Pharmag n°2 mai/jun/jui 2004
Pharmag n°2 mai/jun/jui 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mai/jun/jui 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : recrutement, régiger gagnant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 ››› ACTU TRAJECTOIRES & ENJEUX Des pharmaciens qui s’engagent Créée en 1985, l’Union Pharmaciens Sans Frontières - France, présidée par Jean-Marc Merle, rassemble près de 2 200 adhérents bénévoles, originaires principalement de l’officine, de l’industrie et des facultés. L’UPSF-F collecte, trie et recycle des médicaments dits « essentialisés » ou en achète pour ensuite les redistribuer, en particulier en Afrique. QQu’implique votre fonction de président ? « Comme tout président d’association, je dois définir la politique générale du mouvement et coordonner ses actions au niveau départemental. Depuis que j’ai été élu en avril 2003, j’essaie au maximum d’aller sur le terrain auprès de nos 40 associations et de faire en sorte qu’elles aient un fonctionnement identique, ce qui n’est pas encore le cas. Cette année, nous avons rédigé une charte de qualité nous permettant de créer des procédures analogues de fonctionnement dans toutes les associations départementales. Ainsi par exemple, l’organisation d’un centre de tri à Liévin est désormais la même qu’à Nice ou Bordeaux… En parallèle, je travaille avec notre directeur général, Marie-Agnès Cros, pharmacien, sur la recherche de financements. Cela consiste essentiellement à préparer des dossiers de demande de subventions ou à organiser des événementiels pour recueillir des fonds. Jean-Marc Merle, président d’Union Pharmaciens Sans Frontières - France (UPSF-F). Notre objectif est également de faire reconnaître UPSF-F comme une association d’utilité publique et non plus seulement comme une œuvre de bienfaisance. Ce statut nous permettrait ainsi d’accéder à de nouveaux partenaires. Enfin, un autre aspect de mon travail concerne la communication externe. L’association est bien connue des milieux professionnels mais très peu du public. Rappelons que la législation inter-
dit aux pharmaciens de faire de la publicité sur leur lieu d’exercice. Et puis personnellement, la communication m’intéresse ! » Pourquoi avoir choisi de vous engager ? « J’ai toujours aimé être en contact avec les gens et assumer des responsabilités. M’engager au sein de UPSF-F est l’expression logique d’une envie qui ne m’a jamais quitté. Déjà à la faculté, j’ai été vice-président de la Corpo des étudiants de Paris XI, délégué des étudiants et fondateur responsable du ciné-club ! Après avoir exercé quinze ans en industrie et connu pas mal de déménagements, j’ai décidé de m’installer à Vierzon. Mon passage à l’officine a coïncidé avec mon entrée dans UPSF-F. Cela fait déjà onze ans ! J’ai d’abord été simple adhérent, puis administrateur de PSF Berry, responsable du centre de tri de parcours Jean-Marc Merle 1976 Vice-président de la Corpo-Paris XI. Diplôme de pharmacien en industrie. 1977-1978 Certificat de législation pharmaceutique et diplôme de l’Institut de pharmacie industrielle de Paris. 1980 Directeur d’agence au sein d’un laboratoire. 1983 Responsable pharmaceutique en usine vétérinaire. 1987-1990 Chef de production puis responsable du contrôle analytique. 1993 Installation en officine et adhésion à PSF Berry. 1995 Responsable du centre de tri PSF Berry à Vierzon. 2003 Président de l’UPSF-F. Vierzon, vice-président et désormais président de l’UPSF-F. » Quel message aimeriez-vous faire passer aux étudiants ? « Nous avons besoin d’eux pour faire fonctionner l’UPSF-F ! De manière générale, le système associatif en France a besoin de vocations. Marie-Agnès Cros va ainsi régulièrement dans les facultés pour parler de nos activités aux étudiants. Nous voudrions donner à la profession une autre image, davantage tournée vers les autres. Travailler dans l’humanitaire permet de rencontrer de nouvelles personnes, c’est enrichissant ! L’idéal serait de monter des antennes UPSF-F dans les universités ! » ■ POUR EN SAVOIR ✚ sur UPSF-FRANCE http://www.upsf-france.220v.org « On peut faire de sa passion un métier » Aissam Aimeur Pharmacien de sapeurs-pompiers professionnels Pharmacien de sapeurs-pompiers professionnels, Aissam Aimeur est un fervent défenseur de l’enseignement des techniques de premiers secours à l’officine. C’est en suivant une option obligatoire en 3 e année d’études de pharmacie à la faculté de Paris V qu’Aissam a eu le déclic. Le secourisme devient sa passion, il va en faire son métier. En parallèle de ses études, il s’engage en tant que secouriste bénévole à la Protection civile de Paris et passe un brevet de moniteur de premiers secours. Diplômé de la filière officine en 1995, deux ans lui suffisent pour réaliser qu’il s’est trompé de voie. En 1997, il boucle sa thèse sur les premiers secours à l’officine et rencontre l’équipe pédagogique du département formation continue du CFPP*. Ensemble, ils travaillent à la création d’une formation destinée aux préparateurs et pharmaciens d’officine sur les notions de premiers secours. De leur collaboration, naît l’année dernière à Paris V un nouveau DU relatif à ces questions. Une première en France ! Après cinq années enrichissantes passées à l’OCP en tant que responsable des supports d’information sur le médicament, Aissam renoue avec ses premiers amours au sein de la Direction départementale des services d’incendies et de secours du Val-d’Oise pour laquelle il travaille depuis deux ans. Aux étudiants, il conseille de cultiver un engagement associatif ou culturel, source d’enrichissement personnel mais aussi, peut-être, le révélateur d’une vocation professionnelle ! * CFPP : Centre de formation professionnelle de la pharmacie. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :