toilette hyper épurée. J’utilise du savon d’Alep, de l’huile d’amande ou de noix de coco sur mon corps et sur mon visage et c’est à peu près tout. Quel genre de patiente êtes-vous ? J’aurais bien voulu être cette personne qui s’y connaît en médecine alternative ou orientale, mais non. Je suis old-school. Gros médicaments, médecins en blouse blanche, si possible plus âgés que moi. J’ai une confiance aveugle en la médecine. Pour moi, les médecins appartiennent à une autre race, une race que j’admire.
STUDIO 4 ∏ CHARLOTTE ABRAMOW



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :