Pilote n°43 décembre 1977
Pilote n°43 décembre 1977
  • Prix facial : 7,50 F

  • Parution : n°43 de décembre 1977

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Dargaud

  • Format : (209 x 270) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 94,2 Mo

  • Dans ce numéro : le journal de René Goscinny.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
VERNES-FORTON déjà 22 titres en DARGACID Fred Philémon et le piano sauvage 111/mMOON VERSION INTEGRAIIPPu° Zln aecedu4e c4, Bob Morane ACIOLLE lite =MT TALON sorriNear chez votre libraire VERSION INTEGRALE DARGAUD w w o TAIGUY.t LAVERDURE POUR L'HONNEUR DES A 50° DE FIEVRE ! « e « et VERSION INTEGRALE » DAM «) 4 MEZIERES- C HRIS TIN I cies états (1Wme de CELLULITE VALERIAN agent spatio-temporel DARGAUD *EDITEURj
LE JOURNAL DE RENÉ GOSCINNY René Goscinny est mort le 5 novembre, à 12 heures, d'une crise cardiaque. Ceci n'est pas un numéro spécial. Matériellement, nous n'avons pas pu le faire. Il s'agit d'un au revoir de son journal, avec un des derniers scénarios d'Iznogoud qu'il ait écrit. Le numéro spécial nous le ferons plus tard. Tendrement. René Goscinny vivait dans une forteresse protégée par une multitude d'enceintes. Je le connaissais depuis treite ans et je ne l'avais vu qu'une seule fois sans cravate. Chez lui, entouré de ses modèles réduits de bateaux, il était brillant, drôle, plein d'humour. Oui, comme dans ses livres. Dans tout, il savait épingler le ridicule. Il le faisait sans méchanceté, ce qui n'est pas très bien vu aujourd'hui. Il était inquiet aussi, toujours, mais il n'en parlait pratiquement jamais. car il possédait cette autre qualité un peu désuète, la pudeur. Près de lui, il y avait deux jeunes femmes aux visages joliment païens. Sa femme et sa fille et leur forteresse, qui là devenait tendresse, dominait Paris. Après des années de « vache enragée » qu'il n'avait pas oubliées, René Goscinny avait réussi. Tout réusssi. Le dessin animé, Iznogoud. Lucky Luke, Astérix. La réussite d'Astérix était fabuleuse. On le lisait en Espagne, en Allemagne, au Danemark, en Finlande, au Japon. Ailleurs, partout ailleurs. Même à l'école, en latin. Quand écrivait, il s'enfermait dans son bureau impeccablement en ordre. Anxieux. Toujours aussi anxieux malgré ses millions de lecteurs. Il était tellement exigeant ! Ceux qui l'ont critiqué pour cette exigence lorsqu'elle s'appliquait à eux, ne savaient peut-être pas qu'il se l'appliquait en priorité. Avec férocité. De temps en temps, seule manifestation de triomphalisme, avec Albert Uderzo, son complice et son ami le plus proche, il échangeait un clin d'oeil, une bourraele collégienne  : « Ça va, mon Bébert- ? ! » Dans les années soixante, il avait créé Pilote et, à partir de ce journal qui pour lui était un être vivant, il avait inventé la bande dessinée telle que nous la lisons aujourd'hui. On le disait coléreux. C'est vrai qu'il l'était. Parce qu'il ne supportait ni l'injustice, ni le n'importe quoi, n'importe comment, ni la compromission. — Qu'est-ce qui fait courir Réné Goscinny ? De temps en temps. je lui posais cette question. Elle l'amusait. Il ne devait pas connaître la réponse exactement. Beaucoup disaient  : « Il a tout pour être heureux  : l'amour, l'argent, la gloire. Il devrait en profiter... » Il n'était pas de ceux qui savent profiter. Il était de ceux qui courent après la part d'invisible qui nous manque à tous et je crois que ce « prince de l'humour » (ce titre-là, aussi, le faisait bien rire) était un homme de tragédie. Dans le Paris plaqué-or où virevoltent ceux qui ont réussi, il n'avait jamais pu se résoudre à devenir futile. Il aimait et détestait sérieusement. Gravement. Comme un enfant. Et les enceintes de sa forteresse étaient là, parce qu'il avait peur. Comme nous tous, mais comme nous n'avons pas tous le courage de nous l'avouer. René Goscinny n'était pas du tout un héros. Pas un grand homme avec tapis rouge et Mémoires en plusieurs volumes. — Raconter ma vie ? Pour en faire un bouquin ? Ça va pas la tête ? Comment voulezvous qu'on fasse ça sans rire ? C'était un professionnel et un homme d'une qualité rare qui.'sachant la fragilité de tout, n'en continuait pas moins d'avancer en « sifflotant dans le noir ». Dans le noir, sans lui, nous y sommes. Et nous pleurons. 3 Guy Vidal



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 1Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 2-3Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 4-5Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 6-7Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 8-9Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 10-11Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 12-13Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 14-15Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 16-17Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 18-19Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 20-21Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 22-23Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 24-25Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 26-27Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 28-29Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 30-31Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 32-33Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 34-35Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 36-37Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 38-39Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 40-41Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 42-43Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 44-45Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 46-47Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 48-49Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 50-51Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 52-53Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 54-55Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 56-57Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 58-59Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 60-61Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 62-63Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 64-65Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 66-67Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 68-69Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 70-71Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 72-73Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 74-75Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 76-77Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 78-79Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 80-81Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 82-83Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 84-85Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 86-87Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 88-89Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 90-91Pilote numéro 43 décembre 1977 Page 92