Planète Santé n°33 mar/avr/mai 2019
Planète Santé n°33 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : la mort des soins palliatifs ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Interview planète santé – mars 2019 qui font qu’on arrive mal, voire plus, à s’en occuper. C’est avant tout un titremétaphore, une formule choc qui vise à libérer la parole. D’ailleurs, depuis la sortie du livre, plein de familles et d’enseignants me disent qu’ils osent davantage parler de ce qu’ils vivent. Beaucoup s’y retrouvent. Ceux qui me connaissent savent que je ne cherche pas la provocation, mais que j’aime remuer les choses. Alors, qu’est-ce qu’un enfant toxique ? D’abord, j’aimerais préciser que ce livre n’est pas un ouvrage scientifique, mais plutôt une synthèse d’idées qui me trottaient dans la tête depuis longtemps. J’y dresse, de façon personnelle et non exhaustive, un catalogue de profils d’enfants qui compliquent la vie de leurs parents. Ils ont en commun de trancher avec cette représentation générale qui voudrait que tous les enfants soient beaux, gentils et fassent le bonheur de leurs parents. Ce n’est pas toujours vrai. Il y a des cas extrêmes qui génèrent beaucoup de souffrance et de casse. Ce n’est pas très optimiste comme point de vue… Ces enfants nous donnent de grandes leçons d’humilité. En tant que psychologue clinicien, il m’est arrivé de ne pas voir d’issue favorable, d’être face à des enfants et des parents à bout de force. Et puis, une quinzaine d’années plus tard, ils me recontactent. Ce sont des adultes qui fonctionnent étonnamment bien. Ils ont fait le tri, trouvé d’autres modèles et d’autres soutiens. Ils ont progressé malgré la capacité insuffisante de leur entourage à les encadrer. Un enfant qui pose problème n’est-il pas avant tout un enfant en souffrance ? Certains oui, mais pas tous. Dans mon livre, je parle par exemple de ces enfants qui ne perçoivent pas la souffrance et qui n’éprouvent aucune empathie. Mais en règle générale, les enfants qui posent de gros problèmes souffrent en réalité de leur condition, du décalage dans la façon dont leur milieu réagit à leur comportement. Je pars de l’idée bienveillante que ceux qui ne sont pas dans la norme dysfonctionnent, à leur manière, pour moins souffrir et parfois appeler à l’aide. Le but n’est pas de constater en laissant tout ce monde macérer dans son jus, mais de leur venir en aide. Pour un père ou une mère, ce n’est pas forcément évident de demander de l’aide. Encore une fois, il faut tordre le cou au mythe selon lequel les parents doivent être armés pour s’occuper de tous les enfants. Pas tout le monde n’est sophistiqué et n’a les outils pour affronter des situations difficiles. Et tout le monde ne sait pas que des consultations existent. Il n’y a pas de raison de rester seul. Quand il y a péril en la demeure, il faut chercher de l’aide. Être suffisamment humble pour admettre qu’on n’y arrive pas. Bio express 1958 Naissance à Port-of-Spain, Trinité et Tobago. 2008 Émigration de Genève à Sion, Valais. 2009 et 2012 Père et « re-père ». Dès 2015 Directeur du nouveau Centre interfacultaire en droits de l'enfant de l'UNIGE 29 juin 2018 A l’ONU, New York, élection au Comité des droits de l’enfant. Alors comment s’en sortir ? Les enfants et les familles en difficulté ont beaucoup de chance si les parents cherchent du soutien auprès de leur entourage, pour commencer. Il n’y a pas de mal à y mettre du sien et à vouloir trouver des solutions par soi-même. Mais si on n’y arrive pas, il faut consulter. Il y a chez nous une pléthore d’offres sociales et thérapeutiques, du lundi au dimanche. Les parents doivent frapper à toutes les portes, jusqu’à trouver la bonne. Plus le tableau est particulier et extrême, moins il y a de spécialistes formés. Les professionnels de l’aide n’ont pas de réponses à tout. On offre ce qu’il y a de mieux, mais cela ne fonctionne pas toujours malheureusement. Tous les thérapeutes ne se valent pas. Certains sortent du lot car ils ont des qualités supérieures sur le plan des compétences thérapeutiques. Les parents suffisamment sophistiqués sentent ce qu’il y a de mieux pour leur enfant. Ils perçoivent quand la réponse qu’on leur apporte n’est pas adéquate. Il faut écouter son baromètre intérieur. Comment mener une parentalité heureuse ? Pour être un parent efficace, on doit assurer son propre équilibre. On a tous une obligation de se préserver soi-même. Un égoïsme sain doit entrer en ligne de compte. Si vous ne vous respectez pas, ce ne sera pas à l’avantage de l’enfant. Il est aussi important d’entretenir un partenariat sain et ouvert avec l’autre parent et de pouvoir s’appuyer sur lui. Il y a d’un côté ces enfants qui dysfonctionnent, de l’autre ces parents qui n’arrivent pas à faire face. Quelle part de responsabilité notre société a-t-elle dans le bien-être et l’équilibre des enfants et de leur famille ? C’est un paradoxe incroyable. On prend n’importe qui, au bistrot, dans le monde académique, chez les politiciens, etc. Tout le monde veut le bien de l’enfant, considéré comme la « chose » la plus précieuse au monde et pour qui on se doit d’offrir un monde meilleur. Et en même temps, ces mêmes personnes sont prêtes à tolérer la maltraitance et à ne pas mettre les ressources là où il faut pour aider les familles et encadrer les jeunes en difficulté. On ne met pas notre énergie là où nous mènent nos belles paroles. Ça m’interpelle parfois, et me choque toujours. On devrait investir beaucoup plus dans certains domaines et valoriser beaucoup mieux certaines professions. On ne doit pas se voiler la face. Une part de notre responsabilité est d’affronter ce qu’il y a dans le caniveau ! ●
planetesante.ch planète santé ral Information santé grand public eritrie de c'enfxruedne Les douleurs chronique s et rebelles Collection J'ai envie de comprendre… Les douleurs chroniques et rebelles Les douleurs chroniques et rebelles aux traitements classiques minent, parfois gravement, le quotidien d’environ 20% de la population. Le fait que ces douleurs « ne se voient pas » lors des examens médicaux joue en défaveur des individus touchés qui ne se sentent pas toujours pris au sérieux dans leur souffrance. Elles n’ont pourtant rien d’imaginaire. Comment éviter que ces douleurs ne prennent toute la place ? Quel est le rôle des émotions dans les symptômes ? Comment contrôler soi-même ses douleurs ? Ce livre fournit des clés de compréhension, utiles également pour les proches aidants. Il propose une série d’outils pour mieux gérer ces douleurs complexes et redevenir le pilote de sa vie. Auteurs Suzy Soumaille Valérie Piguet Prix CHF 16.-/14 € ISBN 978-2-88941-049-1 2018 Vous pouvez passer votre commande par  : E-mail  : livres@planetesante.ch/Internet  : boutique.revmed.ch Tél.  : +41 22 702 93 11/Fax  : 022 702 93 55 Pour allier plaisir et bien-être. Depuis plus de dix ans, Coop s’engage activement pour faciliter la vie aux personnes souffrant d’une intolérance alimentaire et leur permettre de se faire plaisir sans craindre d’effets secondaires. En plus d’offrir le plus vaste choix de produits spéciaux du commerce de détail suisse, Coop propose également de multiples services aux personnes souffrant d’une intolérance alimentaire. Pour en savoir plus  : coop.ch/freefrom Pour moi et pour toi. 64



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :