Planète Santé n°21 oct/nov/déc 2015
Planète Santé n°21 oct/nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de oct/nov/déc 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : un futur hôtel des patients en Suisse romande.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
B+W architecture sa 6 DOSSIER planète santé – octobre 2015 Hôtel des patients, un concept nouveau Si le nombre d’hospitalisations augmente constamment, celles-ci ne nécessitent pas toutes des soins aigus. Un futur hôtel des patients au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) accueillera des patients autonomes pour libérer des lits plus médicalisés. TEXTE Benoît Perrier En 2016, un hôtel des patients de 114 chambres ouvrira ses portes à côté du CHUV à Lausanne.
plus d’articles sur planetesante.ch Un hôpital qui ouvre un hôtel, c’est inédit. C’est ce que prépare le CHUV à Lausanne, qui construit depuis le mois de juin un hôtel des patients. L’établissement sera situé à deux pas du centre hospitalier et comptera 114 chambres. Il devrait ouvrir ses portes à l’automne 2016. Qu’y trouveront les patients, et pourquoi un tel projet ? Nos éléments de réponse. Lits mieux attribués « Les personnes qui dormiront à l’hôtel des patients seront des patients du CHUV hospitalisés dans le cadre d’un séjour aigu, explique Patrick Genoud, directeur adjoint des soins. Mais ils devront être autonomes et leur état stable. » Ce seront des patients en début ou fin de traitement, des personnes venues de loin subir une batterie d’examens, ou leurs accompagnants. Quelques exemples plus précis ? « Un patient avec des coliques néphrétiques, dont le diagnostic a été posé et qui est sous surveillance de l’expulsion de petits calculs rénaux est un bon candidat pour une hospitalisation à l’hôtel des patients, une fois la douleur initiale abolie et gérée, illustre Patrick Genoud. Ou cela pourrait être une personne qui réalise un bilan avant ou après une greffe d’organe, ou encore des patients qui viennent en traitement de radiothérapie contre une tumeur. » Ces cas ont ceci en commun qu’ils ne nécessitent pas un équipement et une surveillance aussi techniques que ceux que l’on fournit dans une chambre d’hôpital. Or, « comme d’autres hôpitaux, le CHUV connaît un problème d’engorgement, notamment pendant la période hivernale, explique PhilippMüller, directeur administratif de l’établissement. Dans ce contexte, l’hôtel des patients contribuera à améliorer la situation du CHUV ». Idem pour l’assurance C’est sur cette dimension d’offre de soins que le CHUV s’attend à voir le bénéfice du futur équipement. Financièrement, PhilippMüller pronostique une opération neutre. Le CHUV paiera en effet 325 francs par nuit à Reliva, la société chargée de l’exploitation de l’hôtel, quand une nuit d’hospitalisation « classique » en fin de séjour coûte 500 à 550 francs. La différence sera affectée au financement des charges pour les patients plus lourds qui 7 pourront occuper les lits libérés grâce à l’hôtel des patients. Pas d’économie massive donc, mais une « meilleure utilisation des capacités d’hospitalisation ». Et surtout, une manière d’augmenter le nombre de places pour les patients à l’hôpital sans ouvrir de nouveaux lits très médicalisés. Du point de vue des assureurs, rien ne changera. En effet, depuis 2012, les remboursements des hospitalisations sont effectués par cas et non par jour d’hospitalisation. On calcule ainsi qu’une pathologie donnée (une fracture du bras, par exemple) nécessite, pour son traitement total, une somme d’argent donnée. L’assurance paye ce montant à l’hôpital, quelle que soit la durée de l’hospitalisation, et quelles que soient les conditions du séjour du patient… en hôtel hospitalier ou dans un lit d’hôpital classique. Quant à la responsabilité médicale, elle demeure dans les deux cas celle du CHUV. Des navettes et une montre Pour autant, l’hôtel sera loin d’être dénué de toute médicalisation. Une équipe soignante composée d’infirmières diplômées assurera soins et surveillances 24 heures sur 24. Chaque patient sera Les patients hospitalisés à l'hôtel seront en début ou en fin de traitement. Leur état devra être stable. B+W architecture sa



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :