Planète Santé n°21 oct/nov/déc 2015
Planète Santé n°21 oct/nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de oct/nov/déc 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Éditions Médecine & Hygiène

  • Format : (200 x 265) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : un futur hôtel des patients en Suisse romande.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 INTERVIEW planète santé – octobre 2015 agréable des informations. Lorsque je parle d’une avalanche, je pense à l’avalanche et non à mon bouton sur le nez ou à ma coupe de cheveux. Si je n’entrais pas entièrement dans mon sujet, le téléspectateur s’ennuierait profondément, et surtout l'information serait mal communiquée et donc mal comprise. Que se passe-t-il après l’émission ? Il y a le débriefing, qui représente pour moi un moment de plénitude où je ne sais plus très bien où je me trouve. Je souffle. La mission est accomplie, je suis contente, parfois moins. C’est comme un sport. Avec une montée d’adrénaline, puis une descente. A la fin, vous décompressez. Un loisir que vous pratiquez en dehors de votre métier ? J’adore bouquiner. Je lis de la littérature et passablement d’essais politiques et économiques. En revanche, j’évite les romans à l’eau de rose qui m’intéressent peu. Deux auteurs que vous appréciez particulièrement ? J’apprécie plusieurs styles différents. Cela va de William Faulkner à Jean Teulé ! Bio Express 1978 Naissance à Genève. 2003 Licence en sciences politiques à l’Université de Genève 2006-2008 Journaliste pour les matinales de One FM 2008-2010 Journaliste, présentatrice à Léman Bleu Depuis 2010 Journaliste à la Radio Télévision Suisse 2012 Présentatrice de Couleurs locales Depuis 2013, journaliste économique. Présentatrice remplaçante du 12h45 et weekend. Présentation des résultats durant les émissions politiques. Pratiquez-vous un sport ? Non. Je bois du coca light, du café, je fume, ce qui n’est pas bien du tout et je ne fais aucun sport ! Mais, je vous rassure, faire du sport fait partie de mes bonnes résolutions ! J’ai d’ailleurs repris le ski cette année. Comme les enfants, j’ai pris des cours avec un moniteur. Vous possédez l’oreille absolue. Jouezvous d’un instrument ? Lorsque j’entends une musique ou une mélodie qui me plaît, je m’amuse parfois à la reproduire sur mon piano. Mais afin de perfectionner ma façon de jouer, je devrais suivre quelques cours avec un professeur. Avec le sport, cela fait partie de mes bonnes résolutions 2016. Que pensez-vous du système de santé suisse ? Nous avons la chance, surtout par rapport à d’autres pays, d’avoir un système de santé de qualité. Maintenant, il est vrai que la question du coût de la santé ne peut être ignorée. Dans un budget, les assurances maladies représentent, pour une grande partie de la population, une charge très lourde. La difficulté consiste donc à trouver un équilibre entre le coût de la santé et sa qualité. Comment préserver la qualité tout en payant moins ? C’est tout l’enjeu. Quelles qualités recherchez-vous chez un médecin ? L’écoute et, bien sûr, le professionnalisme. J’apprécie aussi qu’une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle. Lorsque je me rends chez le médecin, ce n’est en tout cas pas pour m’épancher sur ma vie privée. Quel type de patiente êtes-vous ? Je ne suis absolument pas hypocondriaque. Je me rends chez le médecin quand je ne suis vraiment pas en forme et j’évite, dans la mesure du possible, les médicaments. Une maladie qui vous fait particulièrement peur ? Le cancer. Ce qui est paradoxal vu que je fume des cigarettes. Mais je focalise peu sur ma santé. Je me dis rarement « Ah, demain je vais avoir ceci ou cela ». En revanche, je me sens très concernée par la santé de mes proches. Dès qu’ils ont le moindre bobo, je les envoie chez le médecin. Si vous étiez étudiante en médecine, vers quelle spécialité vous dirigeriez-vous d’instinct ? Vers la psychiatrie. C’est d’ailleurs une voie professionnelle que j’ai sérieusement considérée. Si vous étiez milliardaire philanthrope, dans quelle cause investiriez-vous immédiatement ? Dans la lutte contre la maltraitance des enfants. S’il y a une chose qui me touche profondément, c’est que l’on puisse faire du mal à des enfants. Si vous pouviez vous réincarner… Oh mon dieu ! Je peux déjà vous dire que je ne crois absolument pas à la réincarnation. Mais, si vous pouviez choisir de revenir, quel métier choisiriez-vous ? Dans ce cas, je reviendrais en comédienne. Ou, si je pouvais avoir le don de l’écriture, en écrivain. En femme écrivain. Auriez-vous aimé vivre à une autre époque ? Non. Nous pouvons dire tout ce que l’on veut mais notre époque a ses avantages. Bien sûr, certaines choses vont moins bien qu’avant, mais rien que le fait que je puisse aller voter, que je puisse donner mon avis… vous vous rendez compte ! Il n’y a pas si longtemps, on m’aurait demandé de rester à la maison et de faire à manger. Donc pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.
aidants gro -8 D à> REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE 9 ETAT DE FRIBOURG MAT FREIBURG iine.ch,QUE Er GOWON PEN gjcryjm CANTON DU VALAIS NANTON WAWS i0 ! u ! Ç ! ) (Chelliiiantsim * mefflow mas nammememmum-mmemium … et aussi accompagner mon mari chez le médecin Pour aider sans s’épuiser www.journee-proches-aidants.ch communication PLATES-BANDES photographies HUGUES SIEGENTHALER graphisme HELEN TILBURY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :