Planet Fitness Management n°25 mar/avr/mai 2015
Planet Fitness Management n°25 mar/avr/mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de mar/avr/mai 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Planet Fitness

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : comment choisir le bon modèle économique ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
tendance comment choisir le bon modèle économique ? Quand les clubs généralistes répondent à la menace d’un concurrent low cost, ils ont souvent la fâcheuse tendance à se lancer dans une guerre des prix. Résultat : ils se font plus de mal à eux-mêmes qu’ils n’en font à la concurrence. Aujourd’hui, les low cost changent de visage à l’instar de certaines chaînes : du confort, du service, des cours Christophe Andanson Directeur Général LES MILLS Euromed collectifs... Depuis près de cinq ans, beaucoup d’entre eux règnent en maître sur l’industrie du fitness, imposant ici et là une véritable dictature des prix sur un service qui concurrence souvent les meilleurs clubs. Pour s’en sortir, il est nécessaire que les clubs généralistes revoient leur positionnement et si nécessaire changent de modèle économique. Tout cela n’est pas une fatalité et Christophe Andanson propose des solutions : voici quelques extraits de sa dernière conférence ! Bien cerner le marché du low cost Qu’est-ce qui nourrit le marché du low cost ? • Des consommateurs très changeants. • Des prix plus accessibles. • Un mode de fonctionnement simplifié. • Un système d’abonnement simplifié, souvent par internet. • Un consommateur qui garde un souvenir négatif des services de son ancien club. • Une fréquentation irrégulière de son ancien club. . : 5 FAUSSES IDÉES SUR LES LOW COST 1. Low cost ne veut pas dire faible marge : il peut être très rentable. 2. Low cost ne veut pas dire mauvaise qualité : ils ont moins de services, mais ceux qu’ils proposent sont aussi bien voire meilleurs que ceux des clubs classiques. 3. Low cost ne veut pas dire imitation bas de gamme : c’est une véritable innovation, un produit qui a son identité propre. 4. Low cost ne veut pas dire « sans marque » : ce sont souvent de grandes chaînes qui créent un nouveau positionnement. 5. Low cost ne veut pas dire self-service : il existe des low cost avec des cours collectifs et inversement des self-service qui ne sont pas low cost. 7k. • , .37% -40
Vos chiffres de fréquentation doivent être votre indicateur de performance n°1 Les clubs doivent plutôt rechercher la notion de bon rapport qualité/prix plutôt que de vouloir absolument baisser leurs tarifs. Sachez que pour la majorité des personnes, l’emplacement d’un club est le critère numéro 1. Par ailleurs, avoir de bons cours collectifs en musique vient en seconde position. Le prix n’arrive qu’en 6ème position ! Encore une fois, un adhérent est prêt à payer plus cher pour un service qui vaut son prix. C’est ce que proposent les clubs premium ou les micro gyms. Un positionnement haut de gamme avec du service haut de gamme et donc un prix haut de gamme. L’ensemble est cohérent, donc les clients affluent. Enfin, la fréquentation doit être votre indicateur de performance N°1 pour un business à long terme : la caisse du jour est le chiffre que vous avez réalisé aujourd’hui, la fréquentation du jour sera le chiffre que vous allez réaliser demain ! • Low cost ou low budget et/ou self-service : Neoness, Keep Cool, Fitness Park. • Boutique Gym : club généraliste, cosy et urbain. Exemple : l’Appart. Moyenne surface : 500m². • Micro Gym mono produit : Soul Cycle, Crossfit, Studio Pilates. Petit surface : 200m². • Positionnement Premium : service haut de gamme, prix élevé. Exemple : le Klay, Le Pure et l’Usine. Les temps changent, et vous ? Se positionner face à un low cost nécessite une réflexion de fond sur la manière dont tourne votre entreprise et une refonte peut-être de votre modèle économique. Remettez-vous en question : Que veulent les gens ? Qu’est-ce qui vous manque ? Etes-vous en phase avec les phénomènes socio-économiques de votre époque ? Aux USA, 25% de la population a moins de 25 ans. En France, ils sont 13 millions et plus de 100 millions en Europe. 81% de ces jeunes, de 18 à 34 ans, s’entraînent ou aimeraient le faire. 76% des pratiquants réguliers font partie de cette génération, dite « Y ». Ces jeunes gens recherchent du lien social, du fun et veulent manipuler les nouvelles technologies, êtes-vous prêt à les accueillir ? Les Micro Gyms et les Boutiques Gyms sont extrêmement populaires auprès de cette génération qui s’éloignent des salles de fitness type multi-usages. Ils sont considérés comme plus cool, plus fashion et offrent une expérience intense physiquement mais surtout socialement. Ces modèles de clubs connaissent une croissance fulgurante. Ils se sont implantés rapidement sur le marché mondial et ont des plans d’expansion très ambitieux. Malgré leurs tarifs élevés, ils gagnent des parts de marché très rapidement. Ils sont beaucoup plus petits et donc beaucoup moins chers à créer que les clubs traditionnels surtout les Micro Gyms (autour de 200m²). >> 7 étapes pour passer à l’action : 1. Positionnez votre entreprise sur une nouvelle stratégie. 2. Etudiez votre marché plus précisément : vos adhérents/ vos concurrents. 3. Améliorez votre valeur perçue par rapport à celle de vos concurrents. 4. Choisissez votre stratégie : conservatrice ou innovante. 5. Recherchez des nouveautés ou de meilleurs produits. 6. Sous-traitez avec les meilleurs dans chaque catégorie. 7. Battez-vous !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 1Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 2-3Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 4-5Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 6-7Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 8-9Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 10-11Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 12-13Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 14-15Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 16-17Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 18-19Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 20-21Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 22-23Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 24-25Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 26-27Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 28-29Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 30-31Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 32-33Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 34-35Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 36-37Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 38-39Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 40-41Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 42-43Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 44-45Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 46-47Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 48-49Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 50-51Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 52-53Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 54-55Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 56-57Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 58-59Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 60-61Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 62-63Planet Fitness Management numéro 25 mar/avr/mai 2015 Page 64