Pharmag n°20 jui à déc 2010
Pharmag n°20 jui à déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de jui à déc 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : les entretiens phamaceutiques, quèsaco ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Enjeux 6 Pharmag n°20 les patients. S’ils sont mieux pris en charge et qu’ils coûtent moins à l’Assurance maladie, la rémunération des pharmaciens se justifiera. Mais pour avoir ces résultats, deux bonnes années d’expérimentation me paraissent nécessaires. » Témoignage Les premières expérimentations À l’initiative de l’OCP, plusieurs officines ont mis en place, début 2010, des entretiens d’éducation thérapeutique au sein de leur établissement. Accompagnés par une formation adaptée (voir encadré), une trentaine de pharmaciens ont donc entamé un travail de suivi auprès de leurs patients asthmatiques. Basée à Chauffailles (71), l’officine de Bernard Rousselon a participé à cette démarche en ciblant les patients asthmatiques qui peuvent participer aux entretiens, puis en fixant des rendez-vous avant de réaliser les entretiens dans une pièce éloignée du comptoir. « Nous avons identifié une dizaine de clients cibles avec qui nous avons déjà réalisé deux ou trois entretiens, raconte Bernard Rousselon. À chacun d’entre eux, nous apportons de l’information, par exemple sur l’asthme et les moyens pour diminuer les crises : écarter le chat de la maison, faire bon usage d’un bronchodilatateur… Nous réalisons également un contrôle de l’asthme à chaque rendez-vous pour constater les éventuelles améliorations. » Pour passer à la pratique, les équipes de Bernard Rousselon ont dû peaufiner la théorie : « Nous avons été formés à la méthode pour mener ces entretiens, précise Bernard Rousselon. Aujourd’hui, nous prenons soin de réactiver nos connaissances en organisant des réunions d’équipe tous les quinze jours et en y consacrant des heures de lecture hebdomadaires. Cette démarche demande un travail personnel important, mais nécessaire pour répondre précisément aux attentes des patients. C’est très stimulant pour nous et ceux-ci enrichissent véritablement leurs connaissances. » Bientôt des pharmaciens-médecins ? « Les entretiens pharmaceutiques ne sont pas des consultations, prévient Claude Japhet. Le métier de pharmacien et celui de médecin sont très différents et le resteront, affirme-t-il. Les pharmaciens peuvent vérifier la cohérence entre un médicament et un traitement et réaliser un suivi de l’observance, mais ils ne réalisent pas de diagnostic, la mission propre du médecin. Ces deux approches sont complémentaires, mais resteront bien séparées. Il faut néanmoins améliorer la communication entre pharmaciens et médecins pour garantir une meilleure continuité dans le soin apporté aux patients. L’entretien pharmaceutique est une première étape pour mener à bien ce travail. » 1. Du nom de son auteur, Michel Rioli, conseiller en économie stratégie et développement des entreprises. 2. Union Nationale des Pharmacies de France. Frédéric Berdah – pharmacien titulaire à Sarcelles (95) « Pour moi, le métier de pharmacien ne se limite pas à la vente. Quand j’ai repris l’officine de Sarcelles en 2007, j’ai créé un espace dédié à la prévention et au conseil. J’ai aménagé une pièce éloignée du comptoir avec différents équipements pour mesurer la tension, le diabète, le cholestérol et même le taux de monoxyde de carbone pour les fumeurs. À partir de visuels trouvés sur Internet, j’ai également réalisé de petits exposés pour parler du diabète, de l’hypertension… Les premiers entretiens d’éducation thérapeutique ont très vite bénéficié d’un effet bouche-à-oreille. Les patients sont en demande d’information et d’écoute. Résultat : l’affluence n’a pas cessé de croître et ils me remercient du temps que je leur accorde. Cela prouve que la rémunération des pharmaciens pourrait se faire à l’acte, et non plus seulement à la marge réalisée sur les ventes de médicaments. »
Demain, Pharmacien Chaque année, 1 100 pharmaciens prennent la tête d’une officine en rachetant un fonds de commerce existant. Plus rares sont ceux qui se lancent dans la création d’un établissement. Aujourd’hui, 51% des officines sont exploitées en association sous divers statuts (SEL, SARL, EURL…), une tendance à la hausse depuis déjà plusieurs années. Un engagement humain Avant de s’installer, il est nécessaire de se poser toutes les questions pour trouver la bonne officine, celle qui correspond à un projet de vie future : sera-t-elle en milieu rural ou en ville ? Quelle sera sa taille ? Comment serat-elle exploitée ? Avec qui s’associer ? Autre démarche importante : évaluer l’environnement concurrentiel alentour. En effet, la reprise d’une pharmacie dans une rue qui en comporte déjà plusieurs peut présenter des risques. De même, il est important de s’installer dans un quartier qui assure la présence de médecins, et donc de patients ayant besoin de médicaments. Un investissement financier Côté finances, le coût d’une officine est variable selon sa situation géographique. Un apport personnel est à prévoir, il représente en moyenne 20% du prix d’achat de l’officine. Et dans certaines régions comme le + d’infos sur www.pharmag.fr Rubrique Carrières/S’installer Comme l’achat d’un logement, l’installation en officine est un engagement qui soulève de nombreuses questions. Quelques clés pour transformer ce projet en réussite… Réussir son installation en officine Sud-Est et le Sud-Ouest, cette participation peut aller jusqu’à 25% du prix de la pharmacie. Par ailleurs, en matière de transaction d’officine, le prix moyen des cessions était équivalent, en 2009, à près de 88% du chiffre d’affaires. Une démarche qui prend du temps Entre l’idée d’acquérir une officine et la signature de la vente, se passent 12 à 18 mois. Un délai nécessaire pour réaliser différentes démarches : identification du site, construction d’un plan de financement, rendezvous avec la banque, inscription au registre du commerce, à l’ordre des pharmaciens… Autant d’étapes qui garantissent une installation dans les règles de l’art ! Côté OCP Des services sur mesure pour bien s’installer Parce qu’un métier ne s’apprend pas uniquement à l’université, l’OCP propose une offre dédiée aux pharmaciens qui s’installent. Au menu : études géomarketing, formations au management… Les conseillers financiers de l’OCP réalisent également un accompagnement sur les plans de financement et prévisionnel. Enfin, pendant une journée, la formation « Demain, je m’installe », propose d’acquérir toutes les bases sur le sujet. Vous êtes intéressé ? Contactez votre OCP local ou rendez-vous sur le site www.point.ocp.fr, rubrique « Vous voulez vous installer ». E-mail : jesouhaiteminstaller@ocp.fr Tél. : 01 49 18 76 29 Pharmag n°20 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :