Pharmag n°20 jui à déc 2010
Pharmag n°20 jui à déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de jui à déc 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : les entretiens phamaceutiques, quèsaco ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Enjeux 4 Pharmag n°20 Éducation thérapeutique Les entretiens pharmaceutiques : quèsaco ? Évoquée dans la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST), l’éducation thérapeutique des patients devrait entrer pleinement dans les missions des pharmaciens, notamment par le biais des entretiens pharmaceutiques. Décryptage. Promulguée le 21 juillet 2009, la loi HPST donne le droit aux pharmaciens d’officine de « participer à l’éducation thérapeutique et aux actions d’accompagnement de patients ». À l’origine de cette proposition, un constat : un patient bien informé et bien suivi développe moins de complications et guérit mieux. De ce fait, il réduit ses dépenses de santé et donc celles de l’Assurance maladie. L’éducation thérapeutique répond également au problème de la désertification médicale et à la nécessité de réorganiser la chaîne de soins. Si, aujourd’hui, la loi ne fixe pas d’obligation à l’égard des pharmaciens dans le domaine de l’éducation thérapeutique des patients, le rapport Rioli 1 établit plusieurs propositions. Qualifié d’« excellente base de travail » par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, ce texte évoque notamment la possibilité pour les pharmaciens d’organiser des « rendez-vous santé » à l’officine avec les patients. Côté OCP Quelle formation pour les pharmaciens ? Au cœur du dispositif : le suivi personnalisé des patients Pour l’éducation thérapeutique des patients, la loi HPST préconise que des entretiens soient mis en place entre les pharmaciens et les patients. Sans leur donner un caractère obligatoire et sans préciser les modalités de ces rendez-vous, le texte impose qu’ils soient réalisés dans le respect des règles de confidentialité. Dans son rapport, Michel Rioli dessine plus précisément les contours de ces entretiens individuels. Pour lui, « l’éducation thérapeutique pourra être proposée dans des situations aiguës, en particulier celles qui nécessitent une adhésion à un traitement médicamenteux prolongé ». L’objectif final est d’améliorer l’observance des patients souffrant de maladies chroniques (diabète, asthme, cancer, hypertension…). Pour cela, Michel Rioli envisage des entretiens santé réguliers organisés à l’officine, sur rendez-vous. Ils consistent à informer le patient Parce que l’entretien pharmaceutique n’est pas enseigné à l’université, l’OCP a mis au point une formation adaptée à cette pratique. « Notre objectif est de donner aux pharmaciens des balises pour mener à bien les entretiens, explique Christine Meyer, responsable du service Formation à l’OCP. Nous avons donc réalisé des guides d’entretien, des fiches mémos ainsi que des outils d’aide à l’organisation. Nous formons également les pharmaciens à ce type de communication. » Jean-François Lagorce, l’un des pharmaciens qui ont mis au point ces formations avec l’OCP, insiste sur l’importance du volet comportemental : « Un patient est toujours porteur des solutions de son problème, d’où la nécessité de savoir l’écouter. Pour cela, il faut savoir faciliter son expression et éviter d’employer certaines tournures négatives qui le bloqueront. Les pharmaciens apprennent à adapter leurs discours par le jeu de rôle utilisé en formation, une méthode très efficace. »
Frédéric Berdah, pharmacien titulaire à Sarcelles (95) sur tous les aspects de sa pathologie (traitement, prévention des complications, utilisation des médicaments et d’éventuels appareils, conseils nutritionnels…) et à lui proposer un suivi adapté via d’autres rendez-vous. Par exemple, dans le cas d’un patient diabétique, l’entretien pourra être l’occasion de lire et d’interpréter les données consignées dans son carnet de suivi, de purger la mémoire de son appareil de mesure de glycémie après avoir relevé les éventuelles anomalies, etc. Une mesure de la tension pourra être également proposée aux personnes hypertendues. Au-delà du simple conseil que pratiquent déjà les pharmaciens, l’entretien pharmaceutique est un soutien individualisé qui approfondit la relation avec les patients. Quelle rémunération ? Si ce principe était généralisé, Michel Rioli prévoit une évolution des officines qui impliquera la formation spécifique du personnel, le renforcement des équipes, de la capacité d’accueil, mais aussi la valorisation des actes pharmaceutiques. Le rapport insiste sur la légitimité de mettre au point une forme de rémunération des pharmaciens qui aura tout son sens sachant que « cette nouvelle organisation permettra de faire l’économie de consultations médicales et d’hospitalisations inutiles ». Pour Claude Japhet, président de l’UNPF 2, cette analyse mérite d’être nuancée : « Avant de parler de la rémunération des pharmaciens, il faudra prouver que l’éducation thérapeutique permet de dégager de réelles économies, précise-t-il. Pour cela, il est nécessaire de créer un véritable protocole pour standardiser les entretiens. Ainsi, nous pourrons évaluer précisément les effets de ce dispositif sur Claude Japhet, président de l’Union Nationale des Pharmacies de France « Le métier de pharmacien et celui de médecin sont très différents et le resteront. » Pharmag n°20 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :