Placer son Argent n°6 sep/oct/nov 2009
Placer son Argent n°6 sep/oct/nov 2009
  • Prix facial : 6,95 €

  • Parution : n°6 de sep/oct/nov 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 70,4 Mo

  • Dans ce numéro : finance, immobilier... ls meilleurs placements de 10 000 € à 100 000 € sur 3 mois ou 5 ans.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 PLACEMENTS POUR ENTRER DANS LE MONDE DE LENTREPRISE ... ou plus exactement pour entrer dans Agregator Capital, un fonds de capital investissement d'une nouvelle génération... Pour Dan Serfaty, "Agregator Capital est le produit de 5 années de développement d'un modèle unique de réseau d'entrepreneurs qui bénéficient avec ce fonds d'investissement qui leur ressemble et leur est dédié d'une " boîte à outils " complète. " " L'origination est devenue la clef du développement des fonds d'investissement. Agregator Capital est une manière d'ouvrir des opportunités au marché du capital investissement et de lui faire bénéficier ce formidable cumul d'expertises entrepreneuriales ", ajoute Guillaume-Olivier Doré. A l'image des 220 entreprises du Club Agregator* (valorisées entre 5 M euros et 1 Md euros), Agregator Capital est multi-sectoriel (à l'exception de l'industrie lourde, des matières premières) et multi-segments (transmission, développement, innovation mature, venture). Sa stratégie consiste à investir en minoritaire des tickets de 0,5 à 5 M euros aux côtés d'un fonds de private equity. Xavier Dura, Président de Nocibé et investisseur d'Agregator Capital estime qu' " Agregator Capital est offices pouvant avoir une influence à l'intérieur du réseau. " " Et de toutes façons, on entre toujours quatre ou cinq nouveaux entrepreneurs tous les mois, " renchérit Dan Serfaty. Pour entrer, le prix moyen " est de 500.000 euros par ticket (sauf dans le premier cercle), " précise Guillaume- Olivier Doré. " Environ la moitié des membres du club ont l'intention d'investir (40% ont confirmé). " De son côté, " l'investissement va de 50.000 à 3 millions d'euros pour les membres actuels (no limit), " ajoute Dan Serfaty. " Il s'agit de fonds privés : l'entrepreneur souscrit — pas sa société. " Résultat : pour Pierre Schmidt, " tout cela va faire un nombre de membres important, qui va fonctionner sur le réseau déjà existant — c'est possible avec 200 ou 300 membres. " L'INVESTISSEMENT PAR UN FCPR CLASSIQUE - EN PLUS LÉGER " Jusqu'ici, c'était de la mutualisation entre entrepreneurs, " souligne Pierre Schmidt : " chaque nouvel entrant ne fournissait pas d'argent, mais une promesse d'investir sur ce qu'il obtiendrait à l'issue de son opération. C'est révolutionnaire et unique au monde. " Or, " dans les fonds classiques, on passe énormément de temps à aller chercher les informations et les entreprises où investir. Là, on est à la source de toutes les informations. Nous sommes tous là à titre totalement personnel. " " Il s'agit surtout d'entreprises de 10 à 40 ou 50 millions d'euros de valeur d'entreprise " — avec des technologiques qui représentent 25% du fonds, et ainsi une différence par rapport à un fonds comme le fonds Weimberg, qui est plus axé sur les entreprises de 100 ou 200 millions d'euros — et est moins " technologiques ". Surtout, s'enorgueillit Dan Serfaty, " nous ne sommes liés à personne et obligés à rien : même pas à aider les entrepreneurs membres du club. Les équipes chargées des différentes opé- à la croisée des mondes du capital investissement et des entrepreneurs. Le fonds s'appuie sur une proximité relationnelle forte avec les chefs d'entreprise et sur une neutralité vis à vis du marché. Voilà un positionnement unique et original ! " L'équipe de gestion est appuyée pour prendre ses décisions par des conseils industriels issus du Club Agregator et d'un comité d'orientation composé de professionnels de l'investissement parmi lesquels Christophe Karvelis (Capzanine), Henri Gagnaire (Weinberg Capital Partners), ou Caroline Remus (iXEN Partners - Natixis Private Equity). Christophe Karvelis ajoute : "Agregator Capital réussit le pari d'apporter de la valeur ajoutée entrepreneuriale aux transactions, en bénéficiant d'un deal flow propriétaire tout en étant d'une parfaite neutralité dans les deals ". *parmi lesquelles on trouve : Alain Bréau (Mory), Michel Pic (Fransbonhomme), Patrick Herman (Rétif), Olivier Hersent (Netcentrex - Cornverse), Martin Génot (Photoways), Michel Larroche (Mont-Blanc Materne), Hervé Street (Star'Services), Jérdrne Ménière (DO Labs), Sandra Legrand (Canal CE), Marc Lefebvre (Eminence), Pascal Chevalier (Netbooster), Alexis Caude (Newsweb — Lagardère)... rations sont distinctes. Nous ne faisons pas de promesse à l'entrée, et n'avons pas d'obligation d'investir chez le nouvel entrant (c'est une décision du comité d' investissement). " Cela peut surprendre, mais c'est en fait logique. " Quantitativement, de toutes façons, c'est impossible d'investir dans toutes " les entreprises des membres du club, souligne Sandra Legrand : avec " 40 à 50 opérations par an, 200 entreprises dans le club et 4 à 5 entrants par moi, " c'est mathématiquement infaisable. Résultat : 90% des opérations des entreprises ne se font pas avec Agregator-Capital. " Il arrive même que l'investisseur leader ne souhaite pas de nous ! " plaisante Guillaume-Olivier Doré. DE LA FINANCE PURE " La création du premier fonds visait à celle d'un portefeuille mutualisé, " souligne Dan Serfaty : " on commence par l'entrée de membres, et au bout d'un certain temps, pour éviter
la dilution, on attend la maturation (deux ou trois ans) et on arrive à la liquidité. Une fois que toutes les entreprises mutualisées ont terminé leurs opérations, on clôt le fonds. Puis on en lance un autre : aujourd'hui, c'est Agregator Partners. C'est de la pure finance. On n'est payé que le jour où les entreprises entrées se revendent - avec un gain de 20%. En attendant, on se finance sur fonds propres : avec une société de gestion détenue à 45% par Creadev, PGA Holding, Benoît Prot (L'Etudiant), Olivier Lazard (Olympia Groupe, associé à la famille Douce) — et à 55% Par les membres fondateurs (en capital développement). " " On évite le plus gros travail de private equity, qui est le sourcing, mais ensuite il faut faire le même travail d'analyse des entreprises membres. " Parler de deal flow propriétaire n'est certainement pas correct : c'est plutôt une relation de confiance alliée à une connaissance intime de ce que va faire l'entrepreneur. " Il existe un étage intermédiaire à notre fusée : nous avons été business partner ; intermédiaire entre l'entrepreneur et sa recherche de participations. Nous aurions pu aussi devenir banquiers d'affaires. Ce sont d'autre métiers. Aujourd'hui, nous sommes capables de servir à nos membres de " gate keepers " dans ces domaines : M&A, introduction en bourse, etc. Mais sans être rémunérés sur ces services : les entreprises ne payent qu'un abonnement annuel. " Dans le futur, nous comptons monter l'équivalent de la caisse de rachat des Mulliez (qui agissent pour le compte des 500 membres de la famille) : ce sera le quatrième étage de la fusée. " Pour entrer , il faut venir avec une valeur minimum égale à la fois à 100.000 euros et un maximum de 10% de ce que l'entrepreneur détient dans sa propre société. " La plus petite entreprise, Oxus, est un capital-risque financé par Sofinnova : zéro euro de chiffre d'affaires. La plus grosse est le groupe Mory et son milliard d'euros. " Le premier fonds lancé comporte ainsi 199 lignes représentant 21 millions d'euros (le plus grand FCPR en nombre de lignes, l'un des plus petits en valeur). Créé en 2001, il a été mutualisé en 2003. " Le second fonds comporte pour l'instant 26 sociétés pour 4 millions d'euros. Il est en phase de développement et sera clos le 30 juin 2009 - resteront sept ans derrière pour mutualiser. Beaucoup, parmi ces entreprises, sont de futures possibilités d'investissement d'Agregator- Capital. Dans tous les cas, tous les autres patrons votent : si plus de 70% sont d'accord, le nouvel entrant entre. Le vote se fait par mail, et le taux de participation tourne autour de 60%. " SPEED DATING POUR LA BONNE CAUSE Certains entrepreneurs n'ont mutualisé leur participation que pour entrer dans le club (dont Pierre Schmidt, qui le clame haut et fort). " Les gens viennent pour le club, " précise Guillaume-Olivier Doré. " Quelqu'un comme André Bréau (le patron du groupe Mory) n'a pas besoin de réseau ni d'argent : il les a déjà ! Il est venu à Agregator en une semaine. " " Nous organisons cinq cocktails annuels, auxquels nos membres assistent avec un taux d'assiduité de 75%, " ajoute Marc Reeb, patron fondateur du Club Agregator (et en son temps, co-fondateur du fameux Caramail). " Nous provoquons des rencontres physiques entre membres du club. Les cinq cocktails annuels durent trois ou quatre heures, pour lesquels on a rédigé des " fiches de match " : sur chaque cocktail est réalisée une fiche rédactionnelle sur les rencontres les plus importantes à faire, individualisées et pertinentes, pour que la rencontre se fasse : c'est un genre de speed dating d'affaires. " En ce qui concerne le premier fonds, les 30% de TRI proviennent de 64 opérations de sortie réalisées, dont 8 sociétés qui n'ont pas marché (dépôt de bilan). " A la suite, l'entrepreneur reste membre et actionnaire du fonds mutualisé, " ajoute Dan Serfaty. C'est sa manière de gagner sur la mutualisation du fonds. PLACER SON ARGENT 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 1Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 2-3Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 4-5Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 6-7Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 8-9Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 10-11Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 12-13Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 14-15Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 16-17Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 18-19Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 20-21Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 22-23Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 24-25Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 26-27Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 28-29Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 30-31Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 32-33Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 34-35Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 36-37Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 38-39Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 40-41Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 42-43Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 44-45Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 46-47Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 48-49Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 50-51Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 52-53Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 54-55Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 56-57Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 58-59Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 60-61Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 62-63Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 64-65Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 66-67Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 68-69Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 70-71Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 72-73Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 74-75Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 76-77Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 78-79Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 80-81Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 82-83Placer son Argent numéro 6 sep/oct/nov 2009 Page 84