Planète Santé n°29 mar/avr/mai 2018
Planète Santé n°29 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : végétariens, choisissez bien vos légumes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 dossier planète santé – mars 2018 répartition définie entre l’Etat et les assureurs-maladie. Pour supprimer ce décalage, les assureurs ont proposé d’unifier le financement de l’ambulatoire et du stationnaire. Les Cantons n’y sont toutefois guère favorables, avant tout par souci de maintenir leurs prérogatives sur la planification hospitalière. A condition de vouloir agir, l’attribution d’un financement public pour une partie des prestations ambulatoires semble plus réaliste. Redonnant une dose de solidarité au système, elle aurait un effet immédiat sur la baisse sur les primes. ● 1 Office fédéral de la statistique (OFS). Coûts de la santé par âge et par sexe. https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/cout-financement/cout.assetdetail.3662031.html 2 Adapté de  : Coût et financement du système de santé (www.OFS.ch) ; Recettes fiscales de la confédération (www.estv.admin.ch/estv) ; Recettes fiscales du canton de Vaud (www.scris.vd.ch). 3 Office fédéral de la statistique (OFS). Coût et financement du système de santé (modèle révisé 2017, état des données 2015). https://www.bfs.admin.ch/bfsstatic/dam/assets/2360357/master 4 www.smartermedicine.ch Nouveau TarMed 2018, des problèmes et des doutes Par une intervention autoritaire, le Conseil fédéral a mis en place depuis le 1er janvier 2018 une nouvelle version du TarMed, avec l’objectif de faire baisser les coûts des prestations médicales ambulatoires de 470 millions (0,6% des coûts totaux des soins ; 1,5% des coûts à charge des primes d’assurance-maladie). Cette baisse globale d’environ 3,5% du chiffre d’affaires a touché de manière exagérée certaines prestations effectuées par des médecins indépendants. Pour cette raison, à Genève, des spécialistes ont décidé de renoncer à certaines interventions chirurgicales non urgentes, soudain pratiquées « à perte ». Pour éviter un rationnement des soins et une médecine à deux vitesses, il s’agit d’éviter à l’avenir de Fig. 2 - Evolution comparative des coûts de la santé 275 250 225 200 175 150 125 100 1995 1997 Index (1995=100) 1999 2001 2003 2005 Primes d'assurance maladie (+171%) Recettes fiscales Vaud (+150%) Impôt fédéral direct (+ 144%) Coûts de la santé (+106%) Produit intérieur brut (+ 61%) 2007 2009 2011 2013 2015 placer des prestations TarMed en dessous du seuil de rentabilité des infrastructures ambulatoires. Sinon, le risque serait grand qu’elles ne deviennent accessibles qu’aux seuls patients pouvant payer la différence, ou qu’elles ne soient plus réalisées qu’au cours d’une hospitalisation. Dans la même logique, tout le monde a intérêt à ne pas compromettre la viabilité économique des cabinets médicaux. Elle est dans certains cas fragile, notamment en phase d’installation et dans les régions périphériques, où ils contribuent également à maintenir des emplois. Toute baisse constituerait une menace sérieuse sur le maintien des prestations au bénéfice direct des patients.
plus d’articles sur planetesante.ch La hauSSe des primes  : rien à voir avec le revenu des médecins installés ! Bien que la facturation des médecins installés soit extrêmement cadrée par les assureurs depuis l’introduction du TarMed, certains responsables politiques, suivant la mode des « fake news », ont tenté de faire croire ces derniers mois qu’elle était l’une des causes de l’augmentation des primes d’assurance-maladie, entraînant une vive réaction des médecins. Cette polémique aura eu le mérite de permettre au corps médical romand de rappeler certaines vérités. Premièrement, il ne faut pas mélanger revenu du médecin et chiffre d’affaires du cabinet (et distinguer avant tout jugement hâtif s’il s’agit d’un cabinet individuel ou collectif). En Suisse romande, on sait que le chiffre d’affaires moyen d’un cabinet, toutes spécialités confondues, avoisine les 400'000 francs par an, pour un revenu moyen du médecin de l’ordre de 200'000 francs, une fois ses charges payées (personnel, loyer, assurances, etc.). Au final, le revenu des médecins en cabinet représente donc un peu plus d’un franc sur dix des primes. Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas plus ! Deuxièmement, il ne faut pas confondre la facturation de prestations TarMed à charge de l’assurance obligatoire, qui a un effet sur les primes, de celle à charge des assurances privées ou de patients étrangers. S’il est exact que certains médecins hautement spécialisés et expérimentés peuvent parfois dégager des revenus très importants, il s’agit pour l’essentiel de revenus liés à leur activité privée, sans aucun effet sur les primes de l’assurance obligatoire. Enfin, il ne faut pas oublier de pondérer les données obtenues par le temps hebdomadaire de travail des médecins, qui dépasse souvent les 60 heures, la nécessité de se constituer un capital de retraite sur le revenu dégagé et la relative courte durée d’une carrière en cabinet (environ 25 ans) par rapport à la plupart des salariés et autres professions libérales. Chiffre d’affaire et revenu des médecins indépendants en cabinet Etablissements médico-sociaux 5,9% Médicaments (médecins) 6,3% Médicaments (pharmacies) 11,5% Physiothérapie 3,1% Laboratoires 3,8% Spitex 2,8% autres 4,4% 31,5 Milliards Les coûts à la charge de l’assurance obligatoire des soins Hôpitaux (ambulatoire) 17,4% Médecins (ambulatoire) 23,1% Hôpitaux (séjours) 21,7% Chiffre d’affaire des médecins indépendants exerçant en ambulatoire Charges des cabinets médicaux - Personnel (20%) - Loyer et charges (10%) - Part patronale assurances sociales (7%) - Assurances, RC... (4%) - Frais de gestion et de facturations (5%) - Amortissements (5%) - Frais divers (4%) Revenu (salaire) des médecins indépendants exerçant en ambulatoire 10% des primes d’assurance obligatoire des soins Adapté de  : « Coûts de la santé  : l’éternel argument de la qualité » (Le Temps, 28/09/2017, https://www.letemps.ch/suisse/2017/09/28/couts-sante-leternel-argument-qualite) et de « Cabinets médicaux, les vrais honoraires » (PME Magazine, 2006). 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :